×

Et à la fin, c'est l'extrême droite qui gagne

Match de foot caritatif : LFI accepte de jouer dans l’équipe de députés RN et LR

Chaque année, un match de foot caritatif est organisé par l’Assemblée nationale. L’an dernier, les députés insoumis l’avaient boycotté pour éviter de devoir jouer dans l’équipe de députés d’extrême-droite. Mais cette année, ça passe…

Joël Malo

28 septembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Match de foot caritatif : LFI accepte de jouer dans l'équipe de députés RN et LR

Crédits photo : Capture d’écran BFM TV

Alors qu’ils l’avaient boycotté l’année dernière, les députés de la France Insoumise ont accepté de participer ce mercredi à un match de foot caritatif de l’Assemblée nationale. Organisé chaque année, celui-ci réunit une équipe de députés des différents groupes parlementaires qui affrontent d’anciennes stars du ballon rond, des chanteurs et autres célébrités au profit d’associations.

L’occasion de courir derrière un ballon entre collègues parlementaires, aux côtés de députés LR, récemment remarqués pour leur surenchère contre les allocataires du RSA ou les étrangers, de députés Renaissance, comptables de l’œuvre anti-sociale et autoritaire de la macronie, mais également du RN, qu’on ne présente plus…

L’an dernier, la présence de quatre députés d’extrême-droite avait conduit à un boycott de l’initiative par LFI. Mais cette année, ça passe et les députés LFI Carlos Martens Bilongo, David Guiraud, François Piquemal, Sébastien Rome et Eric Coquerel se sont donc prêtés à l’exercice. Pour se justifier, ce dernier a prétexté que le fait d’avoir « 6 ou 7 insoumis » sur la pelouse pour un seul député RN était une forme de « marginalisation »…

Il s’agit au contraire plutôt d’une petite victoire pour l’extrême droite. L’année dernière, un député insoumis déclarait : « je ne joue pas avec les fachos » tandis que les socialistes par la voix d’Olivier Faure dénonçaient une opération de « banalisation de l’extrême droite » pour se faire passer pour des « parlementaires comme les autres fondus dans la masse ».

Cette fois, tel le genou du député d’extrême droite Julien Odoul lors du match d’il y a un an, les barrières ont sauté. Et s’il est normal que beaucoup s’offusquent que LFI finisse par jouer avec l’extrême-droite, il faut ajouter qu’il est tout aussi gênant de se prêter au jeu aux côtés de macronistes et de députés LR, responsables de tant d’offensives contre les travailleurs et des classes populaires.

Car avec ce genre d’événements, l’Assemblée Nationale vise évidemment à mettre en scène la paix et l’amitié entre députés de tous bords. Comme si la politique était un échange poli entre « chers collègues » (comme l’ensemble des députés de la NUPES appellent ceux qui nous font les poches chaque jour) et pas une lutte de classe sans merci entre les patrons, les riches, leurs politiciens et les travailleurs.

Alors qu’hier cet événement caritatif se faisait sous le signe de la lutte contre le cyberharcèlement, Gabriel Attal n’a d’ailleurs pas manqué de venir y faire sa pub devant les caméras au lendemain de l’annonce de son plan ultra-répressif contre le harcèlement scolaire. Tout ça pour que l’opération, sponsorisée par des footballeurs, des humoristes, chanteurs et autres célébrités [1] permette de lever… 14.000 euros, grâce à l’immense générosité de quelques entreprises !

Pour vendre son maillot, ça ne fait pas cher. D’autant que ce renoncement n’est pas seulement anecdotique. Il s’inscrit dans une recherche d’apaisement et d’acceptabilité des députés insoumis vis-à-vis du régime après la séquence des retraites et face aux tensions internes à la NUPES. Cette dynamique ne peut que renforcer l’adaptation, déjà très avancée, de la France Insoumise au jeu parlementaire. Un jeu qui se joue de nos jours avec 88 députés d’extrême droite et une majorité toujours plus radicalisée.


[1Christian Karembeu, Robert Pires, Sidney Govou, Roméo Elvis, Jok’Air, Nasri, van Buyten ont encore Paul Mirabel n’ont donc pas non plus trouvé à redire à la présence d’un député raciste sur le terrain



Facebook Twitter
Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

Douze maires du 93 convoqués pour avoir défendu la nécessité d'un plan d'urgence dans l'éducation

Douze maires du 93 convoqués pour avoir défendu la nécessité d’un plan d’urgence dans l’éducation

Révolution Permanente débarque sur Twitch à partir de dimanche

Révolution Permanente débarque sur Twitch à partir de dimanche

Durée d'allocation, durcissement des règles : Attal précise son offensive contre l'assurance chômage

Durée d’allocation, durcissement des règles : Attal précise son offensive contre l’assurance chômage

À 100 jours des JO, Darmanin finalise son plan ultra-répressif

À 100 jours des JO, Darmanin finalise son plan ultra-répressif

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

Contre le délit d'opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Contre le délit d’opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Compte épargne temps : les directions syndicales s'entendent avec l'U2P pour aménager la misère

Compte épargne temps : les directions syndicales s’entendent avec l’U2P pour aménager la misère