^

Politique

faisons front contre l'extrême droite !

Ce samedi 27 novembre, manifestons contre l’extrême droite, le gouvernement et le racisme d’État à Ménilmontant !

Ce samedi, à l’appel de la Jeune Garde d’autres organisations comme le collectif Paris Queer Antifa, l’Union communiste libertaire et le NPA, aura lieu une manifestation contre le racisme et l’extrême droite à Ménilmontant, départ 15h. Dans un contexte d’offensive réactionnaire et islamophobe, rejoignons la mobilisation contre les idées d'extrême-droite, mais aussi le gouvernement et le racisme d’État.

vendredi 26 novembre 2021

crédit photo : O Phil des contrastes

Depuis la rentrée, les idées d’extrême-droite prolifèrent dans une présidentielle aux débats particulièrement réactionnaires. La candidature de Zemmour, propulsée par CNews, est la pointe avancée de cette offensive. Le polémiste incarne une extrême droite est de plus en plus décomplexée, qui a le champ libre pour proférer sa haine et ses discours complotistes sur le « grand remplacement » ou « l’islamo-gauchisme ».

Dans ce contexte, la semaine dernière, Street Press publiait des caricatures diffusées par des néonazis sur leurs pages, représentant des militants politiques comme Danielle Obono, Taha Bouhafs, Jean Luc Mélenchon, Mathieu Molard, ou Jean Hugon, une cible sur la tête. Des menaces de mort provenant du canal Télégram « Les Vilains Fachos », un groupe néonazi en campagne pour Éric Zemmour, invité à un des QG de campagne de Zemmour à Paris. Dans le même temps, la Cocarde et d’autres militants d’extrême droite n’ont pas hésité à attaquer le cortège féministe de la manifestation du 20 novembre, armés de ceintures et brandissant des chaises. A Valence aussi, le rassemblement contre les violences sexistes et sexuelles a été violemment attaqué cette semaine.

Pourtant, cette poussée de l’extrême-droite est indissociable d’un climat général réactionnaire instauré par le gouvernement et la droite. Depuis plus d’un an, le gouvernement multiplie les attaques, de la Loi Séparatisme à la Loi Sécurité Globale en passant par la dissolution du CCIF, et les sorties racistes. Dans ce cadre, pas un jour ne passe sans une nouvelle polémique réactionnaire. Pour éviter les sujets sociaux et économique, ainsi que celui de sa gestion sanitaire, le gouvernement, la droite et l’extrême-droite travaillent à mettre la question de l’immigration, de l’« insécurité » ou encore de « l’idéologie woke » au coeur du débat public. Dans le même temps, Macron continue à attaquer tous nos acquis sociaux, autour de la réforme de l’assurance chômage notamment, et l’augmentation des prix frappe durement de très nombreux travailleurs et jeunes.

Si pour espérer être réélu, Macron veut se poser en opposant à Le Pen et Zemmour, sa surenchère sécuritaire et réactionnaire pour récupérer l’électorat de la droite traditionnelle alimente au quotidien la progression des idées d’extrême-droite. Le gouvernement, qui reprochait à Marine Le Pen sa « mollesse » il y a quelques mois, a ainsi ouvert la voie à la droitisation du champs politique. A quelques mois de la présidentielle, il continue de jouer ce jeudi. Il n’y a qu’à voir la cabale récente de Blanquer contre le Petit Robert pour avoir rajouté le pronom « iel » à son dictionnaire ou la tribune du Figaro, soutenue par le gouvernement, contre le « wokisme » et le soi-disant « endoctrinement idéologique » à l’école.

Dans ce contexte, la droite et l’extrême-droite n’ont qu’à surenchérir. Récemment encore, le débat autour de la crise à la frontière biélorusse, où le gouvernement et la droite sont allés jusqu’à approuver la mise en place de murs aux frontières pour empêcher le passage des migrants, a été l’occasion d’un déchaînement xénophobe. Ces thématiques étaient par ailleurs au coeur des débats des primaires Les Républicains, lors desquels tous les candidats ont surenchéri sur les propositions racistes et sécuritaires.

Face à Zemmour et à l’extrême droite, face à l’offensive du gouvernement et à ses attaques anti-démocratiques et anti-sociales, manifestons ce samedi 27 novembre à 15h à Ménilmontant.



Mots-clés

Eric Zemmour   /    Manifestation   /    Emmanuel Macron   /    Extrême-droite   /    Politique