×

Répression politique

Conférence de LFI interdite par l’Etat : une censure politique en pleine campagne des européennes

Après des jours d’une campagne abjecte, l’Université de Lille avait annulé la conférence de LFI. Déplacée d’urgence, c’est désormais la Préfecture du Nord qui interdit l'échéance. Une offensive grave contre le droit de réunion en pleine campagne des européennes.

18 avril

Facebook Twitter
Audio
Conférence de LFI interdite par l'Etat : une censure politique en pleine campagne des européennes

Un nouveau cap répressif vient d’être franchi par l’Etat dans la répression contre toute forme de soutien à la Palestine. Depuis plusieurs jours, Renaissance et la droite ont mené campagne pour empêcher la tenue d’une réunion publique de LFI au sujet de la Palestine, animée par Jean-Luc Mélenchon et Rima Hassan, qui devait avoir lieu ce jeudi à l’Université de Lille. Mercredi, l’université a annoncé, au dernier moment, annuler cette conférence, au prétexte de la tension de la situation internationale après la riposte de l’Iran.

Alors qu’une salle privée avait été louée pour permettre la tenue de l’organisation ailleurs dans la ville, c’est désormais la Préfecture du Nord qui prend un arrêté d’interdiction pour interdire tout bonnement cette conférence. Le préfet y déballe des arguments tous plus aberrants les uns que les autres. La conférence a suscité des réactions demandant son interdiction (rappelons des députés macronistes, le président de région LR Xavier Bertrand, un syndicat étudiant d’extrême droite), pour la préfecture il faut donc l’interdire pour éviter les heurts.

LFI a trouvé un lieu alternatif pour les éviter ? Il s’agit selon la préfecture d’une « volonté de dissimulation envers les autorités publiques » ! Même le match d’Europa League du soir est mobilisé comme argument pour censurer la conférence de LFI ! Une machine bien huilée, où il suffit donc aux macronistes, à la droite et à l’extrême droite de créer sur la base de rien une polémique, largement relayée dans les médias aux ordres, pour qu’un représentant du pouvoir macroniste interdise ensuite une conférence !

Ces dernières semaines, deux autres conférences de LFI dans des universités ont été annulées, à l’IEP de Bordeaux et à l’université de Rennes 2. Dans ces deux cas, l’extrême droite avait envoyé des alertes attentats pour empêcher les événements sous des prétextes de sécurité. Cette nouvelle interdiction, qui crée un précédent grave contre le droit de réunion, s’inscrit dans une large offensive contre les forces qui condamnent le génocide à Gaza et s’opposent au gouvernement.

Cette offensive politique se mène donc de manière continue d’un arc qui va des méthodes de nervis de l’extrême droite en passant par des campagnes de dénigrement médiatique permanentes (auxquelles n’hésitent pas à participer les forces de l’ex-NUPES) jusqu’à l’intervention de l’appareil répressif de l’Etat. Une attaque d’une telle ampleur contre une figure politique de premier plan, en période d’élections européennes, est le signe de la décomplexion du pouvoir pour censurer celles et ceux qui ne s’alignent pas sur les positions du gouvernement.

L’interdiction scandaleuse de cette conférence ne peut donc pas être isolée des poursuites pénales qui sont engagées contre des militants coupables d’avoir soutenu le peuple palestinien. C’est le cas, dans le Nord également, de Jean-Paul Delescaut, secrétaire de l’UD CGT du Nord, qui a été condamné ce jeudi à 1 an de prison avec sursis pour apologie du terrorisme pour un communiqué, mais aussi des dizaines de personnes, parmi lesquelles Anasse Kazib de Révolution Permanente, ou des militants de Solidaires Etudiant.es EHESS, convoquées par l’antiterrorisme pour leur soutien à la Palestine.

Face à cette répression, qui se déploie de manière similaire dans les autres pays impérialistes complices du génocide, il faut opposer un front politique et syndical ferme, qui ne transige sur aucune liberté démocratique, sous aucun prétexte. Alors que l’Etat s’emploie désormais à dégainer son arsenal anti-terroriste contre les militants écologistes, les syndicalistes et les soutiens de la Palestine, il faut imposer d’urgence un arrêt à cette spirale répressive !


Facebook Twitter
Déclaration. Contre la répression coloniale, défendons le droit à l'autodétermination de la Kanaky

Déclaration. Contre la répression coloniale, défendons le droit à l’autodétermination de la Kanaky

Incendie d'une synagogue à Rouen : un acte antisémite odieux, une instrumentalisation xénophobe

Incendie d’une synagogue à Rouen : un acte antisémite odieux, une instrumentalisation xénophobe

« Rétablir l'ordre Républicain » : Glucksmann légitime la répression coloniale en Kanaky

« Rétablir l’ordre Républicain » : Glucksmann légitime la répression coloniale en Kanaky

Ilan Pappé intimidé par le FBI pour son soutien à la Palestine : stop à la criminalisation !

Ilan Pappé intimidé par le FBI pour son soutien à la Palestine : stop à la criminalisation !

« Journée prisons mortes » : un mouvement pour exiger toujours plus de répression

« Journée prisons mortes » : un mouvement pour exiger toujours plus de répression


Circulaire Moretti : l'Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Circulaire Moretti : l’Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Commémoration de la Nakba : Plus de 200 personnes au rassemblement unitaire à Bordeaux

Commémoration de la Nakba : Plus de 200 personnes au rassemblement unitaire à Bordeaux

SUD Rail, MA France, A. Traoré, F. Lordon, … : front à la Sorbonne contre la répression des étudiant·es

SUD Rail, MA France, A. Traoré, F. Lordon, … : front à la Sorbonne contre la répression des étudiant·es