^

Monde

Chine - États-Unis

En tournée en Asie, Biden réaffirme l’engagement des Etats-Unis à défendre Taïwan

La tournée en Asie de Joe Biden a été l’occasion pour lui de renforcer ses alliances contre la Chine. Lors d’une conférence de presse au Japon, il a rappelé qu’il défendrait militairement Taïwan en cas d’invasion par Pékin.

mardi 24 mai

Crédits photo : AFP

En conférence de presse commune avec son homologue japonais, Fumio Kishida, Joe Biden a affirmé que les Etats-Unis s’engageraient à répondre militairement à une invasion de la Chine de la péninsule taïwanaise. Son voyage consistait à donner des gages aux alliés stratégiques centraux de la politique de la contention de la Chine comme le QUAD (Corée du Sud, Australie, Inde et Japon) tout en multipliant les menaces envers la Chine en plein contexte de guerre en Ukraine.

Lorsqu’une journaliste a comparé l’attitude des Etats-Unis face à la guerre en Ukraine avec sa potentielle réaction en cas d’invasion militaire de Taïwan, Joe Biden a réagi très clairement : « Oui c’est l’engagement que nous avons pris ». Malgré les rectifications faites officiellement par la suite par la Maison Blanche, qui a affirmé qu’aucun changement dans la politique américaine n’avait eu lieu après la déclaration de Joe Biden, cet engagement n’est en réalité pas une nouveauté sachant que celui-ci l’avait déjà affirmé en octobre dernier.

C’est dire que la politique jusqu’à présent des Etats-Unis relevait d’une volontaire ambiguïté visant la contention de l’adversaire chinois. Pour éviter une escalade militaire, la reconnaissance par les Etats-Unis « d’une seule Chine », celle de Pékin, permettait jusqu’à présent de décourager Taipei d’officialiser son indépendance pour éviter un affrontement militaire en reconnaissant l’existence d’une Chine unique incluant Taïwan, Hong-Kong et Macao. En même temps, cette politique visait, en permettant la vente d’armes à Taïwan et en assurant sa défense militaire, d’éviter la reprise de souveraineté sur l’île par Pékin et son extension stratégique dans la zone. La Chine a d’ailleurs ces dernières années multiplié les exercices militaires et le discours ouvertement nationaliste visant à la reprise « à terme » de la province.

Bien que l’hypothèse d’une prise par la force de Taïwan reste lointaine, elle s’est largement rapprochée depuis l’intervention militaire russe en Ukraine. Ces affirmations guerrières vont de pair avec l’ensemble du voyage de Biden en Asie qui a notamment consisté à renforcer son pivot antichinois dans la région Indo-Pacifique. Pendant la visite du président américain au Japon, des bombardiers stratégiques nucléaires russes et chinois ont survolé les mers du Japon. Une menace qui en dit long sur le scénario belliqueux qui attend la région dans les années à venir.

La guerre en Ukraine est un risque pour Pékin car elle pourrait renforcer le soutien des Occidentaux et de leurs alliés régionaux envers Taïwan. Les sanctions portées par la quasi-unanimité des pays de l’OTAN contre la Russie jouent aussi un rôle de menace envers la Chine. Dans ce cadre, l’ensemble de l’establishment américain, démocrates comme républicains, porte une politique d’affrontement avec les puissances qui pourraient être amenées à remettre en question la domination internationale des Etats-Unis. Une politique agressive qui pourrait ouvrir la brèche à des scénarios militaires dans les années à venir.



Mots-clés

Asie   /    Taiwan   /    Joe Biden   /    Etats-Unis   /    Chine   /    Monde