^

Politique

Débat politique

VIDEO. Présidentielles : Gaëtan Gracia (RP) débat avec LFI, EELV et le PS à Sciences Po Toulouse

Ce jeudi 24 février, Gaëtan Gracia, ouvrier dans l’aéronautique et porte-parole de la campagne d’Anasse Kazib 2022 a débattu avec des membres du Parti Socialiste, d’Europe Écologie les Verts et de la France Insoumise, lors d'un évènement organisé par l'association Agora, de Science Po Toulouse.

lundi 28 février

Ce jeudi 24 février, l’association Agora organisait un débat entre Révolution Permanente (Gaëtan Gracia), le Parti Socialiste (Victor Denouvion), la France Insoumise (Myriam Martin) et EELV (Manuel Leick Jonard). Un débat de plus de 2 heures durant lequel Gaëtan Gracia a pu revenir sur plusieurs éléments du programme de la campagne d’Anasse Kazib tout en dénonçant l’invisibilisation de la campagne et la répression que subit Anasse Kazib actuellement.

Ukraine : leurs guerres nos morts !

« C’est pas les patrons de Total, ni les oligarques russes, ni les riches qui vont aller à la guerre, c’est des gens comme vous et moi ! » Après une brève présentation de la candidature d’Anasse Kazib ainsi que des autres projets politiques présentés à gauche, le débat s’est rapidement porté sur la situation urgente en Ukraine.

Contrairement à la défense de l’OTAN avancée par EELV et le PS, Gaëtan Gracia a rappelé notre lecture de classe dans un conflit international. Il a notamment montré l’importance de ne pas tomber dans le piège du front républicain et du soutien à l’OTAN contre la très grave agression de la Russie sur l’Ukraine avant de rappeler que dans ces conflits « leurs guerres, ce sont nos sanctions et nos morts ! » et son soutien indéfectible aux populations ukrainiennes et russes qui sont les victimes des tensions entre le gouvernement de Poutine et l’OTAN.

Un débat pour rappeler son bilan au Parti Socialiste

Devant l’hypocrisie du message du Parti Socialiste et de la campagne de Anne Hidalgo censé venir « ramener une impulsion » à la jeunesse et dans l’éducation, Gaëtan a notamment rappelé les différentes réformes austéritaires et les attaques à l’université perpétrées par le gouvernement Hollande. « Pourquoi vous ne l’avez pas fait ? Vous étiez au pouvoir pendant 5 ans, vous n’aviez qu’à le faire ! ».

Cette même hypocrisie, on l’a retrouvée tout le long du débat de la part de EELV et du Parti Socialiste qui défendaient un « potentiel changement du système des parrainages » tout en rappelant que les seuls responsables seraient les « petits candidats » pas assez implantés à échelle locale. Un mensonge auquel a répondu Gaëtan « Je vais vous raconter la vérité du terrain, les maires ont peur de parrainer parce que des gens comme vous, au PS dans le conseil départemental, font des pressions et menacent de s’en prendre aux subventions ! ».

Devant la question du « comment financer » (notamment le revenu étudiant à hauteur du SMIC que nous défendons avec la campagne d’Anasse Kazib) Il a notamment été rappelé les profits monstrueux de près de 140 milliards du grand capital et du CAC40 pendant la crise du COVID. « L’argent on sait où il est, et nous on défend un programme qui défend la dignité de vie des gens. » L’occasion aussi pour Gaëtan de rappeler l’offensive idéologique menée par le gouvernement actuellement dans l’université contre « l’islamo-gauchisme » et la complicité d’organisations, y compris à gauche, dans ce tournant autoritaire et réactionnaire.

Qui nous protège de la police ?

Dans un contexte d’une colère importante au sein de la jeunesse contre l’offensive sécuritaire et les violences policières, Gaëtan Gracia a rappelé, contrairement à l’ensemble des projets présents (LFI, EELV et PS), que Révolution Permanente était la seule force présente à ne pas défendre une présence plus importante de la police dans la rue. Il a été rappelé que le programme de la campagne Anasse Kazib intègre notamment le démantèlement de tous les corps spéciaux de police. Gaëtan l’a d’ailleurs rappelé « pendant le confinement, qui a pris ses affaires en main ? Les associations de quartier populaires qui organisaient des distributions alimentaires et la solidarité, et ils étaient eux-mêmes réprimés par la police !. »

A la sortie du débat, Gaëtan est revenu sur ce qui était son premier débat politique : « ça montre que nous les ouvriers on peut faire de la politique nous-mêmes, on peut prendre nos affaires en main, et qu’on a pas besoin de gens qui prétendent nous représenter mais qui confisquent la politique parce qu’ils ont fait Polytechnique ou l’ENA. En tout cas c’est ce qu’on veut montrer dans cette campagne, avec la candidature d’Anasse. Comme il le dit en meeting, on veut redonner espoir aux gens qui ont perdu espoir »



Mots-clés

gauche   /    Extrême-gauche   /    La France Insoumise   /    EELV   /    PS   /    Toulouse   /    Primaire à gauche   /    Politique