×

Guerre en Ukraine

Le Kremlin attaqué par des drones. Entre cynisme poutinien, fébrilité et escalade

La Russie accuse l’Ukraine d’avoir tenté d’assassiner le président russe Vladimir Poutine lors d’une attaque aux drones contre le Kremlin. Kiev nie mais la Russie promet des représailles.

Philippe Alcoy

4 mai 2023

Facebook Twitter
Le Kremlin attaqué par des drones. Entre cynisme poutinien, fébrilité et escalade

Tôt ce mercredi deux drones ont été détruits par les défenses anti-aériennes du Kremlin, l’une des résidences officielles du président russe, Vladimir Poutine. Selon le Kremlin il s’agissait d’une attaque lancée par l’Ukraine et une tentative claire de tuer le chef d’État russe, qui ne se trouvait pas dans le palais. Alors que les autorités ukrainiennes nient toute implication dans cette attaque, le gouvernement russe promet de répondre à la hauteur « où et quand il le considérera opportun ». Du côté des États-Unis on a remis en question la version de la Russie, laissant entendre qu’il pourrait s’agir d’une fausse attaque mise en scène par le Kremlin lui-même.

Au-delà de ces spéculations totalement prévisibles de la part de l’impérialisme états-unien, même si l’attaque était réelle et qu’elle visait Poutine, il est très difficile d’imaginer que celle-ci aurait pu aboutir étant donné le niveau de sécurité du Kremlin mais aussi le fait que Poutine lui-même passe peu de temps dans le palais, préférant ses autres résidences officielles.

En ce sens, les dénonciations sur une « tentative de meurtre » de Poutine sont très exagérées. Cependant, cela n’a pas empêché les représentants des ailes les plus « dures » du régime d’appeler à la « vengeance ». C’est le cas notamment de l’ex-président russe Dmitri Medvedev qui a appelé à « l’élimination physique de Zelensky et sa clique ».

Pour soutenir RP, faites un don !

Ces déclarations relèvent effectivement d’un cynisme typique du régime de Poutine : l’armée russe bombarde et tue au quotidien des civils en Ukraine. Mais ces exagérations et ce cynisme cachent des objectifs politiques et militaires. En effet, on peut s’attendre à une nouvelle campagne de bombardements massifs sur le territoire ukrainien, même si pour certains analystes cette option est peu probable étant donnée la pénurie de missiles actuelle, d’autant plus dans un contexte où l’Ukraine serait en train de préparer une contre-offensive à Bakhmout.

Cependant, on ne peut pas exclure que cet incident serve de prétexte pour que Poutine refuse de renouveler l’accord sur l’exportation de produits agricoles ukrainiens à travers la Mer Noire qui arrive à terme ce 18 mai. Une telle décision arriverait à un très mauvais moment pour l’Ukraine puisque des États voisins de l’UE viennent d’imposer des restrictions protectionnistes aux importations de produits agricoles ukrainiens au nom de la défense de leurs propres agriculteurs.

Mais cette attaque, si elle s’avérait réelle, serait très inconfortable pour le pouvoir russe. D’une part, si le scénario d’une attaque montée par Kiev venait à se confirmer, cela marquerait la capacité de l’armée ukrainienne (ou de groupes paramilitaires liés à l’Ukraine) à mener des attaques au cœur de la Russie, ce qui s’inscrirait dans une liste d’attaques attribuées à l’Ukraine en territoire russe ces derniers mois. D’autre part, si on apprenait qu’elle venait de dissidents russes, cela signifierait que des groupes paramilitaires clandestins seraient en train de trouver des moyens de menacer le gouvernement en Russie même.

Cet incident montre que cette guerre réactionnaire risque à tout moment d’évoluer vers un conflit encore plus profond et dangereux pour les travailleurs et les classes populaires non seulement de l’Ukraine et de la Russie mais de tout le continent. Face à l’agression réactionnaire de la Russie, la résistance ukrainienne a été totalement capturée par une direction bourgeoise et pro-impérialiste n’offrant aucune perspective progressiste pour le prolétariat et l’ensemble des secteurs exploités et opprimés de la région.


Facebook Twitter
Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s'étend à de nombreuses facs américaines

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s’étend à de nombreuses facs américaines

Criminalisation des militants pour la Palestine : l'autre face du soutien au génocide d'Israël

Criminalisation des militants pour la Palestine : l’autre face du soutien au génocide d’Israël

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l'austérité

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l’austérité

Les milices de colons et l'armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

Les milices de colons et l’armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

Veto à l'adhésion de la Palestine à l'ONU, ou l'hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »

Veto à l’adhésion de la Palestine à l’ONU, ou l’hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »