×

Guerre en Ukraine

Saut militariste : l’Allemagne enverra des chars lourds à l’Ukraine, bientôt suivie des Etats-Unis ?

Après l'envoi de chars légers, les principales puissances de l’OTAN sont sur le point d’envoyer des chars lourds à l’Ukraine. Un saut sans précédent dans le soutien militaire de l’OTAN à l’Ukraine depuis le début du conflit, qui ouvre la voie à une nouvelle escalade.

24 janvier 2023

Facebook Twitter

Selon une information du journal allemand Der Spiegel parue ce mardi soir et relayée par la presse internationale, le chancelier Olaf Scholz qui doit s’exprimer devant le Bundestag ce mercredi à 11h, devrait annoncer l’envoi de chars lourds de fabrication allemande de type Leopard 2. D’autres pays de l’OTAN comme la Pologne devraient également être autorisés à envoyer des chars lourds de fabrication allemande.

Cette annonce vient clore plusieurs semaines de débat sur la possibilité d’envoi de chars lourds par l’Allemagne et par les Occidentaux. Berlin était pressé d’envoyer du matériel militaire lourd par Kiev mais aussi par plusieurs membres de l’OTAN comme la Pologne. L’Allemagne devient ainsi le second pays de l’OTAN après le Royaume-Uni (qui a fourni des chars de type Challenger 2 samedi 14 janvier) à livrer des chars lourds de fabrication occidentale.

La livraison de chars lourds par l’Allemagne pourrait vraisemblablement ouvrir la voie à des livraisons similaires de la part d’autres puissances de l’OTAN dont les États-Unis. Selon le Wall Street Journal, Washington se serait mis d’accord avec Berlin et d’autres membres de l’alliance transatlantique pour envoyer des chars lourds à l’Ukraine. Bien que réfuté pour le moment par le Pentagone, les États-Unis pourraient ainsi prochainement envoyer des chars lourds de type M1 Abrams. De quoi entraîner Paris ? En tout cas, Emmanuel Macron a récemment annoncé que « rien n’est exclu » concernant un potentiel envoi de chars lourds de type Leclerc à l’Ukraine.

La fourniture de chars lourds de fabrication occidentale avait jusqu’ici été refusée par l’OTAN malgré les demandes répétées de Kiev. L’annonce, début janvier, de la livraison de chars légers occidentaux par les Etats-Unis, l’Allemagne et la France avait constitué un premier signal. Cette annonce constitue donc une nouvelle étape dans le soutien militaire occidental accordé à l’Ukraine.

En effet, ces chars lourds sont destinés aux combats de haute intensité et à la destruction de véhicules adverses. Comme l’explique Le Monde, « ces chars sont équipés d’un canon de gros calibre – entre 105 et 125 millimètres de diamètre selon les modèles – et peuvent transporter entre quarante et cinquante-cinq obus. Ils sont dotés de caméras thermiques et peuvent effectuer des tirs précis, de nuit et sur une longue distance : le char Leclerc peut par exemple tirer sur une cible fixe jusqu’à 4 kilomètres en roulant ».

Ce saut dans l’intervention militariste de l’OTAN dans le conflit ukrainien ouvre la voie à une nouvelle escalade de la guerre. L’envoi de chars lourds s’ajoute aux milliards de dollars de financement de l’armée ukrainienne, à l’envoi d’armes, de drones, ainsi qu’à la collaboration avec le renseignement militaire sur le terrain et la formation des troupes ukrainiennes. La semaine dernière, l’administration Biden a approuvé un nouvel approvisionnement en armes à hauteur de 2,5 milliards de dollars.

Cette guerre réactionnaire a déjà fait des milliers de morts, des villes détruites et des millions de déplacés en Ukraine. Elle a des conséquences désastreuses bien au-delà des frontières de l’Ukraine, frappant les économies d’Europe et de nombreux pays, provoquant famine et inflation, dont les travailleuses et travailleurs paient les conséquences. Cette nouvelle escalade belliciste de l’Union européenne et de l’OTAN ne peut qu’aggraver cette situation.


Facebook Twitter
Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Génocide à Gaza : des armes, des affaires et des complices

Génocide à Gaza : des armes, des affaires et des complices

Attaque contre l'Iran : Israël limite sa riposte mais les tensions persistent

Attaque contre l’Iran : Israël limite sa riposte mais les tensions persistent

Etats-Unis. A l'université de Columbia, la répression du soutien à la Palestine s'intensifie

Etats-Unis. A l’université de Columbia, la répression du soutien à la Palestine s’intensifie

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

28 salariés de Google licenciés pour avoir dénoncé le génocide en Palestine

Veto à l'adhésion de la Palestine à l'ONU, ou l'hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »

Veto à l’adhésion de la Palestine à l’ONU, ou l’hypocrisie des Etats-Unis sur les « deux États »

Argentine : Les sénateurs augmentent leurs salaires de 170% en pleine crise économique

Argentine : Les sénateurs augmentent leurs salaires de 170% en pleine crise économique

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d'Israël

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d’Israël