×

Extrême-droite

Répression des GJs, soutien au meurtrier de Nahel : le policier préféré des médias rejoint le RN

Spécialiste en défense des policiers coupables de meurtres, l'ex-porte-parole du SICP a annoncé qu’il rejoignait la liste du RN aux européennes. Une carrière politique lancée grâce aux médias dont il est le chouchou ces dernières années, de CNews à France 5 en passant par BFM.

Facebook Twitter
Répression des GJs, soutien au meurtrier de Nahel : le policier préféré des médias rejoint le RN

Commissaire de police et ancien porte-parole du Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP), le très médiatique Matthieu Valet a annoncé ce mardi 9 avril son entrée sur la liste du Rassemblement National pour les élections européennes de juin prochain. Avec cette nouvelle figure médiatique, le RN ajoute à sa liste un champion de la défense de l’impunité policière.

Commissaire à la BAC du Val-De-Marne, Matthieu Valet est en effet régulièrement invité sur les plateaux de BFM et CNews pour y défendre les policiers, en particulier lorsque ceux-ci sont accusés de meurtre. En 2018, Valet a fait ses armes dans la répression du mouvement des Gilets jaunes à La Ciotat, où le mouvement a connu son lot de manifestants violentés et emprisonnés. Depuis, le commissaire a été propulsé star médiatique de la défense de la répression et de l’impunité policière sur les plateaux de toutes les chaînes, de BFM et CNews à France 5.

Juste après le scandale provoqué par le meurtre du jeune Nahel, il avait pu y exprimer toute son empathie pour les policiers meurtriers sur CNews : « Aucun policier ne tue de gaité de cœur une personne dans une opération de police très difficile : en un dixième de seconde, le policier doit savoir si l’utilisation de son arme lui permettra de protéger sa vie et celle des autres ». Quelques semaines plus tard, Valet campait de nouveau dans les studios des chaînes d’information pour défendre le meurtrier de Nahel, « traité comme le pire des criminels » selon lui car placé… en détention provisoire.

Un travail de légitimation des meurtres policiers qui s’accompagne évidemment d’un soutien à la répression des mouvements sociaux. En 2023, lors de la mobilisation contre la réforme des retraites, Matthieu Valet faisait ainsi le tour des plateaux pour défendre les gardes-à-vue arbitraires, pratiquées massivement par la police, expliquant « est-ce que ce n’est pas mieux, dans notre état de droit, d’avoir une phase de garde à vue de 24/48h ? ». Dans le même sens, au lendemain de la mobilisation contre les méga-bassines à Sainte-Soline, face à l’avocate Elsa Marcel, le syndicaliste policier se faisait l’avocat des violences brutales contre les manifestants, appelant à ne pas traiter les militants écologistes comme des « quidam de droit commun » mais plutôt à faire en sorte que ces derniers soient « condamnés en conséquence ».

Chouchouté par les médias, Valet sait cacher les positions les plus radicales visant à renforcer le permis de tuer de la police derrière des formules acceptables sur les plateaux de France 5. Il n’ a cependant jamais caché aucune de ses positions. En 2022, Matthieu Valet réclamait ainsi haut et fort la possibilité pour les policiers de pouvoir tuer en toute impunité, face à un « ensauvagement systémique de la société ». Empruntant la rhétorique de l’extrême droite et de Darmanin, les habitantes des quartiers populaires ne seraient que des voyous, pour lesquels « la vie n’a plus aucune valeur (…). Ils ont un rapport complètement débridé à la violence et le fait de tuer est normalisé. » Un constat qui implique de faciliter l’usage des armes à feux pour le policier, et extraire les agents de répression des entraves légales actuelles, qualifiées « d’usine à gaz ».

Ce mardi, face aux journalistes de CNews, qui l’avaient invité pour annoncer sa candidature, Matthieu Valet a pu une fois encore marteler les éléments de langage de l’extrême-droite. Réagissant au meurtre dramatique du jeune Chamseddine, il a affirmé que « ce n’est plus l’ultra violence, c’est l’ensauvagement qui est en train d’emporter notre jeunesse ». Un discours qui lui a permis, une nouvelle fois, de dérouler, cette fois à visage découvert, un programme sécuritaire bien connu : abaissement de la majorité pénale, peines planchées, expulsions des logements sociaux... Présentant, comme à son habitude, les policiers pour des victimes, il a expliqué : « avant de demander des comptes aux policiers, on demandera des comptes aux voyous. »

Ce promoteur de l’impunité policière et du racisme d’État, méprisant tout autant les droits des habitants des quartiers populaires que ceux des manifestants, rejoint donc sans surprise le RN. De quoi dévoiler une nouvelle fois l’hypocrisie de ce parti qui voudrait faire croire qu’il soutient les Gilets jaunes et les manifestants contre la réforme des retraites, alors qu’il est 100% aligné avec les forces de répression qui les ont tabassés, éborgnés et emprisonnés. Valet devrait figurer à la 7ème place de la liste, aux côtés de Jordan Bardella et des prises du RN pour ces élections : Malika Sorel-Sutter, essayiste laïcarde et ancienne membre du Haut conseil à l’intégration, et Fabrice Leggeri, ancien patron de Frontex, contraint de démissionner à la suite d’un scandale concernant les pratiques de refoulement aux frontières qu’il encourageait.

Une liste ultrasécuritaire et réactionnaire, face à laquelle il va falloir commencer à construire une réponse ouvrière, qui oppose au durcissement autoritaire, à la criminalisation des étrangers et des quartiers populaires, et à la répression du mouvement ouvrier et du mouvement social une riposte d’ensemble. Si le RN progresse, c’est en effet en surfant sur les tendances profondes du régime qu’alimente le gouvernement, pas de lutte contre l’extrême-droite et tous ses « Valet », sans lutter contre les politiques de Macron sur tous les terrains. Il y a urgence !


Facebook Twitter
Kanaky : Des milices mènent des chasses à l'homme contre les Kanaks

Kanaky : Des milices mènent des chasses à l’homme contre les Kanaks

Circulaire Moretti : l'Etat se prépare à condamner massivement les Kanaks

Circulaire Moretti : l’Etat se prépare à condamner massivement les Kanaks

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »


5 mai 1988 : quand l'armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d'Ouvéa

5 mai 1988 : quand l’armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d’Ouvéa


Toulouse. Le 18 mai, une journée solidaire pour exiger un logement pour tous !

Toulouse. Le 18 mai, une journée solidaire pour exiger un logement pour tous !

Impunité. Non-lieu en appel pour les gendarmes impliqués dans la mort d'Adama Traore

Impunité. Non-lieu en appel pour les gendarmes impliqués dans la mort d’Adama Traore

Pour les Jeux Olympiques, le gouvernement veut éloigner les jeunes du 93

Pour les Jeux Olympiques, le gouvernement veut éloigner les jeunes du 93

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants