^

Notre classe

En lutte pour les salaires

Grève historique dans l’aéro. 100 % d’ouvriers grévistes à Sabena Technics Toulouse

À Toulouse, les salariés du sous-traitant aéronautique Sabena Technics ont entamé une grève ce jeudi pour des questions salariales. Une mobilisation totalement inédite puisque cette première grève de l'histoire de l'entreprise est suivie par 100 % des ouvriers du site.

jeudi 6 octobre

Crédits photos : Révolution Permanente Toulouse

Pour soutenir les grévistes de Sabena Technics, partagez et donnez à la caisse de grève

Alors que l’inflation dépasse les 6 % sur l’année 2022, les salaires ne suivent pas. En conséquence, de nombreux travailleurs se retrouvent à perdre du salaire réel, car la même paye ne permet plus d’acheter autant de biens et de services qu’avant. C’est dans ce contexte que jeudi matin, la totalité des salariés de Sabena Technics à Cornebarrieu (proche de Toulouse) sont entrés en grève sur des questions salariales. Ce mouvement totalement inédit s’est même étendu aux intérimaires et constitue la première grève de l’histoire de l’entreprise.

Le tract d’appel à la grève de Force Ouvrière et de la CGT dénonce les augmentations ridicules avec seulement 50 euros en six ans, alors qu’en parallèle, Sabena Technics a racheté plusieurs sociétés cet été, preuve de la bonne situation économique du groupe. La direction a même refusé la demande des syndicats d’une prime Macron de 1500 euros pour proposer seulement 500 euros à la place. Christophe, ouvrier et syndiqué CGT, alerte sur une inflation « gravissime pour tout le monde, en sachant que ici certains ne mangent même plus le midi tellement ils n’ont plus d’argent ».

Les grévistes se sont donc mobilisés pour obtenir « une prime à la hauteur de l’attente des salariés », « des indemnités kilométriques conséquentes » ainsi qu’une « prime de décapage » à la hauteur des autres sous-traitants aéronautiques du bassin toulousain. De plus, dans ce secteur où les conditions de travail sont particulièrement difficiles, les ouvriers dénoncent le sous-effectif qui touche l’usine avec 70 % des salariés en formation. C’est sur cette base que la mobilisation est totale avec « même les jeunes qui sont rentrés il y a pas longtemps en CDI qui sont là aussi dehors. On est 100 % du personnel ouvrier à être dehors » témoigne Mickael, représentant syndical Force Ouvrière.

Suite à cette première journée de grève, la direction a prévu une réunion de négociation à 14h et les grévistes décideront des suites en fonction des propositions. Les travailleurs de Sabena Technic présents devant le site toulousain se disent déterminés à reconduire le mouvement dans le cas où la direction ne proposerait rien de satisfaisant. Christophe, représentant syndical CGT de l’entreprise, affirme que « pour l’instant, on a prévu (la grève) jusqu’à samedi, s’il n’y a pas d’accord positif dans la journée ou les suivantes ».

Plus largement, la grève des ouvriers de Sabena Technics montre la voie à suivre pour lutter face à l’inflation. La dimension inédite de la mobilisation montre toute la colère existante sur la question des salaires. Une colère qui s’exprime aussi dans les raffineries Total et ExxonMobil ou encore dans l’automobile avec les débrayages massif à Stellantis (ex PSA). Christophe le résume bien : « la vie devient de plus en plus dure pour tout le monde, on nous en demande toujours plus au travail et au bout du compte on a rien en récompense. On sollicite tous les Français à faire le même mouvement que celui qu’on mène actuellement ».

Une victoire des ouvriers de Sebena Technics pourrait être un exemple pour les autres usines, mais aussi pour les autres secteurs du travail quant à la lutte pour les salaires. C’est pourquoi il faut les soutenir et l’argent étant le nerf de la guerre, nous appelons tous nos lecteurs à les soutenir financièrement.



Mots-clés

Salaires   /    Prime   /    Sous-traitance   /    Grève   /    Aéronautique   /    Toulouse   /    Notre classe