×

Précarité

Les étudiant-es vivent en moyenne avec 718 € par mois, révèle l’enquête du Poing Levé

Réalisée sur un échantillon de 5079 réponses, une enquête sur la précarité étudiante du Poing Levé souligne que les étudiant-es résidant en dehors du domicile familial vivent en moyenne avec un budget de 718 euros mensuels. Explications.

Cathu Isnard

15 avril

Facebook Twitter
Les étudiant-es vivent en moyenne avec 718 € par mois, révèle l'enquête du Poing Levé

L’enquête sur la précarité étudiante menée par Le Poing Levé, basée sur 5079 réponses, dresse un tableau alarmant de la situation financière des étudiant-es : ils vivent en moyenne avec un budget mensuel de 718€ seulement.

Ce budget comprend l’ensemble des sources de revenus des étudiant-es : aide financière familiale, revenus sociaux (bourse, APL, etc), salaire, etc. et correspond ainsi au revenu disponible permettant d’estimer le niveau de vie. Pour calculer ce budget, les militant-es du Poing Levé se sont basés sur la définition d’un-e « étudiant-e type », vivant seul en dehors du domicile familial. Cela permet de comparer le niveau de revenu disponible calculé avec le seuil de pauvreté pour un ménage composé d’un seul adulte (1158€).

L’étudiant moyen vit donc avec 450€ de moins que le seuil de pauvreté. 30 % d’entre eux vivent même avec moins de 500€ par mois selon la même enquête. Avec un budget aussi restreint, les étudiant-es peinent à couvrir ne serait-ce que les frais essentiels tels que le loyer, l’alimentation et les transports. Une situation qui pousse une large partie des étudiants à recourir à des aides alimentaires et à se priver de repas.

Alors que le constat de la précarité croissante d’une large majorité des jeunes est unanime depuis plusieurs années et notamment depuis la crise du Covid, ces chiffres permettent d’en mesurer l’ampleur. Une dynamique qui s’est aggravée avec l’inflation et la hausse du coût de la vie, et dont Macron et ses ministres sont les premiers responsables.

Aujourd’hui, être étudiant-e rime pour beaucoup avec pauvreté. Un constat d’autant plus inacceptable qu’en parallèle, le CAC40 et les grands patrons réalisent des records en termes de profits, qui démontre toute l’urgence de s’organiser autour d’un programme visant à récupérer les richesses accaparées par les multinationales, pour permettre à tous-tes les étudiant-es de vivre et d’étudier dans des conditions dignes. C’est cette perspective que défend le Poing Levé, notamment par l’instauration d’un revenu étudiant financé par un impôt sur les grandes fortunes et le patronat, que 79% des étudiant-es approuvent.

Lire l’enquête du Poing Levé


Facebook Twitter
Burger King, Auchan, Boulanger, Société Générale : entreprises complices d'Israël, hors de nos facs !

Burger King, Auchan, Boulanger, Société Générale : entreprises complices d’Israël, hors de nos facs !

Les partenariats universitaires avec Israël, ou la nouvelle cible stratégique des étudiants pro-Palestine

Les partenariats universitaires avec Israël, ou la nouvelle cible stratégique des étudiants pro-Palestine

L'Oréal, un soutien d'Israël et de la colonisation partenaire de l'Université Paris-Cité

L’Oréal, un soutien d’Israël et de la colonisation partenaire de l’Université Paris-Cité

Fin des rattrapages, absences, compensation et partiels à Paris 1 : la moitié des étudiants en sursis

Fin des rattrapages, absences, compensation et partiels à Paris 1 : la moitié des étudiants en sursis


 « On faisait du 40h par semaine sans être payé ». Témoignages de lycéens de stage hôtelier

« On faisait du 40h par semaine sans être payé ». Témoignages de lycéens de stage hôtelier

Pour les Jeux Olympiques, le gouvernement veut éloigner les jeunes du 93

Pour les Jeux Olympiques, le gouvernement veut éloigner les jeunes du 93

Soutien à la Palestine : la police expulse l'occupation de l'EHESS, solidarité !

Soutien à la Palestine : la police expulse l’occupation de l’EHESS, solidarité !

Strasbourg : la présidence envoie la police pour expulser les étudiants pro-Palestine

Strasbourg : la présidence envoie la police pour expulser les étudiants pro-Palestine