×

NUPES

Convocation des partis par Macron : LFI caution de gauche de l’opération

Ce mercredi, après avoir un temps fait planer la possibilité de sa non-participation, LFI a finalement accepté l’invitation de Macron, plus affaibli que jamais, à sa réunion des partis. L’organisation a dénoncé à sa sortie une réunion « grotesque » mais cautionne par sa présence l’opération.

Damien Bernard


et Seb Nanzhel

1er septembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Convocation des partis par Macron : LFI caution de gauche de l'opération

Crédit photo : capture d’écran BFM-TV

« Consternant » pour Mélenchon, « grotesque » pour Manuel Bompard, « une initiative qui fait pschit » pour Alexis Corbière, «  [Macron] incarne le pire de la Ve République » pour Mathilde Panot : à la sortie de la réunion organisée par Macron avec les partis politiques représentés au Parlement mercredi à la maison d’éducation de la Légion d’honneur de Saint-Denis, les Insoumis n’ont pas eu de mots assez durs pour la macronie. Mais l’organisation s’est pourtant prêtée au petit jeu voulu par le Président de la République…

LFI, caution de l’opération politique de Macron

Après avoir fait planer le doute sur la présence de LFI à cette réunion - Manuel Bompard avait par exemple déclaré lors de l’Université d’été de LFI « nous n’avons pas besoin de ces grands bla-bla » ou expliqué « il n’y a pas de compromis possible avec un pouvoir qui brutalise son peuple, qui criminalise ses opposants (…). L’heure pour nous est à la lutte, à l’action… » - l’organisation a finalement répondu par la positive à l’invitation de Macron ce mercredi. Une participation justifiée dans un communiqué par la volonté de la NUPES de défendre ses propres mesures lors de la discussion, tout en critiquant la politique du gouvernement et les termes de l’invitation, dont certains comme la « décivilisation » sont empruntés à l’extrême droite. Pour tenter de garder la face, la NUPES avait également annoncé le boycott du dîner prévu par le président.

Lire aussi : Réunion des partis : en acceptant la « main tendue » de Macron, la NUPES cautionne son opération

Mercredi soir, Manuel Bompard a donc finalement pris part à la très longue discussion (12 heures) structurée autour des thèmes des « tensions internationales, l’action publique, la cohésion nationale » aux côtés de ses collègues de la NUPES mais également de Jordan Bardella et d’Eric Ciotti et bien sûr de Macron. Sans surprise, les mesures réclamées par la NUPES ont été balayées d’un revers de main par le président : « c’est normal qu’on soit venus porter les propositions qui sont les nôtres, mais honnêtement on a pas en face un interlocuteur qui soit près à entendre ces propositions », témoignait ainsi Manuel Bompard en sortie de réunion.

Pour que l’opération politique du gouvernement ne soit pas une nouvelle fois réduite à une stricte opération de communication, Macron a acté le principe d’une : « conférence sociale sur les carrières et les branches situées en dessous du smic ». Une proposition encore très floue qui a tout d’une énième tentative pour renouer le « dialogue » avec la gauche institutionnelle et les directions syndicales afin de canaliser la colère sur les salaires sur un terrain institutionnel tout en écartant d’emblée toute augmentation généralisée des salaires. La conférence portera en effet uniquement sur « sur les carrières et les branches situées sous le salaire minimum. »

Une capitulation de LFI au moment où Macron est le plus affaibli

Dans ces coordonnées, les déclarations incendiaires la LFI en sortie de réunion apparaissent avant tout comme une manière de masquer la réalité de la participation de la gauche institutionnelle à la rencontre, qui visait à mettre en scène une mascarade de « dialogue » pour faire baisser la tension politique et sociale. La participation de LFI à cette réunion a en effet offert une caution de « gauche » à cette opération d’un gouvernement qui, affaibli par la crise de gouvernabilité, cherche à sortir de l’impasse politique. Après avoir refusé de participer au Conseil National de la Refondation, LFI signe ainsi une grave capitulation derrière Macron.

Une action au profit de la macronie, comme en témoigne les réactions de jubilation dans le camp présidentiel. Le secrétaire général de Renaissance Stéphane Séjourné a ainsi évoqué après la réunion « une nouvelle étape d’apaisement dans le dialogue politique ». Clément Beaune, le ministre des transports, a quant à lui décrit sur Europe 1 « le signe d’une démocratie mature », tandis qu’Olivier Véran insiste sur le fait que « quelque chose s’est passé hier qui pourrait bien marquer l’histoire politique, voire démocratique, de notre pays ». Une joie des plus démonstratives qui illustre à la fois la réussite du « coup politique » de la majorité présidentielle et le scandale de la décision de LFI.

A rebours de toute conciliation avec Macron, c’est en indépendance totale vis-à-vis du régime qu’il sera possible d’opposer une riposte face à l’offensive gouvernementale. Et ce n’est en aucun cas dans les discussions avec Macron qu’il sera possible d’obtenir quoi que ce soit. La feuille de route de la macronie est claire : attaques anti-sociales, sécuritaires et racistes. Le mouvement ouvrier, qui a fait l’expérience ces derniers mois de l’inflexibilité de Macron, doit forger un programme pour le combat, qui permette d’articuler l’opposition à l’ensemble des fronts que prépare le gouvernement et de construire la contre-offensive.


Facebook Twitter
Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs

Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs

Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Solidarité : SUD Rail & la CGT Energie 75 apportent leur soutien à Anasse Kazib, convoqué par la police

Solidarité : SUD Rail & la CGT Energie 75 apportent leur soutien à Anasse Kazib, convoqué par la police

« Economie de guerre » : à Bergerac, Macron inaugure une usine militaire pour faire parler la poudre

« Economie de guerre » : à Bergerac, Macron inaugure une usine militaire pour faire parler la poudre

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Limitation du droit d'asile, enfermement aux frontières : le Parlement européen adopte le pacte migratoire

Limitation du droit d’asile, enfermement aux frontières : le Parlement européen adopte le pacte migratoire

Périmètre « antiterroriste », QR code, surveillance généralisée : Darmanin dévoile son plan pour les JO

Périmètre « antiterroriste », QR code, surveillance généralisée : Darmanin dévoile son plan pour les JO

5€ pour un rendez-vous raté chez le médecin : pour Attal, le problème de la santé c'est les patients

5€ pour un rendez-vous raté chez le médecin : pour Attal, le problème de la santé c’est les patients