^

Politique

Peine de mort pour refus d'obtempérer

Vénissieux. La police tue un jeune et en blesse un gravement après un contrôle

Dans la nuit du jeudi à vendredi, la police a ouvert le feu sur deux jeunes hommes lors d’un contrôle de véhicule dans la banlieue de Lyon. L’une des victimes est décédée et la seconde est actuellement en état de mort cérébrale.

vendredi 19 août

Crédits photo : AFP/Denis Charlet

[Mise à jour 20/08. Le conducteur du véhicule qui avait reçu une balle dans la tête est depuis également décédé.]

Les deux hommes étaient sur le parking d’un Carrefour de Vénissieux quand ils ont été contrôlés. Selon les sources policières, les victimes auraient été interpellées car elles étaient dans un véhicule volé. Celles-ci auraient alors percuté un policier en tentant de prendre la fuite. Deux policiers ont ouvert le feu et tiré plusieurs coups à l’intérieur de la voiture.

Le passager de 20 ans est décédé sur le coup et le conducteur de 26 ans qui a reçu une balle dans la tête a été envoyé aux urgences, son pronostic vital est engagé. Selon Le Monde, il se trouve en état de mort cérébrale.

Une enquête a été ouverte vendredi par l’IGPN (Inspection Générale de la Police Nationale) pour « violences avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Il est couru d’avance que les policiers vont bénéficier d’une totale impunité, l’IGPN étant l’institution officielle de blanchiment des forces de répression.
 
Gérald Darmanin a par ailleurs déjà pris la parole ce matin pour apporter publiquement « son soutien aux policiers en général ».. Une déclaration qui réitère le soutien du gouvernement à la peine de mort de fait qui s’applique lors des refus d’obtempérer. Une situation que Darmanin a cru avoir justifié en évoquant le fait que les deux hommes avaient un casier.

Cet événement est loin d’être un cas isolé. Il suffit de se rappeler la mort de deux hommes, en avril, suite à un refus d’obtempérer ainsi que celle, deux mois après, d’une jeune femme qui a été tuée dans sa voiture par une balle dans la tête lors d’un contrôle de police..

Une quarantaine de policier.es de la CRS8 ont été déployé.es à Vénissieux ce vendredi soir afin de mater les possibles émeutes. Cette unité spéciale a été créée dans ce but l’an dernier à la demande de Frédéric Veaux, le directeur général de la police nationale, et peut se déployer dans toute la France à tout moment.

Le message est clair : l’impunité face aux violences policières doit être totale et quand il y a des morts des balles de la police, la population n’a pas intérêt à se manifester !



Mots-clés

IGPN   /    Police   /    Violences policières   /    Politique