×

Solidarité contre le massacre à Gaza

Espagne, Etats-Unis : dockers et manifestants bloquent l’envoi d’armes à Israël et exigent le cessez-le-feu

Plusieurs villes portuaires, à travers le monde, ont connu ces dernières heures des actions de blocage contre les navires de guerre transportant du matériel en direction d’Israël, de la part d’organisations ouvrières et de jeunesse opposées au massacre des Gazaouis.

Jyhane Kedaz

7 novembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Espagne, Etats-Unis : dockers et manifestants bloquent l'envoi d'armes à Israël et exigent le cessez-le-feu

Des jeunes militants bloquent une usine Boeing fournissant l’armée israélienne dans le Missouri (Etats-Unis), lundi. Crédits : Peyton Wilson)

Les manifestations de solidarité envers le peuple palestinien, massacré par Israël dans la bande de Gaza, se multiplient ces derniers jours. Tandis que les gouvernements occidentaux continuent d’afficher leur soutien diplomatique, militaire et économique à l’Etat colonial d’Israël, dans divers pays du monde, des organisations ouvrières et de jeunesse se mobilisent pour tenter de stopper la barbarie en cours.

Les villes portuaires de Barcelone en Espagne, mais aussi de Tacoma ou d’Oakland aux Etats-Unis ont ainsi connu des actions de blocage ces derniers jours contre les envois d’armes vers Israël. Lundi 6 novembre, les dockers barcelonais de l’OEPB, syndicat majoritaire parmi les plus de 1 200 travailleurs du port, ont ainsi décidé en assemblée de bloquer toute activité liée au transport de matériel de guerre vers Israël et la Palestine.

Les docks fermés aux navires transportant du matériel de guerre à Barcelone

“En tant qu’organisation de travailleurs, le respect des droits humains (...) est une obligation et un engagement. Droits humains qui semblent avoir été oubliés par les propres pays signataires de la charte de l’ONU, et qui se trouvent aujourd’hui violés en Ukraine, en Israël ou sur le territoire palestinien, entre autres”, a affirmé l’OEPB dans une déclaration, dénonçant “la complicité par inaction” des Nations Unies avec le massacre en cours.

Avant de poursuivre, “nous avons décidé d’interdire dans notre port l’activité de navires contenant du matériel de guerre afin de protéger les populations, quel que soit le territoire. Aucune cause ne justifie de sacrifier des civils”, ont ainsi déclaré les dockers barcelonais, exigeant le cessez-le-feu.

Contre le ravitaillement des navires américains

Une marque de solidarité ouvrière qui fait écho aux mobilisations qui se sont déroulées ces derniers jours aux Etats-Unis, contre l’envoi d’armes et la complicité du gouvernement impérialiste américain, fervent défenseur de l’Etat d’Israël. Dans la ville portuaire de Tacoma, dans l’État de Washington, plusieurs centaines de manifestants ont ainsi bloqué pendant plusieurs heures dès lundi matin le navire militaire américain MV Cape Orlando, employé pour le ravitaillement des opérations extérieures américaines, et qui aurait déjà été utilisé pour transporter du matériel militaire américain en Afghanistan et en Irak.

“C’est un moment historique. Les gens sortent pour dire : ‘Non aux financements du génocide, non aux bombes américaines qui détruisent des hôpitaux et tuent des enfants à Gaza’” explique Wassim Hage, du Centre de ressources et d’organisation arabe basé à San Francisco, à l’Associated Press.. Le Cape Orlando a suscité des manifestations similaires vendredi à Oakland, en Californie, où il a accosté avant de mettre le cap sur Tacoma.

Selon BreakThrough News, média américain couvrant les luttes sociales, l’armée aurait été réquisitionnée à Tacoma face au refus des dockers de charger le navire, invoquant leur droit de retrait. “Les travailleurs du port de Tacoma ont confirmé à BreakThrough que l’entreprise portuaire espère utiliser du personnel militaire pour charger la cargaison d’armes israéliennes actuellement bloquée.

L’armateur Boeing bloqué dans le Missouri

Lundi, une manifestation de même nature avait éclaté à Saint-Charles dans le Missouri, devant une usine Boeing produisant des bombes pour Israël. “Boeing, Boeing, combien d’enfants allez-vous tuer aujourd’hui ?” ont ainsi scandé des dizaines de jeunes venus réclamer l’arrêt des envois d’armes, tout en s’opposant à la circulation des véhicules sur le site.

Selon le ministère de la Santé de Gaza, plus de 10 000 Palestiniens ont déjà été tués en un mois de bombardements de la part de Tsahal. Face à la barbarie qui se déroule sous nos yeux, avec la complicité des gouvernements impérialistes, les travailleurs montrent par leurs mobilisations la voie à suivre pour exiger l’arrêt des échanges militaires, économiques et diplomatiques avec l’État colonial et meurtrier d’Israël.


Facebook Twitter
Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Pourquoi le vote du dégel du corps électoral a fait exploser la colère du peuple kanak ?

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l'horreur d'un camp de détention de Palestiniens

Tortures, humiliations, amputations… : CNN révèle l’horreur d’un camp de détention de Palestiniens

Kanaky : après l'adoption de la loi coloniale, l'État réprime la révolte dans le sang

Kanaky : après l’adoption de la loi coloniale, l’État réprime la révolte dans le sang

État d'urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

État d’urgence, armée, réseaux sociaux coupés : face à la répression coloniale, soutien au peuple kanak !

Interdiction de TikTok en Kanaky : une censure grave pour empêcher la mobilisation

Interdiction de TikTok en Kanaky : une censure grave pour empêcher la mobilisation

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l'offensive contre la Chine avant les élections

Tarifs douaniers records : Joe Biden intensifie l’offensive contre la Chine avant les élections

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

États-Unis : où en est le mouvement de solidarité avec la Palestine ?

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants

Xénophobie : les agents de Frontex bientôt déployés en Belgique pour traquer et expulser les migrants