×

Bordeaux

Semaine féministe à Bordeaux : viens préparer le 8 mars avec Du Pain et Des Roses à l’Université !

Du 4 au 8 mars, pour préparer la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, Du Pain et des Roses propose une semaine d’animation à l’université de Bordeaux.

Facebook Twitter
Audio
Semaine féministe à Bordeaux : viens préparer le 8 mars avec Du Pain et Des Roses à l'Université !

Crédits photo : Loïs Mugen

Du 4 au 8 mars, le collectif féministe révolutionnaire Du Pain et des Roses et le collectif étudiant Le Poing Levé vous invitent à l’université de Bordeaux Victoire pour préparer la journée internationale de lutte pour les droits des femmes et des minorités de genre. N’en déplaise à Aurore Bergé, l’ambition du collectif est de construire un 8 mars aux couleurs de la Palestine et déterminé à faire tomber à l’eau les plans réactionnaires de Macron, alors que ce dernier chercher à redorer son blason avec l’annonce de la constitutionnalisation de l’IVG.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le Poing Levé Bordeaux (@le_poing_leve_bdx)

Pour cela, Du Pain et Des Roses Bordeaux propose un programme riche et diversifié tout au long de la semaine dans l’îlot central du site historique de la Victoire de l’université de Bordeaux.

Lundi 4 mars

La semaine s’ouvrira lundi à 17h30 par l’ouverture et le vernissage d’une exposition temporaire sur la semaine dans l’atrium de l’université sur « Histoire du mouvement des femmes : du droit de vote à la lutte contre la guerre, les femmes contre le capitalisme et le patriarcat  ». Au travers de photographies d’époque ou contemporaines, de poèmes et de courts textes explicatifs compilés par DPDR, l’exposition proposera une vision de cette histoire aux quatre coins du monde, de l’Amérique latine à l’Europe, en s’arrêtant par la Palestine et Gaza.

Mardi 5 mars

Le rendez-vous est donné dès 12h30 pour un atelier sur les « perspectives féministes dans la recherche à l’université  » dans la salle MA4 (dans le bâtiment M) du campus de la Victoire. L’objectif de l’atelier est de proposer un moment d’échange autour des productions étudiantes en lien avec le genre afin de valoriser les recherches des étudiant•e•s dans une perspective politique.

Cela sera suivi par un cercle de lecture et de discussion animé par DPDR pour échanger sur l’histoire du mouvement des femmes et sur la stratégie pour renverser le capitalisme et le patriarcat. Celui-ci se déroulera dans la salle Arnozan à 17H30.

Mercredi 6 mars

Tout au long de l’après-midi, un village associatif féministe avec plusieurs organisations sera présent dans l’atrium pour vous présenter leur travail !

En parallèle, dès 12h30 un atelier banderole sera organisé pour commencer à préparer la manifestation du 8 mars. Un atelier qui se poursuivra le lendemain dès 12h30 pour confectionner vos plus belles pancartes.

Enfin, un ciné-débat est organisé dès 17h30 sur le film « The Salt of the Earth », un film de Herbert J. Biberman racontant l’histoire du rôle des femmes dans une grève des mineurs du Nouveau-Mexique aux États-Unis dans les années 50. À l’heure d’une nouvelle vague du féminisme combatif et face au cinéma commercial d’Hollywood, « The Salt of the Earth » est un magnifique témoignage historique et un film social avec un fort plaidoyer féministe. En plein maccarthysme aux États-Unis, le film et ceux qui y ont participé ont été sévèrement persécutés. C’est pourquoi il a été choisi pour une diffusion dans cette semaine de préparation du 8 mars, pour discuter du rôle des femmes dans une grève, qui, par la solidarité et l’expérience collective, ont joué un rôle essentiel. Celui-ci sera projeté dans l’amphithéâtre Pitres dans l’Atrium.

Vendredi 8 mars

La semaine se conclura par le rendez-vous principal : la manifestation du 8 mars qui débutera à 12h place de la Victoire. Le collectif DPDR donne rendez-vous devant l’entrée de l’université dès 11h40 pour former son cortège et invite dès à présent à une rencontre avec les militant•e•s du collectif le samedi 9 dès 20h30 au bar ZigZag (73 cours de l’Argonne à Bordeaux).

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le Poing Levé Bordeaux (@le_poing_leve_bdx)

Ainsi, tout au long de la semaine, DPDR et LPL animeront le campus de la Victoire dans l’objectif de faire de la manifestation du 8 mars la plus réussie possible mais également de mettre en avant ses enjeux politiques contre toute forme d’institutionnalisation et de dépolitisation par la direction de l’université. Si la direction de l’Université de Bordeaux explique ne pas vouloir banaliser les cours le 8 mars, nous ne pouvons nous contenter que l’Université diffuse "des messages de tolérance", d’autant plus dans le contexte d’attaques réactionnaires qui se multiplient tout autour du globe à l’encontre des femmes et minorités de genre. Le 8 mars est une journée internationale de lutte, dont l’origine vient de la tradition historique de lutte des classes du début du XXème siècle. C’est dans cette même tradition que nous pourrons conquérir de nouveaux droits et garantir ceux qui sont aujourd’hui remis en cause.

C’est dans cet objectif que conjointement à cela, une dizaine d’organisations étudiantes et féministes ont lancé un appel à la banalisation de la journée du 8 mars dans les universités bordelaises afin de lever la pression universitaire.

Une demande qui, arrachée à l’université de Paris Cité, a été refusée par la présidence de l’université de Bordeaux, ce qui fera sans aucun doute l’objet de nombreuses discussions et crispations tout au long de la semaine du 8 mars. Les organisations étudiantes, dont LPL et DPDR, ont déjà appelé les étudiant•e•s à mettre à l’arrêt l’université le jour du 8 mars et de s’organiser pour faire respecter leur droit à manifester.


Facebook Twitter
Education sexuelle à l'école : le nouveau terrain de jeu de l'extrême-droite

Education sexuelle à l’école : le nouveau terrain de jeu de l’extrême-droite


MeToo Hôpital. Des travailleuses de la santé dénoncent les violences sexistes et sexuelles au travail

MeToo Hôpital. Des travailleuses de la santé dénoncent les violences sexistes et sexuelles au travail

« Chicken for KFC » : Israël et ses soutiens veulent opposer les femmes et les LGBT aux Palestiniens

« Chicken for KFC » : Israël et ses soutiens veulent opposer les femmes et les LGBT aux Palestiniens


Les conséquences désastreuses de la politique de l'enfant unique

Les conséquences désastreuses de la politique de l’enfant unique

Tribune. Les soutiens d'un État génocidaire n'ont pas leur place dans nos luttes féministes !

Tribune. Les soutiens d’un État génocidaire n’ont pas leur place dans nos luttes féministes !

Acharnement : l'État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

Acharnement : l’État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

Affection de longue durée : l'offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives

Affection de longue durée : l’offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives

Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend réprimés par la SNCF : 200 personnes réunies en soutien

Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend réprimés par la SNCF : 200 personnes réunies en soutien