×

Génocide

Les milices de colons et l’armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

Plusieurs attaques sanglantes de colons et de militaires israéliens ont eu lieu en Cisjordanie ce week-end. Le bilan est lourd : plusieurs dizaines de victimes, dont des enfants.

Arsène Justo

22 avril

Facebook Twitter
Les milices de colons et l'armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

Les attaques de colons israéliens, secondés par l’armée israélienne, ont connu une hausse exponentielle depuis le 7 octobre. 484 Palestiniens auraient ainsi été assassinés en Cisjordanie en l’espace de six mois et 774 attaques auraient eu lieu, tandis que plusieurs milliers de civils ont été blessés ou fait prisonniers et que plusieurs dizaines de milliers de Palestiniens ont été chassés de leurs maisons et de leurs terres. Ce weekend, Tsahal et plusieurs milices de colons surarmés ont pris pour prétexte la mort d’un colon israélien pour ravager des villages de Cisjordanie et assassiner plusieurs dizaines de Palestiniens, dont une grande proportion d’enfants.

Ainsi, après la disparition le 12 avril d’un berger originaire de l’avant-poste colonial de Malachei HaShalom, plusieurs dizaines de colons israéliens se sont organisés en milices armées de cocktails molotovs et de fusils et ont ravagé les terres palestiniennes environnantes. Ils ont entre autres envahi le petit village d’Al-Mughayyir, au nord de Ramallah, où ils ont incendié 21 maisons et 32 véhicules, massacré ou volé 220 moutons appartenant aux villageois, blessé 45 d’entre eux et expulsé 86 autres. Un conducteur d’ambulance, qui tentait de porter secours à plusieurs blessés a quant à lui été abattu par les colons, tandis qu’ils ont incendié un camion de pompier venu éteindre les incendies qu’ils avaient allumés. D’après le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha), les colons étaient « accompagnés par les forces israéliennes » qui ont empêché les secours d’entrer dans la zone. Une opération sanglante qui a finalement permis aux colons, mercredi 17 avril, de décréter l’annexion d’Al-Mughayyir, par l’érection symbolique de drapeaux israéliens le long de la route reliant Al-Mughayyir à Malachei HaShalom.

Une attaque loin d’être isolée, puisque le village voisin de Duma a de son côté été envahi le 13 avril par une centaine de colons secondés par 300 soldats, qui l’ont déclaré « zone militaire fermée ». La violence a néanmoins culminé ce weekend, avec notamment l’assassinat par Tsahal de deux adolescents, Mohamed Madjid Moussa Jabarine, 19 ans, et Moussa Mahmoud Moussa Jabarine, 18 ans, au nord d’Hébron et par une descente de l’armée israélienne dans le camp de réfugié de Nour Shams, à Tulkarem, qu’elle a assiégé durant trois jours, faisant 14 morts parmi ses habitants, dont plusieurs enfants. Elle s’y est également attachée à détruire les infrastructures, notamment ses seules arrivées d’eau.

L’Express rapporte ainsi plusieurs témoignages terrifiants, à l’image du triste sort réservé à Jihad Zandeq, un adolescent de 15 ans, abattu sous les yeux de son père alors qu’il sortait de chez lui les mains en l’air, ainsi que celui de Qais Fathi Nasrallah, 16 ans, lui aussi abattu de sang-froid par les militaires israéliens et dont le père a appris la mort lorsqu’il a été amené dans l’hôpital où il travaille comme secouriste. Le journal rapporte également le témoignage d’Hamdia Abdallah Sarhan, 85 ans, dont les soldats ont sciemment cassé la machine lui permettant de respirer.

Ces attaques sont malheureusement devenues monnaie courante. Les milices de colons sont en effet de plus en plus violentes et sont soutenues par le gouvernement israélien - comme le rappelle l’annonce récente de l’annexion de 800 hectares de terres palestiniennes - qui les assure notamment du soutien fréquent de son armée d’occupation. Cette dernière empêche non seulement les secours d’atteindre les zones ravagées, mais s’est aussi spécialisée dans le désarmement des villageois. Ainsi, alors que les Palestiniens vivent dans la crainte permanente d’un raid de colons surarmés, toute possession d’arme leur permettant de se défendre est assimilée à « l’appartenance à un groupe terroriste » et sert de justification aux exécutions extrajudiciaires opérées par l’armée israélienne, y-compris sur des enfants.

Alors que Tsahal s’apprête à entamer une nouvelle phase de son offensive génocidaire à Gaza et à faire le siège de Rafah, l’Etat colonial poursuit une autre guerre, plus longue et plus ancienne, en Cisjordanie. D’un côté comme de l’autre, les Palestiniens comptent leurs morts.


Facebook Twitter
Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l'horreur d'un camp de détention de Palestiniens

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l’horreur d’un camp de détention de Palestiniens

Kanaky : après l'adoption de la loi coloniale, l'État réprime la révolte dans le sang

Kanaky : après l’adoption de la loi coloniale, l’État réprime la révolte dans le sang

État d'urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

État d’urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

Interdiction de TikTok en Kanaky : une censure grave pour empêcher la mobilisation

Interdiction de TikTok en Kanaky : une censure grave pour empêcher la mobilisation

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l'offensive contre la Chine avant les élections

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l’offensive contre la Chine avant les élections

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants