×

Le 7 mars, tous en grève reconductible !

Sète. Les éboueurs appellent à la grève illimitée dès le 7 mars pour la retraite et les salaires

A l'appel de la CGT, les éboueurs de l'entreprise Nicollin (NSE) à Sète se préparent à la grève illimitée à partir du 7 mars prochain. Une grève pour obtenir le retrait de la réforme des retraites, mais qui va plus loin en revendiquant la retraite à 60 ans et l'égalité salariale pour tous les agents.

Julian Vadis

22 février 2023

Facebook Twitter

Crédits Photo : AFP

Alors que la journée du 7 mars promet d’être un nouveau temps fort de la mobilisation nationale contre la réforme des retraites, plusieurs secteurs appellent à durcir le mouvement et posent la perspective de la grève reconductible. Parmi eux, les éboueurs ou les fédérations CGT des Services Publics et des Transports ont appelé le 14 février à la grève « à partir du 7 mars et jusqu’au retrait du projet de loi  ».

C’est dans ce cadre que des appels à la grève locaux fleurissent en vue du 7 mars. C’est notamment le cas à Sète, dans l’Hérault, ou les salariés de l’entreprise Nicollin (NSE) sont appelés à entrer en grève illimitée. Cependant, loin de se limiter à l’exigence du retrait de la réforme, l’appel à la grève sur l’île singulière propose des revendications offensives pour arracher des avancées sociales.

Au Midi Libre, Hicham Sabik, syndicaliste CGT, dénonce les conditions de travail pénibles des éboueurs. Des conditions qui font de la revendication d’une retraite à 60 ans, et moins pour les emplois les plus durs, une revendication absolument vitale. Il témoigne des inégalités entretenues afin de diviser les travailleurs : « on a des gens qui ne sont pas payés pareil entre les agents transférés de l’Agglo et les salariés NSE ». Ainsi, la CGT exige aussi une égalité salariale pour tous les employés, la réintégration , ainsi qu’une prime de 600 € pour faire face à l’inflation.

L’appel à la grève des éboueurs sétois pose donc une double question cruciale dans le rapport de force avec le gouvernement et le patronat. D’abord celui de la nécessité d’un durcissement de la grève par le départ en reconductible, pour ne pas disperser les forces des grévistes dans des journées isolées, mais les concentrer sur plusieurs jours et parvenir à bloquer le pays. Ensuite la question de la nécessité d’un programme offensif, qui ne se contente pas de défendre l’existant mais qui pose comme perspective l’obtention de nouveaux acquis.

Ainsi, l’élargissement des revendications à la question des salaires en refusant la fausse distinction imposée par le gouvernement et le patronat entre, d’une part, la question des retraites qui relèverait des questions de politique nationale, et d’autre part, celle des salaires et des conditions de travail, qui ne se traiterait qu’au niveau local de l’entreprise. Au contraire, ces deux questions sont intimement liées et il est non seulement vital de se battre, en plus du retrait de la réforme, pour la retraite à 60 ans pour toutes et tous, sans condition d’annuité et à 55 ans pour les métiers pénibles, mais aussi une augmentation générale des salaires et des pensions avec leur indexation sur l’inflation.

Canal Telegram : @revolution_permanente

L’appel à la grève des éboueurs de Sète va dans le sens de l’élargissement des revendications pour un programme de lutte qui réponde aux multiples préoccupations qui s’expriment actuellement dans la mobilisation. Un tel programme sera décisif pour convaincre de nombreux secteurs du travail plus préoccupés par la fin du mois que par la fin de carrière, de rejoindre la dynamique de la grève reconductible. Autrement de nombreux travailleurs continueront à devoir choisir s’ils doivent faire grève contre les retraites ou au contraire se réserver pour se mettre en grève pour les salaires dans leurs entreprises. Ces deux combats, contre le gouvernement et l’ensemble du patronat, doivent être liés !

C’est un enjeu central pour amplifier le rapport de force et renvoyer dans les cordes Macron, sa réforme et le monde de précarité qui nous est promis. En ce sens, l’appel à la grève des éboueurs sétois est un nouvel exemple qui démontre l’enjeu d’exiger de l’intersyndicale qu’elle inscrive au cœur des revendications du mouvement, non seulement le retrait de la réforme, mais aussi la retraite à 60 ans à taux plein, et l’augmentation immédiate des salaires !

A lire : Potentialités et problèmes stratégiques du soulèvement de la classe ouvrière en France


Facebook Twitter
Scandale : l'inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Scandale : l’inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l'austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l’austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Victoire ! L'inspection du travail refuse le licenciement d'Alexandre, délégué syndical à la Fnac

Victoire ! L’inspection du travail refuse le licenciement d’Alexandre, délégué syndical à la Fnac

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Toulouse. Les ingénieurs de CS Group en grève contre le « flex office »

Toulouse. Les ingénieurs de CS Group en grève contre le « flex office »

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression