×

Solidarité internationale

Libérez Boris Kagarlitsky, marxiste russe arrêté par Poutine

Le sociologue et marxiste russe Boris Kagarlitsky a été arrêté par le FSB sur la base d'accusations forgées de toutes pièces de « justification du terrorisme ». Une offensive scandaleuse contre ceux qui se positionnent contre la guerre en cours face à laquelle nous relayons ce texte de l’Union des marxistes.

29 juillet 2023

Facebook Twitter
Audio
Libérez Boris Kagarlitsky, marxiste russe arrêté par Poutine

Nous relayons ce texte publié par une organisation communiste de Russie, L’Union des marxistes. L’Union des marxistes participe à organiser les travailleurs, notamment dans les entrepôts et parmi les livreurs et chauffeurs de taxi.

En Russie, une procédure judiciaire montée de toutes pièces a été lancée contre l’éminent sociologue de gauche Boris Kagarlitsky. Il est accusé de « justifier le terrorisme » en raison de son discours sur les motivations des Forces armées ukrainiennes dans l’explosion du pont de Crimée. En réalité, il s’agit de l’élimination des dernières figures d’opposition dans le cadre d’une crise politique à la suite des échecs militaires.

Kagarlitsky est un théoricien de gauche renommé en Russie, connu internationalement pour ses ouvrages, notamment les livres à succès Between Class and Discourse : Left Intellectuals in Defence of Capitalism et From Empires to Imperialism, qui aident à comprendre la structure du capitalisme moderne et les défis auxquels sont confrontés les mouvements de gauche.

Kagarlitsky n’a pas émigré et n’a pas cessé ses activités politiques, même lorsque les autorités russes l’ont qualifié d’ « agent étranger » pour sa position anti-guerre constante pendant le conflit russo-ukrainien. Il a récemment publié son dernier livre. Au fil des ans, le journal en ligne Rabkor, qu’il dirige, est devenu une plateforme d’information qui réunit des personnes aux points de vue différents, de gauche et démocrates. Kagarlitsky n’a jamais refusé les méthodes de lutte parlementaire et s’est habilement engagé dans des discussions avec des opposants politiques, s’attirant même la sympathie de ces derniers.

Le 25 juillet 2023, il a été révélé que le Service fédéral de sécurité (FSB) avait engagé des poursuites pénales contre Kagarlitsky au titre de l’un des nouveaux chefs d’accusation, à savoir la « justification du terrorisme ». En cause, un ancien message sur les réseaux sociaux dans lequel il indiquait que l’explosion du pont de Crimée pouvait être comprise « d’un point de vue militaire ». Sous ce prétexte absurde, Kagarlitsky a été rapidement emmené à un millier de kilomètres de Moscou et jugé dans une petite ville régionale, à huis clos, sans média ni représentation légale. Le tribunal municipal de Syktyvkar a ordonné la détention de Kagarlitsky jusqu’au 24 septembre. Il sera détenu au centre de détention de Verkhniy Chov. Aujourd’hui, ce penseur de gauche âgé risque jusqu’à sept ans de prison, et des perquisitions sont menées dans les locaux de ses associés.

Ces précautions méticuleusement prises par ceux qui orchestrent la persécution politique de Kagarlitsky démontrent qu’ils s’inquiètent sérieusement du soutien organisé au sociologue de gauche - peut-être plus grand que pour toute autre personnalité publique restante en Russie. Et ce n’est pas sans raison, car la nouvelle de l’arrestation de Kagarlitsky a suscité la colère et l’empathie d’un large éventail de militants : tous ceux qui ont appris de lui, débattu avec lui et travaillé à ses côtés.

En outre, ce n’est pas le premier cas de persécution à l’encontre de militants de gauche : des accusations pénales et administratives fondées sur de faux motifs sont portées contre des syndicalistes et des militants, tels qu’Anton Orlov et Kirill Ukraintsev, et le statut d’ « agent étranger » est attribué à de nouvelles personnes chaque semaine, dont le mathématicien et militant de gauche Mikhaïl Lobanov. Malgré la quasi-disparition des moyens légaux de résister à l’oppression du gouvernement en Russie, nous ne laisserons pas Kagarlitsky seul face à ses accusateurs.

Kagarlitsky doit être libéré ; que ce slogan soit repris par tous ceux qui lui ont serré la main ou qui ont lu ses livres. Nous vous appelons à le soutenir : par des publications, des actions et en prêtant attention à ses livres. Les personnes peuvent périr, mais pas les idées, et Kagarlitsky a tout fait pour que les murs de la prison ne retiennent pas son combat pour la liberté humaine.


Facebook Twitter
Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Invasion de Rafah : une nouvelle étape dans le génocide des Palestiniens

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s'étend à de nombreuses facs américaines

Palestine : 49 étudiants de Yale interpellés, la colère s’étend à de nombreuses facs américaines

Criminalisation des militants pour la Palestine : l'autre face du soutien au génocide d'Israël

Criminalisation des militants pour la Palestine : l’autre face du soutien au génocide d’Israël

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l'austérité

Argentine : la jeunesse entre massivement en lutte contre Milei et l’austérité

Les milices de colons et l'armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

Les milices de colons et l’armée israélienne mènent plusieurs raids sanglants en Cisjordanie

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

Génocide à Gaza. La mobilisation du peuple jordanien montre la voie

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

Veto à l'adhésion de la Palestine à l'ONU, ou l'hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »

Veto à l’adhésion de la Palestine à l’ONU, ou l’hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »