×

Racisme

Offensive xénophobe : les expulsions d’étrangers condamnés augmentent de 30% en un mois

France Info révèle que le nombre d’expulsion d’étrangers condamnés par la justice a augmenté de 30% en un mois suite au meurtre à Arras. La conséquence d’une offensive xénophobe et réactionnaire menée par Darmanin, qui met la répression au coeur de son projet de loi immigration.

Natacha Lubin

17 novembre

Facebook Twitter
Offensive xénophobe : les expulsions d'étrangers condamnés augmentent de 30% en un mois

Crédit photo : Eric Chan

Selon France Info, le nombre d’expulsions de personnes étrangères condamnées par la justice vers le pays d’origine aurait augmenté de 30% depuis le meurtre de Dominique Bernard, professeur tué dans un lycée à Arras le 13 octobre dernier. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ne s’est pas fait attendre pour instrumentaliser le drame et pousser son agenda réactionnaire et xénophobe, unissant la répression de tout soutien à la Palestine et la répression des personnes sans-papiers, élément central de la loi immigration qui passe actuellement à l’Assemblée.

Lors d’une conférence de presse suite au drame d’Arras, Darmanin avait annoncé vouloir expulser 193 personnes étrangères dites « radicalisées », et a demandé plus de « fermeté » à leur encontre. Dans la foulée de cette conférence, une circulaire avait été transmise aux préfets, leur demandant d’expulser toute personne étrangère “menaçant l’ordre public” qu’il soit en situation irrégulière ou régulière, en retirant systématiquement le titre de séjour ou le droit de protection octroyé par l’asile.

Au-delà des personnes fichées pour risque de radicalisation (qui sont majoritairement françaises), ce sont donc tous les étrangers qui sont visés, et qui sont désormais dans le viseur d’une véritable traque aux sans-papiers, organisée par un gouvernement qui profite de la période répressive pour accélérer les expulsions.

Si déjà en 2022, le ministre de l’Intérieur se félicitait de l’augmentation du nombre d’expulsions de personnes d’origine étrangère condamnées par la justice, passant de 1834 en 2021 à 3615 l’année dernière, cette nouvelle offensive xénophobe s’accompagne d’une communication criarde orchestrée par Darmanin lui-même : chaque jour sur la plateforme X, ce dernier liste le nombre de personnes expulsées, en y partageant des détails racoleurs.

En pleine manœuvre politicienne pour faire passer son projet de Loi immigration, durcie par la droite et l’extrême-droite lors de son passage au Sénat, Gérald Darmanin mène ainsi une campagne médiatique axée sur l’expulsion des personnes étrangères, affirmant qu’il aurait «  besoin d’instruments nouveaux pour expulser des étrangers  » ou encore que cette loi permettrait de «  régulariser la nounou et expulser l’étranger délinquant  ».

C’est d’ailleurs l’un des volets de la loi qui a été le plus retoqué pour y inclure des articles toujours plus réactionnaires : rétablissement du délit de séjour irrégulier ; augmentation des moyens de placement en rétention des demandeurs d’asile ; retrait d’un titre de séjour en cas de non-respect des « principes de la République »….

Plus largement, cette offensive s’inscrit dans le contexte de criminalisation du mouvement de solidarité au peuple palestinien par le gouvernement Macron : dès le 11 octobre, Gérald Darmanin avait déclaré que les auteurs d’origine étrangère d’actes considérés comme antisémites allaient être immédiatement expulsés. Une promesse inquiétante alors qu’il qualifiait la simple détention d’une pancarte ou l’utilisation d’un slogan pro-palestinien comme antisémite.

A Bourges, un étudiant a été placé en centre de rétention et menacé d’expulsion pour avoir dénoncé les bombardements à Gaza.
Cet acharnement est également permis par les bonnes relations diplomatiques entretenues actuellement avec des pays comme l’Algérie et le Maroc qui acceptent de délivrer de nombreux laissez-passer consulaires, toujours selon France Info. Une bonne nouvelle pour Darmanin qui cherche à se montrer dur en matière d’expulsion, conduisant à des cas hallucinants comme celui rapporté par Mediapart : un homme d’origine marocaine a été envoyé de force au Maroc alors que sa libération avait été actée le jour même par le juge des libertés et de la détention.

Face à cette situation, il est urgent de se mobiliser pour le retrait de la loi immigration, un projet profondément xénophobe, raciste et réactionnaire, mais également exiger la régularisation de tous les sans-papiers, à rebours de la logique raciste du tri entre le « bon et le mauvais immigré ». Cette revendication doit s’articuler avec le grand mouvement de solidarité au peuple palestinien qui mobilise des centaines de milliers de personnes chaque semaine en France, alors que le gouvernement attaque les manifestants avec les mêmes arguments réactionnaires et xénophobes, menaçant même celles et ceux qui, d’origine étrangère, se mobilisent contre le génocide en cours.


Facebook Twitter
Appel de la marche des solidarités : « Contre la loi Darmanin, personne n'est illégal ! »

Appel de la marche des solidarités : « Contre la loi Darmanin, personne n’est illégal ! »

Journée d'action des travailleurs sans papiers : « Papiers, liberté, dignité pour tous·tes ! »

Journée d’action des travailleurs sans papiers : « Papiers, liberté, dignité pour tous·tes ! » 

Titre de séjour « métier en tension » : une violente attaque contre les travailleurs sans-papiers

Titre de séjour « métier en tension » : une violente attaque contre les travailleurs sans-papiers

JO 2024 à Paris : les témoignages d'ouvriers sans-papiers exploités sur les chantiers se multiplient

JO 2024 à Paris : les témoignages d’ouvriers sans-papiers exploités sur les chantiers se multiplient

 Emmaüs Grande-Synthe : 93 jours de grèves pour les compagnons sans-papiers !

Emmaüs Grande-Synthe : 93 jours de grèves pour les compagnons sans-papiers !

Gazage, tabassage, caisse de grève volée… La police réprime les grévistes d'Emmaüs de la Halte-Saint-Jean

Gazage, tabassage, caisse de grève volée… La police réprime les grévistes d’Emmaüs de la Halte-Saint-Jean

Loi immigration : rien à attendre du Parlement, les syndicats doivent proposer un plan de bataille !

Loi immigration : rien à attendre du Parlement, les syndicats doivent proposer un plan de bataille !

Offensive xénophobe : les expulsions d'étrangers condamnés augmentent de 30% en un mois

Offensive xénophobe : les expulsions d’étrangers condamnés augmentent de 30% en un mois