×

Edito

Loi immigration : cap à l’extrême droite toute !

Après la commission mixte paritaire, une loi Immigration d’une brutalité historique est en passe d’être présentée aux sénateurs puis aux députés. Un texte qui signe l’alignement total de Macron derrière LR autour du programme de l’extrême droite.

Nathan Deas

19 décembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Loi immigration : cap à l'extrême droite toute !

Rarement dans l’histoire de la Vème République, qui en est pourtant déjà à son 117ème texte sur les étrangers, pareille offensive contre l’immigration n’avait vu le jour. Remise en cause du droit du sol, caution pour les étudiants étrangers, restauration d’un délit de séjour irrégulier, durcissement du regroupement familial, instauration d’une politique de quotas migratoires, restriction des conditions d’accueil pour les étrangers malades, déchéance de nationalité pour les bi-nationaux, etc : le texte adopté cette après-midi par la commission mixte paritaire, sous la pression de LR, est plus dur encore que celui dont avait accouché le Sénat.

Quelle que soit la conclusion finale de ce texte, dont le passage à l’Assemblée nationale ce soir pourrait être l’occasion de nouvelles difficultés pour le gouvernement selon la proportion de députés de la majorité qui choisiront de ratifier ou non une loi Immigration d’une telle violence, la séquence qui vient de se clore en commission mixte paritaire est déjà l’occasion de dresser quelques constats d’étape.

D’abord, la mise en scène par Emmanuel Macron de lui-même et de son camp politique comme « barrage à l’extrême droite » vole en éclat. Non content d’avoir ces dernières années, par ses attaques violentes contre les travailleurs, participé à construire le terreau sur lequel l’extrême-droite prolifère, le gouvernement en vient désormais, quelques mois après l’offensive sur les abayas, à s’aligner totalement sur son programme.

Le Rassemblement national ne s’y est d’ailleurs pas trompé et a annoncé qu’il voterait le texte ce soir, après l’avoir déjà voté en CMP. « C’est une victoire idéologique de ma famille politique […] », s’est félicitée la députée Rassemblement national (RN) du Var Laure Lavalette, lundi soir, sur BFM-TV. Même son de cloche du côté de Marine le Pen ce mardi qui a revendiqué à son tour « une victoire idéologique du Rassemblement national, puisqu’il est inscrit maintenant dans cette loi la priorité nationale. ». Un triomphalisme qui fait suite à un saut dans la normalisation continue du RN et de ses idées.

Cette escalade xénophobe s’inscrit dans la surenchère réactionnaire en cours depuis la défaite du mouvement ouvrier sur les retraites et ce dans la droite lignée de la répression des quartiers populaires après la mort de Nahel, mais aussi contre les soutiens de la Palestine. Elle marque une volonté de maintenir le cap d’un durcissement bonapartiste quoi qu’il en coûte. Une politique, qui quelques semaines après le retour des ratonnades dans la rue pourrait participer à approfondir et radicaliser des expressions encore plus réactionnaires et annoncer de nouvelles violentes offensives contre le monde du travail.

Cependant, la crise parlementaire de ces derniers jours n’a pas seulement illustré le durcissement du régime, mais aussi les fragilités d’un gouvernement qui ne sait gouverner qu’à coups de 49-3. Ces éléments de crise limitent pour le moment la possibilité de consolider un tournant réactionnaire, comme le montre le fait que le passage ou non de la loi pourrait ouvrir une crise pour la macronie. La situation est ainsi loin d’être refermée et la capitalisation de l’extrême droite sur cette situation n’est pas une fatalité. Seulement, pour que la dynamique puisse profiter aux travailleurs, il faudrait que les directions syndicales proposent un plan et construisent un front contre toutes les attaques en cours.

Les derniers mois ont montré l’échec flagrant de la politique de conciliation et de dialogue social. Alors que la crise économique en cours, l’inflation galopante, mais aussi le tournant militariste à l’international constituent autant de facteurs de la croissance des forces et idées réactionnaires, le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer, aux côtés des organisations du mouvement social, notamment anti-racistes et antifascistes, pour structurer une réponse par en bas qui permette d’imposer un autre agenda, de mettre en déroute l’extrême-droite et de faire le lien entre la bataille contre les lois antisociales et xénophobes, nos salaires et la situation à Gaza.


Facebook Twitter
Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

 « Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation

« Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation

Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Solidarité : SUD Rail & la CGT Energie 75 apportent leur soutien à Anasse Kazib, convoqué par la police

Solidarité : SUD Rail & la CGT Energie 75 apportent leur soutien à Anasse Kazib, convoqué par la police

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs

Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs

« Economie de guerre » : à Bergerac, Macron inaugure une usine militaire pour faire parler la poudre

« Economie de guerre » : à Bergerac, Macron inaugure une usine militaire pour faire parler la poudre

Limitation du droit d'asile, enfermement aux frontières : le Parlement européen adopte le pacte migratoire

Limitation du droit d’asile, enfermement aux frontières : le Parlement européen adopte le pacte migratoire