^

Monde

hypocrisie impérialiste

Vaccins quasi-périmés donnés aux pays d’Afrique : le Nigéria contraint de détruire 1 million de doses

Mercredi dernier, le Nigéria a dû détruire plus d'un million de doses de vaccin périmées, offertes par des pays occidentaux alors qu’il ne leur restait que quelques semaines de validité... Un désastre sanitaire qui démontre l'hypocrisie et l'impasse des mécanismes de dons de vaccins vers les pays du Sud.

lundi 27 décembre 2021

Crédits photo : Kola Sulaimon/AFP

La nouvelle vague qui frappe le monde du fait de la transmission du nouveau variant Omicron met à nouveau en lumière les conséquences désastreuses de l’absence d’une vaccination mondiale. Pourtant, les puissances impérialistes continuent d’entraver celle-ci avec une hypocrisie que symbolise les récents événements au Nigéria.

En effet, le pays le plus peuplé d’Afrique a été contraint mercredi dernier d’incinérer plus d’un million de doses périmées du vaccin AstraZeneca. Celles-ci faisaient parmi des quelques 10 millions de doses reçues quelques mois auparavant des pays occidentaux, et avaient été fournies à quelques semaines de leur péremption.

Alors que seule 3% de la population nigériane est vaccinée, Osagie Ehanire->https://www.bbc.com/afrique/region-59595386], ministre de la santé du Nigéria explique ainsi : « Cela nous a laissé très peu de temps, quelques semaines seulement, pour les utiliser, après déduction du temps nécessaire au transport, au déblaiement, à la distribution et à la livraison aux utilisateurs ». Faisal Shuaib, directeur de l’agence nationale nigérienne en charge des programmes d’immunisation, dénonce de son côté le fait que les pays riches « accumulent les doses en trop jusqu’au dernier moment avant d’en faire don et de nous les offrir ». Une situation qui n’est pas inédite, puisque comme le rapporte la BBC : « d’autres pays africains se sont également retrouvés avec des doses de vaccin périmées, notamment le Malawi et le Sud-Soudan. »

La situation au Nigéria est révélatrice de l’hypocrisie des puissances impérialistes, alors que seule 7.8% de la population du continent africain est primo-vaccinée. De fait, plus de 80% des vaccins dans le monde ont été attribués aux pays du G20. Refusant de lever les brevets et de généraliser la vaccination, les grandes puissances ont pris part au programme Covax, le programme de l’OMS de distribution des vaccins à l’international, sensés prouver leur engagement dans la vaccination mondiale.

Symbole de cet échec, le Nigéria n’a au total reçu que 7 millions de doses américaines de Pfizer et Moderna, et moins de 2 millions de doses d’AstraZeneca des pays européens, pour une population de plus de 200 millions d’habitants. En août dernier, une note de l’IRIS pointait l’échec général du programme : "À la mi-août, COVAX avait expédié 205 millions de vaccins dans 140 pays sur les 2 milliards de doses initialement prévues. En comparaison, 4,7 milliards de doses avaient été administrées dans le monde. Moins de 5 % des doses de vaccins avaient donc transité, à cette date, par ce mécanisme, laissant un sentiment général d’échec en dépit de l’énergie et de la communication déployées pour promouvoir un multilatéralisme « social »."

Le nationalisme vaccinal des grandes puissances, que dissimule mal l’hypocrisie de Covax, est responsable de l’émergence de nouveaux variants et ne fait que retarder la fin de la pandémie. Dans ce cadre, il est essentiel de continuer à dénoncer l’hypocrisie des puissances impérialistes et de revendiquer la levée des brevets pour produire massivement des doses de vaccin et permettre leur accès à l’ensemble des pays.



Mots-clés

Vaccin   /    Covid-19   /    Epidémie   /    Impérialisme   /    Monde