×

Solidarité

États-Unis. À l’université de Columbia, la répression du soutien à la Palestine s’intensifie

La répression du mouvement de soutien au peuple Palestinien s'accentue aux États-Unis, et particulièrement dans les universités dans lesquelles il a été le plus actif. Face à la répression, les étudiant·e·s organisent un campement en soutien à la Palestine sur le campus de l'université.

Cathu Isnard

18 avril

Facebook Twitter
Audio
États-Unis. À l'université de Columbia, la répression du soutien à la Palestine s'intensifie

Crédits Photo : Left Voice

À l’initiative du groupe Columbia University, Apartheid, and Divestment (CUAD) – groupe formé par les étudiant·e·s suite à l’interdiction les administrateurs de l’université de Columbia de deux groupes, Students for Justice in Palestine et Jewish Voices for Peace – un campement s’est installé sur le principal campus de l’Université. Plusieurs centaines de personnes sont ainsi réunies depuis le 16 avril, entourées d’une vingtaine de voitures de la police de New York.

Ces étudiant·e·s mobilisé·e·s contre le génocide du peuple Palestinien exigent que l’université coupe l’ensemble de ses liens avec « les entreprises qui bénéficient de l’apartheid israélien et de l’occupation de la Palestine » ainsi que l’abandon des poursuites et de toutes les sanctions visant des personnes mobilisées en solidarité avec la Palestine. Cela fait suite à la suspension de plusieurs étudiants mobilisés par l’université, qui a fait appel à une entreprise de détectives privés pour sanctionner et même expulser une partie de ces étudiants de leur logement étudiant.

Un saut dans la répression a été observé ce jeudi avec l’arrestation de la totalité des étudiant·e·s présent·e·s sur le campement par la police new-yorkaise selon une étudiante de Columbia qui a posté une photo de l’arrestation sur X, en continuité directe avec la suspension de plusieurs étudiant·e·s ainsi que le fichage et la persécution des professeurs qui ont exprimé leur soutien à la Palestine.

La répression s’accentue dans les Universités et à Columbia, l’épicentre du mouvement

L’administration de Columbia, sous pression du gouvernement, tente depuis plusieurs semaines de mettre un coup d’arrêt au mouvement de soutien à la Palestine. Aidan Parisi, un étudiant mobilisé interviewé par Left Voice raconte ainsi que les leaders du groupe Columbia University Apartheid Divest (CUAD) ont reçu des emails les menaçant d’expulsion de leur logement étudiant afin de les dissuader de tenir un rassemblement contre le bombardement de l’hôpital Al-Shifa. De plus, si l’université américaine est connue pour être un terreau important du militantisme étudiant, cela fait plusieurs mois que l’administration mène des politiques pour restreindre le droit à la mobilisation avec le recrutement d’une sécurité privée ou encore l’autorisation de la répression policière dans l’enceinte du campus, une première depuis des décennies.

Le 3 avril, soit la veille du rassemblement en question, 6 étudiant·e·s de Columbia, dont un étudiant palestinien et deux étudiants juifs ont été suspendus par l’université. Trois étudiants ont, eux aussi, reçu une suspension ce jeudi matin selon des militants. Comme l’explique Tristan Taylor dans les colonnes de notre organisation sœur Left Voice, « L’Université de Columbia a été un lieu de lutte important pour le mouvement de solidarité avec la Palestine. Il s’agit d’une institution d’élite qui joue un rôle clé dans le fonctionnement du régime capitaliste. Il s’agit également d’une institution qui, en raison de son rôle stratégique pour l’impérialisme américain, entretient des liens étroits avec Israël. Ces caractéristiques en ont également fait un lieu important dans la lutte de solidarité avec la Palestine, qui a pu s’y développer et jouer un rôle important dans le mouvement au niveau national ».

Si ces étudiants ont pris la tête du mouvement pro-palestinien aux États-Unis, l’administration de Columbia a quant à elle pris la tête de la répression. Cela n’a pourtant pas suffi à éviter la convocation de plusieurs de ses membres au Congrès américain, dont sa présidente, pour « antisémitisme ».

Les auditions au Congrès : retour au maccarthysme pour réprimer le soutien à la Palestine

Le 17 avril, la présidente de Columbia Université, Nemat Shafik, était entendue par commission de l’éducation et de la main-d’œuvre de la Chambre des représentants américaine. N. Shafik y a notamment donné le nom de plusieurs professeurs sous le joug d’une enquête interne, insistant sur le fait que plusieurs d’entre eux « ne travailleront plus jamais à l’université ».

Cela n’a pas satisfait une large partie de la commission, qui souhaite des « mesures plus énergiques » contre le mouvement de soutien au peuple palestinien. Si les républicains sont les principaux instigateurs de ces auditions et pressions, les démocrates contribuent à réprimer le mouvement ou refusent de le soutenir.

Alors que l’heure est à l’escalade guerrière, le mouvement pro-palestinien est une épine dans le pied pour les bourgeoisies des pays impérialistes, et a fortiori les États-Unis. Le gouvernement – démocrate – réprime durement la frange la plus radicale du mouvement, afin de réduire son influence sur les masses et les travailleurs et d’éviter la propagation de positions anti-impérialistes.

Face à cette situation, Left Voice appelle à une campagne unitaire nationale, mobilisant les organisations pro-palestiniennes et les syndicats comme United Auto Workers (UAW) ou l’American Association of University Professors (AAUP), contre la répression du mouvement en solidarité avec la Palestine.


Facebook Twitter
Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l'horreur d'un camp de détention de Palestiniens

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l’horreur d’un camp de détention de Palestiniens

Kanaky : après l'adoption de la loi coloniale, l'État réprime la révolte dans le sang

Kanaky : après l’adoption de la loi coloniale, l’État réprime la révolte dans le sang

État d'urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

État d’urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

Interdiction de TikTok en Kanaky : une censure grave pour empêcher la mobilisation

Interdiction de TikTok en Kanaky : une censure grave pour empêcher la mobilisation

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l'offensive contre la Chine avant les élections

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l’offensive contre la Chine avant les élections

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants