×

Course aux armements

Commande de 2000 drones kamikazes : Macron prépare l’« économie de guerre »

Suite à l’annonce d’Emmanuel Macron d’« aller encore plus fort sur une économie de guerre », le ministre des Armées a déclaré l’ouverture d’un appel d’offre pour la production de 2000 drones à destination de l’Ukraine et de la France. Une nouvelle étape dans l’escalade militariste.

Facebook Twitter
Commande de 2000 drones kamikazes : Macron prépare l'« économie de guerre »

Crédits photo : Potushaft, Wikipedia Creative Commons

Le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a visité ce jeudi les usines Delair, près de Toulouse, pour observer leurs drones militaires DT-46 et UX-11, dont une centaine d’exemplaires seront livrés en Ukraine cet été. Cette visite s’est faite dans le cadre du lancement prochain de l’appel d’offres aux industriels français pour la fabrication de 2000 drones kamikazes. Cette commande est à destination des troupes ukrainiennes et françaises entre 2024 et 2025, et fait suite aux déclarations d’Emmanuel Macron qui a annoncé lundi que l’intervention de troupes occidentales en Ukraine n’était pas exclue.

Delair, une entreprise au cœur de l’industrie de la mort

Delair, entreprise créée en 2011 pour développer des drones civils spécialisés dans l’inspection de sites industriels, a déjà expédié 150 drones d’observation non armés à l’Ukraine et doit en livrer 150 autres prochainement. Le ministre des Armées n’a pas manqué de se féliciter de ces armes « made in France » : « Ce prototype va s’industrialiser et ce sera un énorme game changer pour l’armée ukrainienne face aux Russes ».

L’accélération militariste du gouvernement français, qui s’exprime dans l’objectif de doubler le budget militaire d’ici 2030 et d’atteindre en 2024 le seuil de 2 % du PIB consacré aux dépenses militaires, n’est pas sans déplaire aux grands patrons des usines d’armement. Delair, entreprise qui est passée de 80 % de production de drones civils chargés de surveiller des sites industriels à 80 % de drones militaires, va voir son chiffre d’affaires doubler en un an pour atteindre les 20 millions d’euros.

Bastien Mancini, son PDG, ne cache pas son enthousiasme quant aux récentes déclarations du président de la République : « L’économie de guerre ? On la vit comme une augmentation de cadence de production sans précédent. Nous allons devoir faire du fois trois en produisant cinquante drones par mois ». Une course à l’armement qui n’est qu’à l’avantage des entreprises d’armement françaises et mondiales, qui réalisent des millions de profit sur la vie des gens.

Les drones, le nouveau joujou de guerre et de surveillance des États impérialistes

Le ministre des Armées n’a pas choisi de lancer un appel d’offre pour la fabrication de drones par hasard : « Les drones kamikazes sont absolument fondamentaux dans la conduite des opérations » et vont pouvoir constituer un « complément du canon Caesar en matière d’artillerie », expliquait-il. Souvent présentés pendant le conflit en Ukraine comme un « avantage tactique incontournable », les drones sont devenus les armes de guerre et de surveillance favorites des États impérialistes aujourd’hui, notamment pour leur production à bas coût, et leurs capacités de surveillance très développées. Sébastien Lecornu avait par ailleurs revendiqué en avril 2023 un objectif de « dronisation des forces » lors de la présentation en Conseil des ministres de la loi de programmation militaire pour 2024-2030. Parmi les 413 milliards d’euros annoncés, 1,5 milliard étaient prévus uniquement pour les drones.

Derrière la façade d’un moyen de « protéger la population », ces équipements sont également déployés à l’échelle nationale pour surveiller et réprimer les manifestants, comme cela a été le cas pendant la réforme des retraites. Ils le seront également pendant les Jeux Olympiques cet été, sous prétexte de « sécurité » et de « lutte contre le terrorisme ». La commande de 2000 drones par Lecornu, dont une partie ira à la France, est également un moyen pour le gouvernement de déployer plus largement son arsenal policier sur le territoire national.

Qui prépare la guerre sème la misère : non au réarmement de l’Europe !

L’escalade de la militarisation française ne se fait évidemment pas seule. C’est à l’échelle de l’Union Européenne que les budgets militaires ont explosé. Comme nous l’écrivions il y a une semaine, « un nombre record de pays (18 pays sur 31) atteindront également en 2024 l’objectif de 2 % du PIB en dépenses militaires ». « Au niveau de l’UE, cela signifie que 140 milliards d’euros vont s’ajouter aux 200 à 230 milliards d’euros actuels de dépenses militaires par an soit autour de 350 milliards » affirmait Libération.

Alors que l’objectif du gouvernement français est de doubler le budget militaire d’ici 2030, cet objectif s’accompagne de politiques austéritaires auprès d’autres secteurs de la société, en premier lieu les plus précaires. Dans ce sens, Bruno Le Maire a annoncé la semaine dernière des coupes budgétaires de 10 milliards d’euros dans l’éducation, l’écologie et le travail. Un réarmement massif n’a jamais débouché sur autre chose que l’escalade des conflits et l’enrichissement des industriels sur le dos des populations. Le mouvement ouvrier doit lutter contre l’escalade impérialiste et la guerre, pour proposer un autre avenir que celui de misère et de violence croissantes.


Facebook Twitter
 « Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation

« Dette » et « guerre » : double matraquage et attaques en préparation

Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Solidarité : SUD Rail & la CGT Energie 75 apportent leur soutien à Anasse Kazib, convoqué par la police

Solidarité : SUD Rail & la CGT Energie 75 apportent leur soutien à Anasse Kazib, convoqué par la police

Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs

Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

« Economie de guerre » : à Bergerac, Macron inaugure une usine militaire pour faire parler la poudre

« Economie de guerre » : à Bergerac, Macron inaugure une usine militaire pour faire parler la poudre

Limitation du droit d'asile, enfermement aux frontières : le Parlement européen adopte le pacte migratoire

Limitation du droit d’asile, enfermement aux frontières : le Parlement européen adopte le pacte migratoire

Périmètre « antiterroriste », QR code, surveillance généralisée : Darmanin dévoile son plan pour les JO

Périmètre « antiterroriste », QR code, surveillance généralisée : Darmanin dévoile son plan pour les JO