×

Cnews

Qu’est ce que « En quête d’esprit », l’émission qui fait de l’avortement la première cause de mortalité ?

Le programme du dimanche soir sur Cnews ? Une heure de discours catholique intégriste hebdomadaire. La dernière édition en date de l’émission « En quête d’esprit » s’en est prise au droit à l’avortement, mais n’en est pas à son coup d’essai dans la bêtise ultra-réactionnaire.

Cathu Isnard

27 février

Facebook Twitter
Audio
Qu'est ce que « En quête d'esprit », l'émission qui fait de l'avortement la première cause de mortalité ?

Photo : Émission « En quête d’Esprit » du 25 février

Dimanche dernier, l’émission hebdomadaire « En quête d’Esprit » s’est dédiée à la question de l’avortement et surtout « à ce qu’en dit l’Église ». Entouré d’un plateau tout ce qu’il y a de plus réactionnaire, l’animateur Aymeric Pourbaix nous présente une infographie désignant l’avortement comme la « 1ère cause de mortalité dans le monde », devant le cancer et le tabagisme. Outre une source plus que caduque concernant le nombre d’avortements annuels dans le monde, l’émission présente tout simplement l’IVG comme un meurtre. Ce n’est pas un hasard si cette rhétorique trouve sa place dans l’émission « En quête d’esprit », vitrine la plus franche du projet ultra-conservateur de son propriétaire Vincent Bolloré.

Présentée sur le site de Cnews comme un « magazine d’actualité d’un point de vue spirituel et philosophique », l’émission « En quête d’esprit » n’est rien d’autre qu’un ramassis des idées les plus infectes de l’extrême-droite, sauce catho intégriste. Elle avait ainsi déjà fait parler d’elle pour son obscurantisme en octobre 2022 lors d’une émission dédiée aux « Anges et aux forces du mal », qui mettait en scène l’archange saint-Michel en lutte contre les forces du mal. Entre « Y a-t-il une guerre civile au Paradis ? », « Combat contre le mal ? : qui est l’Antéchrist ? » et « Quels moyens pour lutter contre le diable ? », les titres de l’émission faisaient alors penser à une parodie.

Son présentateur Aymeric Pourbaix est le reflet de ce savant mélange de fondamentalisme religieux et conservatisme politique : il a d’abord fait ses armes à Radio Notre Dame, avant de diriger la revue Famille Chrétienne. En 2018, lorsque Vincent Bolloré rachète le très droitier magazine France Catholique, fondé par l’extrême-droite catholique en 1924 et maintenant depuis une ligne éditoriale maurassienne, c’est Aymeric Pourbaix qu’il nomme à sa tête pour en redresser les ventes. L’hebdomadaire affiche clairement son projet sur son site web : « puiser dans les trésors de l’Église, de son histoire, de la civilisation chrétienne pour informer et former nos lecteurs. » Le milliardaire d’extrême droite Vincent Bolloré a dû se montrer satisfait du travail de propagande réactionnaire du journaliste, puisqu’il lui a confié le créneau dominical de 21h sur Cnews à partir de mai 2020. De l’eau bénite pour Aymeric Pourbaix, qui se fait depuis lors le porte-parole d’idées particulièrement obscurantistes et réactionnaires qui entraînent pour la deuxième fois un backlash médiatique contre la chaîne de Bolloré. On peut voir là une continuité de la stratégie que le milliardaire avait déjà adoptée pour imposer des figures telles qu’Éric Zemmour dans le paysage médiatique : des sorties extrémistes à la chaîne qui entraînent des réactions outrées mais peuvent participer à polariser l’échiquier politique à droite et banaliser les idées les plus rances.


Facebook Twitter
Capitalisme et patriarcat

Capitalisme et patriarcat

Acharnement : l'État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

Acharnement : l’État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

Les conséquences désastreuses de la politique de l'enfant unique

Les conséquences désastreuses de la politique de l’enfant unique

8 mars : non, le collectif Nous Vivrons n'avait rien à faire dans la manifestation !

8 mars : non, le collectif Nous Vivrons n’avait rien à faire dans la manifestation !

Tribune. Les soutiens d'un État génocidaire n'ont pas leur place dans nos luttes féministes !

Tribune. Les soutiens d’un État génocidaire n’ont pas leur place dans nos luttes féministes !

Affection de longue durée : l'offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives

Affection de longue durée : l’offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives

Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend réprimés par la SNCF : 200 personnes réunies en soutien

Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend réprimés par la SNCF : 200 personnes réunies en soutien

8 mars : après une mobilisation réussie, quel plan de bataille pour les droits des femmes ?

8 mars : après une mobilisation réussie, quel plan de bataille pour les droits des femmes ?