×

Anti-colonialisme

Des sections syndicales CGT et SUD prennent position pour la Palestine et montrent la voie !

Alors que le gouvernement fait tout pour légitimer le génocide en cours, plusieurs sections syndicales de différents secteurs du mouvement ouvrier ont pris position en faveur de la Palestine. Des initiatives qui montrent la voie à suivre.

Alexis Taïeb

8 novembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Des sections syndicales CGT et SUD prennent position pour la Palestine et montrent la voie !

Crédits photo : compte Twitter CGT loire

Le 16 octobre, plusieurs syndicats palestiniens ont lancé un appel à l’action à l’ensemble des travailleuses et travailleurs du monde entier, afin de stopper le financement et la vente d’arme à Israël et à se solidariser du peuple palestinien qui se fait actuellement massacrer par l’armée de Tsahal, avec la complicité des gouvernements occidentaux.

Alors que des premières actions de solidarités ouvrières se sont exprimées en Angleterre, en Belgique et aux États-Unis où des travailleurs ont bloqué du matériel militaire à destination d’Israël, en France aussi, plusieurs sections syndicales de différents secteurs ont exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien au travers de communiqués. Un premier pas pour construire concrètement un mouvement et des actions de solidarité ouvrière.

Des appels qui prennent position contre le gouvernement et les médias alignés derrière Israël

Dès le 10 octobre, plusieurs sections de la CGT se sont ainsi exprimées sur la question. La Fédération Nationale des Industries Chimiques (FNIC) d’abord, avec un texte intitulé « Stop aux massacres », dans lequel on peut lire que « la fin des massacres passe par la fin du blocus de Gaza, la fin de l’occupation militaire israélienne, le démantèlement des colonies, la destruction des murs de la honte, la libération des milliers de prisonniers politiques dont Georges Ibrahim Abdallah détenu en France, et la reconnaissance d’un État palestinien dans les frontières de 1967 ».

L’Union Départementale CGT Nord 59 a publié communiqué revendiquant « la fin de l’occupation » comme « condition de la paix en Palestine ». Face à la propagande médiatique qui, main dans la main avec l’État, légitime à longueur de journée les exactions de Tsahal, « nos valeurs internationalistes de fraternité entre les peuples et de luttes anticolonialistes nous conduisent à ne pas rester neutres et à revendiquer la fin de l’apartheid » pouvait-on lire. Un communiqué qui a provoqué quelques jours plus tard l’arrestation du secrétaire général de l’UD, Jean-Paul Delescaut, avant qu’il soit relâché.

Le 16 octobre, en réponse à l’ « appel urgent des syndicats palestiniens », l’Union Locale CGT de Guingamp a appelé à mettre « fin à toute complicité, [à arrêter] d’armer Israël ». Revendiquant l’héritage internationaliste du mouvement ouvrier, il avance la nécessité pour celui-ci de refuser de fabriquer des armes ou de les transporter pour l’État sioniste, à adopter des motions dans les syndicats en ce sens et à prendre des mesures contre les entreprises complices.

Des appels à la grève dont les directions syndicales doivent s’inspirer !

Dans la même lignée, le 31 octobre et le 2 novembre, les sections CGT RATP de Charlebourg et de Malakoff ont publié des communiqués en réponses aux travailleurs palestiniens. Après l’arrestation du secrétaire général de l’Union Départementale de l’UD CGT 59, ils dénoncent la volonté du gouvernement de vouloir « endiguer l’élan de solidarité en France » en multipliant les mesures répressives comme les interdictions de manifestation et les menaces de dissolutions d’organisations. Après un premier rassemblement de 30 00 personnes à République le 22 octobre, les communiqués ont appelé les travailleurs à se mettre en grève.

Un appel à construire la solidarité « par les méthodes de la lutte des classes » partagé par les cheminots de SUD Rail Paris Nord qui sortait un communiqué le même jour. « Car la solidarité doit aller au-delà des mots […] il faut de toute urgence organiser la lutte contre nos gouvernements et les grands patrons qui financent et soutiennent l’État et le gouvernement d’Israël dans cette guerre » conclue le texte.

Si la CGT a déclaré dans un communiqué « sout[enir] le combat du peuple palestinien » et que Solidaire a publié un dossier spéciale Palestine, ces initiatives à la base doivent inspirer les directions syndicales, dont les appels sont pour l’instant restés conscrits aux rassemblements et aux manifestations alors qu’un génocide est en train de se dérouler sous les yeux des travailleurs du monde entier. Alors que plus de 100.000 personnes ont manifesté le week-end dernier pour exiger stop au massacre à Gaza et qu’un mouvement de solidarité international est en train de voir le jour, il y a un espace pour construire un mouvement de solidarité massif et avec les méthodes de la lutte des classes.


Facebook Twitter
Répression syndicale, du jamais vu depuis l'après-guerre

Répression syndicale, du jamais vu depuis l’après-guerre

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Grève illimitée à l'hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Grève illimitée à l’hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation