^

Du Pain et des Roses

La transphobie tue, l'état complice !

Suicide d’un lycéen trans au Mans : un hommage organisé au lycée Bréquigny de Rennes

Suite au suicide d’un lycéen trans dans un établissement du Mans le 13 mai, un rassemblement a été organisé devant le lycée Bréquigny à Rennes ce lundi. Une occasion pour les lycéen.ne.s d'apporter leur soutien à la famille et ses proches, mais aussi de rappeler que la transphobie tue, et ce même dans l’Education Nationale.

lundi 23 mai

À l’appel du Poing Levé, un rassemblement réunissant une cinquantaine de lycéen.ne.s s’est tenu devant le lycée Bréquigny à Rennes ce lundi 23 mai. Ces dernièr.e.s souhaitaient rendre hommage au lycéen qui s’est suicidé pendant l’inter-cours, il y a maintenant une dizaine de jours au Mans.

Rassemblés au pied d’un arbre sur lequel était attaché le drapeau trans, plusieurs lycéen.ne.s ont allumé des bougies pour commémorer la mémoire de leur camarade. S’en suivront quelques prises de paroles, ou les intervenant.e.s présent.e.s ont tenu à rappeler que « ce n’est pas un cas isolé, mais plutôt représentatif d’un mal-être général parmi la communauté LGBT », comme le raconte l’une des lycéennes au mégaphone.

C’est un nouveau drame pour la communauté LGBT intervient après une succession d’autres suicides de jeunes LGBT pendant leur parcours scolaire. Comme le dénonce une militante du Poing Levé : « le système éducatif français, de la primaire à l’université semble en incapacité d’avoir une politique inclusive à l’égard des minorité de genre et de sexualité, auxquels elle s’adresse pourtant ».

Une autre militante au mégaphone l’affirme : « concernant les élèves trans et non-binaire, les points d’échauffement sont nombreux : incompréhension et déni face aux premières interpellations, programme scolaire en science et vie de la terre ou en éducation physique non-adapté ou purement discriminatoire, accueil et accompagnement scolaire défaillant, dispositif pédagogique notamment en matière d’éducation à la sexualité non incluante et non-prise en compte des cas de transphobie. »

Ce drame, qui rappelle l’histoire tragique de Fouad, montre encore que le problème n’est pas seulement une Education Nationale "trop peu adaptée" aux minorités de genre. En réalité, les politiques menées par le gouvernement durant tout le quinquennat alimentent le phénomène. Des sorties réactionnaire s’attaquant à l’écriture inclusive, notamment autour de la polémique sur le pronom iel, aux polémiques concernant les « tenues républicaines », le gouvernement a mis au centre la bataille contre un soi-disant « islamo gauchisme » ou encore le « wokisme » à l’école ce qui n’est pas sans conséquences.

Aujourd’hui, ce rassemblement a permis de rendre hommage au lycéen victime de ce système et de dévoiler toute l’hypocrisie de l’Etat, qui se prétend progressiste tout en limitant les droits des personnes LGBT. Comme le rappelle une militante du Poing Levé Bréquigny : « face a ça, la réaction qu’on doit avoir c’est de tous réagir collectivement, en s’organisant sur nos établissements, avec les étudiant.e.s et collégien.ne.s, pour lutter en solidarité avec les victimes de violences LGBTphobes. La transphobie d’état tue, et c’est à nous de prendre en charge la défense de nos identités et d’arracher le droit d’exister. À part de misérables campagnes symbolique, l’Etat n’est pas de notre côté, on n’a rien à attendre de ses institutions. »



Mots-clés

Lycéens   /    Le Poing Levé   /    Education nationale    /    LGBTphobie   /    LGBT   /    Le Mans   /    suicide   /    Lycées   /    Du Pain et des Roses