×

Esclavage moderne

« On a rien à perdre, on ira jusqu’au bout ! » : troisième jour de grève à la STEF à Vitry-sur-Seine

A Vitry-sur-Seine (94), une soixantaine de salariés sont en grève depuis lundi. Face à une direction méprisante, ils revendiquent 100 euros d’augmentation de salaire. Aujourd’hui des soutiens sont allés sur le piquet pour bloquer l’entrée du site.

Alexis Taïeb

15 novembre 2023

Facebook Twitter
« On a rien à perdre, on ira jusqu'au bout ! » : troisième jour de grève à la STEF à Vitry-sur-Seine

Crédit photo : Révolution Permanente

Depuis lundi, une soixantaine de salariés sont en grève à la STEF à Vitry-sur-seine (94), une première depuis 2014. Géant de la logistique et du transport spécialisé dans l’agroalimentaire et dans les produits surgelés, l’entreprise a fait plus de quatre milliards de chiffres d’affaires en 2022. Pourtant, elle paye ses salariés en moyenne 1380 euros par mois.

Pour le troisième jour de grève, elle a enfin accepté de venir parler aux grévistes dans la matinée et leur a proposé une augmentation de 20 euros brut. Quelques heures plus tard, lors de nouvelles négociations, elle leur a proposé cette fois une augmentation de 30 euros et une augmentation de la « prime froid ».

Une proposition insultante pour les travailleurs : « Jusqu’ici on était gentil, mais maintenant on va bloquer. On gagne des salaires de misère, on ne peut pas accepter » explique Michel, travailleur polonais dans l’entreprise depuis 9 ans. Avec l’inflation et des salaires aussi bas, environ 75% des salariés sont obligés de demander un acompte chaque mois à la direction pour joindre les deux bouts. « Sur les 150 travailleurs du site, tous les travailleurs qui sont dans les chambres froides sont en grève. Il n’y a pas de logistique sans ceux qui transportent les colis sous -25°C. On est là jusqu’à la victoire, on a rien à perdre » ajoute le gréviste.

Aujourd’hui des soutiens locaux sont venus en plus de l’Union Locale CGT de Vitry pour bloquer l’entrée du dépôt et empêcher les marchandises de circuler. « J’appelle les gens à mettre la pression sur les clients comme Picard qui s’approvisionne chez STEF, une entreprise esclavagiste. Aidez-nous, parlez des travailleurs de STEF qui travaillent dans des conditions très dures » conclut-il.

Face au mépris de la direction, les grévistes sont déterminés à maintenir le rapport de force et organisent des assemblées générales chaque jour. Il est possible d’aller soutenir sur leur piquet de grève à Vitry-sur-Seine au 47 rue Charles Heller, 94400.

Lire aussi : Paris. Des travailleurs des transports appellent à la création d’un comité Urgence Palestine ce vendredi


Facebook Twitter
Démonstration de force des cheminots avant les JO : il est temps de repasser à l'offensive !

Démonstration de force des cheminots avant les JO : il est temps de repasser à l’offensive !

Pour la réintégration de Christian Porta : soyons nombreux vendredi 24 mai devant l'usine à Folschviller !

Pour la réintégration de Christian Porta : soyons nombreux vendredi 24 mai devant l’usine à Folschviller !

Avertissement, mises à pied : 5 nouveaux salariés de Neuhauser-InVivo réprimés par la direction

Avertissement, mises à pied : 5 nouveaux salariés de Neuhauser-InVivo réprimés par la direction

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Californie : 48 000 travailleurs de l'Université votent la grève pour le droit à soutenir la Palestine !

Californie : 48 000 travailleurs de l’Université votent la grève pour le droit à soutenir la Palestine !

Sophie Binet, des avocat·e·s et des inspecteurs du travail dénoncent le licenciement illégal de Christian Porta

Sophie Binet, des avocat·e·s et des inspecteurs du travail dénoncent le licenciement illégal de Christian Porta

Répression coloniale : un dirigeant de la RATP dans la délégation de Macron en Kanaky

Répression coloniale : un dirigeant de la RATP dans la délégation de Macron en Kanaky

SNCF : la direction prête à doubler la prime JO après la grève massive des cheminots

SNCF : la direction prête à doubler la prime JO après la grève massive des cheminots