^

Politique

Du Vieux Port à la Castellane

31 mars à Marseille. La manifestation double, les violences policières aussi !

Ce jeudi 31 mars, les manifestations ont pris une dimension supplémentaire à Marseille. 120 000 manifestants selon les organisateurs, 11 200 selon la police. Une nouvelle fois, la fin de cortège a été attaqué par les milices gouvernementales qui ont réprimé à tout va la jeunesse et les travailleurs mobilisés.

vendredi 1er avril 2016

Romain Lamel

Une fois n’est pas coutume, police et syndicats étaient d’accord sur un point pour le comptage des manifestants. Le doublement du cortège par rapport au 9 mars. Pour la police, c’est même plus qu’un doublement, passant de 5 000 à 11 200 personnes. Pour les organisateurs, en trois semaines, la manifestation est passée de 60 000 à 120 000 hommes et femmes. Tout le monde converge sur l’ampleur supplémentaire qu’est en train de prendre la mobilisation contre la loi travail dans la cité phocéenne.

Un cortège enthousiaste a parcouru le centre ville de Marseille, du Vieux-Port à Castellane avec d’imposantes délégations syndicales de la CGT, de FO, de la FSU et de SUD mais aussi une mobilisation croissante de la jeunesse lycéenne et étudiante. Arrivé au terme de son parcours, comme lors des manifestations du 17 et 24 mars, la police a violemment attaqué le cortège avec matraques et gaz lacrymogènes. Un jeune a été évacué sur un brancard après avoir été passé à tabac par des éléments de la BAC. Une dizaine de manifestants a été de nouveau interpellé.

La violence de la police dans les manifestations contre la loi travail devient de plus en plus brutale. Si jusqu’à aujourd’hui, les drames ont été évités, c’est grâce à la grande maturité des travailleurs et des jeunes mobilisés. Nous sommes déterminé.e.s à obtenir le retrait de la loi travail par la seule puissance de notre mobilisation. Une question se pose désormais à la police et au gouvernement : vont-ils tuer un nouveau Rémi Fraisse ou un nouveau Malik Oussékine avant de retirer leur projet de loi anti-travailleurs ?



Mots-clés

Marseille   /    Loi El Khomri   /    Politique