×

Droit à l'IVG

Faute de subventions, le planning familial de Montpellier fait appel aux dons pour ne pas fermer

Le planning familial de l’Hérault lance un appel aux dons pour pouvoir maintenir sa mission essentielle. A l’heure où un texte de loi prévoit de faire rentrer la « liberté des femmes d’avorter » dans la constitution, c’est la possibilité réelle d’avoir recours à l’IVG qui est remise en question.

Louise Kervella

27 juin 2023

Facebook Twitter
Faute de subventions, le planning familial de Montpellier fait appel aux dons pour ne pas fermer

Crédits photo : Planning familial 34

Le planning familial 34 a lancé une collecte de dons sans laquelle l’association pourrait cesser son activité à Montpellier à la fin de l’année. Elle a besoin de 30 000€ pour assurer son fonctionnement en 2023. Une situation révélatrice du recul effectif de l’accès à l’IVG, mais aussi aux autres missions essentielles du planning familial que sont le droit à la contraception, l’éducation sexuelle et la prévention, ainsi que l’aide aux transitions de genre, malgré les gesticulations et les déclarations de principes du gouvernement qui a dégainé une proposition de loi visant à inscrire dans la constitution « la liberté de la femme de mettre fin à sa grossesse ».

L’antenne de l’association à Montpellier n’est d’ailleurs pas la seule à souffrir du manque de financement, depuis plusieurs années nombre de centres IVG, de maternités, d’hôpitaux ferment leurs portes. Le sous-financement des services publics aggravé par le contexte d’inflation mène à des conséquences désastreuses pour la vie et la santé des femmes et des minorités de genre, pour leur liberté à disposer de leur corps. S’ajoute à cela les pénuries de pilules abortives qui sont sous-produites par les laboratoires pharmaceutiques, pour qui la rentabilité passe avant les besoins de la population, en particulier des femmes et des personnes trans, pour qui les hormones entrent aussi fréquemment en pénurie. 

Ces deux questions, trans et féministe, ne peuvent être séparées, puisqu’en même temps que le planning familial voit ses subventions réduites, l’association est aussi la cible d’une campagne violente de dénigrement et de harcèlement par l’extrême droite. En effet, après que celle-ci ait publié l’été dernier des affiches de prévention montrant que le planning familial accueillait aussi les personnes trans, de nombreux réactionnaires ont multiplié les insultes sur les réseaux sociaux et une odieuse tribune a même été publiée dans Le Point pour appeler à ne plus financer le planning familial. Signée en tête par Elisabeth Badinter et Caroline Eliacheff, la tribune accuse l’association de suivre un « dogme antiscientifique », « l’idéologie woke » à savoir l’accompagnement des personnes trans dans leurs démarches, aussi bien de transition que d’IVG. Se parant d’un vernis féministe, ces militantes transphobes n’ont pas rechigné à l’idée d’attaquer une association historiquement essentielle dans la défense des droits des femmes, qui est fréquemment menacée à la fois par les coupes budgétaires et par le vandalisme de groupuscules fascisants.

Alors que l’extrême droite, et les gouvernement libéraux qui leur pavent la voie, menacent partout les droits des femmes et des personnes LGBTI, nous nous joignons aux nombreuses associations féministes et organisations politiques de Montpellier qui appellent à soutenir financièrement le planning familial de l’Hérault ! 

Nous devons faire front pour que le droit à l’IVG et à la transition de genre soit réellement effectif en luttant pour que les services publics soient au service de la population et non pas soumis à des logiques de rentabilité ni d’austérité !

En réalité, c’est par la mobilisation que ces droits sont arrachés, et ce n’est pas par hasard si Macron a annoncé sa proposition de loi de constitutionnalisation du droit à l’IVG en pleine mobilisation contre la réforme des retraites, tandis que des milliers de femmes manifestaient contre la réforme et pour leurs droits. La lutte pour garantir le droit à l’IVG ne peut qu’aller de pair avec la lutte pour des augmentations globales de salaires et des moyens massifs pour les services publics, notamment de la santé et de l’éducation.

Cagnotte en ligne à retrouver sur ce lien


Facebook Twitter
« Transmania » chez les réactionnaires : que faire face à l'offensive transphobe ?

« Transmania » chez les réactionnaires : que faire face à l’offensive transphobe ?

Enquête Streetpress : le patron d'UNSA-Police a couvert un policier condamné pour violences conjugales

Enquête Streetpress : le patron d’UNSA-Police a couvert un policier condamné pour violences conjugales

Education sexuelle à l'école : le nouveau terrain de jeu de l'extrême-droite

Education sexuelle à l’école : le nouveau terrain de jeu de l’extrême-droite


Bordeaux Montaigne : la mobilisation proche de la victoire sur la gestion des VSS après 7 mois ?

Bordeaux Montaigne : la mobilisation proche de la victoire sur la gestion des VSS après 7 mois ?

MeToo Hôpital. Des travailleuses de la santé dénoncent les violences sexistes et sexuelles au travail

MeToo Hôpital. Des travailleuses de la santé dénoncent les violences sexistes et sexuelles au travail

Tribune. Les soutiens d'un État génocidaire n'ont pas leur place dans nos luttes féministes !

Tribune. Les soutiens d’un État génocidaire n’ont pas leur place dans nos luttes féministes !

Acharnement : l'État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

Acharnement : l’État porte plainte contre une lycéenne qui avait dénoncé une agression islamophobe

Affection de longue durée : l'offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives

Affection de longue durée : l’offensive du gouvernement menace les personnes trans et séropositives