×

Solidarité

Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

La présidente du groupe parlementaire de la France Insoumise est convoquée à son tour pour « apologie du terrorisme ». Une attaque qui marque le saut répressif opéré par l’Etat pour s’en prendre aux soutiens de la Palestine et impose une riposte collective.

Hugo Simon

23 avril

Facebook Twitter
Audio
Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

Ce mardi, la député et présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale Mathilde Panot a annoncé être convoquée par la Direction de la Police Judiciaire de Paris dans le cadre d’une enquête pour « apologie du terrorisme ». D’après la député du Val-de-Marne, cette convocation se fonderait sur le communiqué officiel de son groupe parlementaire publié le 7 octobre.

Il s’agit d’une nouvelle étape dans l’offensive menée par l’Etat pour réprimer les soutiens à la Palestine, après la condamnation du secrétaire général de l’UD CGT 59 à 1 un an de prison avec sursis pour « apologie du terrorisme », la convocation pour ce même motif de nombreuses personnalités politiques et syndicales comme Anasse Kazib, la candidate LFI aux européennes Rima Hassan, la journaliste SIhame Assbague ou les étudiants de Solidaires étudiant.es EHESS.

Alors que jamais un président de groupe parlementaire n’avait été visé de la sorte en raison d’une expression politique, cette convocation de Mathilde Panot, présidente du troisième groupe le plus nombreux à l’Assemblée, marque un saut dans l’escalade répressive. En s’attaquant à une personnalité qui fait partie de la direction d’une force politique arrivée en troisième positon au dernier scrutin présidentiel, l’Etat veut faire passer un message clair : tous ceux qui soutiennent la Palestine sont menacés de poursuites et de mesures répressives.

Cette convocation survient également dans le contexte des élections européennes, après l’interdiction la semaine dernière d’une conférence de Jean-Luc Mélenchon et Rima Hassan, par l’Université de Lille puis par la Préfecture du Nord. Dans le même sens ce lundi, l’Université Paris-Dauphine a annulé une conférence organisée par le Comité Palestine de l’université, qui réunissait la militante franco-palestinienne Rima Hassan et Ivar Ekeland, un ancien président de Paris-Dauphine engagé dans le mouvement universitaire pour la Palestine, prétextant un risque de « trouble à l’ordre public ». En pleine campagne électorale, la criminalisation du soutien à la Palestine permet d’empêcher l’expression d’opposants.

A l’heure où Israël a reçu le feu vert des Etats-Unis pour lancer son offensive sur Rafah, où se sont réfugiés 1,3 millions de Gazaouis, cette vague de criminalisation inédite de la solidarité avec le peuple palestinien fait figure de soutien au génocide en cours en Palestine. A nouveau, cette convocation pose la question de construire une riposte collective et un front contre la répression et pour la défense des droits démocratiques. Sur Twitter, Anasse Kazib, porte-parole de RP a ainsi expliqué : « Les convocations n’ont pas fini de pleuvoir, il faut se réunir d’urgence et construire une réponse collective. » Face à des attaques anti-démocratiques inédites, il y a urgence !


Facebook Twitter
Ilan Pappé intimidé par le FBI pour son soutien à la Palestine : stop à la criminalisation !

Ilan Pappé intimidé par le FBI pour son soutien à la Palestine : stop à la criminalisation !

Déclaration. Contre la répression coloniale, défendons le droit à l'autodétermination de la Kanaky

Déclaration. Contre la répression coloniale, défendons le droit à l’autodétermination de la Kanaky

« Journée prisons mortes » : un mouvement pour exiger toujours plus de répression

« Journée prisons mortes » : un mouvement pour exiger toujours plus de répression


Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Incendie d'une synagogue à Rouen : un acte antisémite odieux, une instrumentalisation xénophobe

Incendie d’une synagogue à Rouen : un acte antisémite odieux, une instrumentalisation xénophobe

« Rétablir l'ordre Républicain » : Glucksmann légitime la répression coloniale en Kanaky

« Rétablir l’ordre Républicain » : Glucksmann légitime la répression coloniale en Kanaky

Circulaire Moretti : l'Etat se prépare à condamner massivement les Kanaks

Circulaire Moretti : l’Etat se prépare à condamner massivement les Kanaks

Commémoration de la Nakba : Plus de 200 personnes au rassemblement unitaire à Bordeaux

Commémoration de la Nakba : Plus de 200 personnes au rassemblement unitaire à Bordeaux