×

Mois des fiertés

Pride à Toulouse. Contre le pinkwashing de Moudenc et la répression, rejoins les cortèges Du Pain et Des Roses !

Les 2 et 10 juin, dans la Pride radicale puis dans la Marche des fiertés organisé par la mairie, rejoins le cortège anticapitaliste et révolutionnaire de Du Pain et Des Roses contre le pinkwashing de Moudenc et la répression : face à un maire qui nous réprime, attaque les salaires des Tisséo et pave la voie à l'extrême-droite, soyons fier·es de lutter au côté des grévistes pour nos salaires et pour nos droits !

Du Pain et des Roses

1er juin 2023

Facebook Twitter
Pride à Toulouse. Contre le pinkwashing de Moudenc et la répression, rejoins les cortèges Du Pain et Des Roses !

[Crédits photo : O Phil des Contrastes]

Le mois des fiertés de cette année prend place dans un moment charnière . Nous avons lutté pendant des mois contre la réforme des retraites, face à Macron et sa police toujours plus violente. Le président et ses relais, tel que le maire macroniste de Toulouse Jean-Luc Moudenc, tentent désormais de refermer la séquence à coup de matraque et de mesures réactionnaires, tout en annonçant des mesures pour les personnes LGBTI. Au centre des dernières annonces du gouvernement sur ce terrain : l’augmentation des moyens pour la police.

Il est hors de question que la police, qui a déchaîné sa violence contre les grévistes et des manifestant·es, qui nous agresse sexuellement et nous humilie lors des GAV, et qui se fait une joie de venir nous intimider dans nos lieux, se voit octroyer des moyens supplémentaires de nous réprimer en nous utilisant comme prétexte. Face à la répression, nous devons constituer par en bas une large solidarité comme une réponse politique : s’ils touchent à l’un·e d’entre nous, nous répondrons par milliers !

De la même manière, nous refusons que nos luttes soient instrumentalisées par un maire qui se fait le relai du gouvernement en attaquant les services publics, allant jusqu’à remettre en cause l’indexation des salaires et les retraites des travailleur·euses de Tisséo tout en augmentant les prix des transports alors que les prix ne cessent de grimper.

Alors que les Tisséo relèvent la tête dans une grève de 4 jours, la direction méprise et menace les grévistes de réquisitions. Une réaction qui trahit la peur, de la direction comme de la mairie, que la grève de Tisséo devienne le symbole de toutes celles et ceux qui refusent de payer la crise. Alors qu’une nouvelle vague de grève émerge dans tout le pays sur la question des salaires, étant nous-mêmes frappé·es de plein fouet par les bas salaires et la précarité, nous voulons nous battre au côté des grévistes pour l’augmentation de tous les salaires et minima sociaux de 400e minimum et pour leur indexation sur l’inflation afin de faire face à la hausse des prix !

Enfin, alors que les violences LGBTI-phobes se multiplient sous l’effet de la politique réactionnaire menée par le gouvernement, nous ne pouvons laisser passer le pinkwashing d’un maire opposé au mariage pour tous qui, il y a quelques mois encore, a censuré les lectures de drag-queens à la médiathèque sous la pression de l’extrême-droite. Une opération à laquelle les travailleur·euses de la médiathèque ont répondu par la grève. Face aux violences, plus que jamais, nous devons faire front et exiger des moyens massifs dans les services public sous contrôle des travailleur·euses afin de garantir nos droits reproductifs et l’auto-détermination de genre, ainsi que l’abrogation de toutes les lois répressives, xénophobes et racistes du gouvernement qui ciblent les plus précaires d’entre nous et ouvrent la voie aux attaques de l’extrême-droite.

Pour gagner face à Moudenc, Macron et aux réactionnaires, nous n’avons rien à attendre d’un « dialogue social » dans le cadre d’institutions qui ont largement prouvé leur caractère anti-démocratique. Notre fierté est celle de nous battre aux côtés de celles et ceux qui, comme nous, font tourner la société et sont en capacité de la transformer.

Dans la continuité du mouvement contre la réforme des retraite auquel nous sommes nombreuses et nombreux à avoir participé, et en particulier des acquis des 7 et 8 mars derniers où les organisations féministes et syndicales de Toulouse ont [manifesté ensemble derrière le mot d’ordre de grève féministe-https://www.revolutionpermanente.fr/Toulouse-Le-6-le-7-et-8-mars-manifeste-avec-Du-Pain-et-Des-Roses-pour-une-greve-feministe-et], il faut unifier dans un mouvement d’ensemble tous les secteurs qui refusent de tourner la page derrière un programme de lutte, pour nos retraites, pour nos salaires et pour nos droits !

C’est ce que nous porterons avec Du Pain et Des Roses pour le mois des fiertés :

  •  Vendredi 2 juin pour la Pride radicale : rendez-vous à 19h Place Belfort pour une manifestation en non mixité choisie (queer, TDS, TPBG et en questionnement)
  •  Samedi 10 juin pour la Marche des fiertés : rendez-vous à la Place du Capitole dès 10h pour le Village des Fiertés, suivi de la marche à 14h30 dans un pôle revendicatif et politique au côté de l’association Jecko, du collectif Afro-Queer et de l’association étudiante Jules & Julie.
    Pour soutenir RP, faites un don !

  • Facebook Twitter
    « Transmania » chez les réactionnaires : que faire face à l'offensive transphobe ?

    « Transmania » chez les réactionnaires : que faire face à l’offensive transphobe ?

    Enquête Streetpress : le patron d'UNSA-Police a couvert un policier condamné pour violences conjugales

    Enquête Streetpress : le patron d’UNSA-Police a couvert un policier condamné pour violences conjugales

    Education sexuelle à l'école : le nouveau terrain de jeu de l'extrême-droite

    Education sexuelle à l’école : le nouveau terrain de jeu de l’extrême-droite


    Bordeaux Montaigne : la mobilisation proche de la victoire sur la gestion des VSS après 7 mois ?

    Bordeaux Montaigne : la mobilisation proche de la victoire sur la gestion des VSS après 7 mois ?

    MeToo Hôpital. Des travailleuses de la santé dénoncent les violences sexistes et sexuelles au travail

    MeToo Hôpital. Des travailleuses de la santé dénoncent les violences sexistes et sexuelles au travail

    Tribune. Les soutiens d'un État génocidaire n'ont pas leur place dans nos luttes féministes !

    Tribune. Les soutiens d’un État génocidaire n’ont pas leur place dans nos luttes féministes !

    Acharnement : l'État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

    Acharnement : l’État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

    Affection de longue durée : l'offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives

    Affection de longue durée : l’offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives