×

Mouvement ouvrier

Le Bourget : les cheminots en grève massive pour défendre le Fret aux côtés des militants écolos

Un front commun rarement vu entre ouvriers et écologistes s'est ouvert ce jeudi sur le site du triage du Bourget. En grève à 90% contre la liquidation de Fret SNCF, les cheminots ont mené une première journée de mobilisation pour sauver leurs emplois et l'environnement, à l'appel de Sud-Rail et de nombreux collectifs écologistes.

Noah Rapa

15 juin 2023

Facebook Twitter
Audio
Le Bourget : les cheminots en grève massive pour défendre le Fret aux côtés des militants écolos

Ce jeudi, les cheminots du Bourget ont organisé une journée de mobilisation contre la liquidation de Fret SNCF, en se mettant en grève et en invitant de nombreuses organisations écologistes. De nombreux travailleurs, étudiants et militants écolos étaient donc présents contre cette attaque qui menace des centaines d’emplois et représente un désastre écologique.

Depuis maintenant plusieurs mois, la Commission européenne menace en effet Fret SNCF de rembourser l’ensemble des subventions dont elle a pu bénéficier, soit 5,3 milliards d’euros. Pour éviter de rembourser cette somme qu’elle ne peut pas débourser, la direction de la SNCF, avec la complicité du gouvernement français, prévoit une restructuration sociale d’ampleur. Des centaines d’emplois sont menacés, 30% des contrats vont être cédés aux entreprises privées, et la pollution va s’accroître, avec une large partie des marchandises qui circuleront dans des camions, un mode de transport 14 fois plus polluant que le train.

C’est dans ce contexte que les cheminots du Bourget sont rentrés en grève ce jeudi. D’après Sud-Rail Paris Nord, 100% du secteur du fret est en grève, un fait inédit depuis le début de la bataille contre la liquidation. Mais cette grève dépasse le simple secteur du fret. Comme l’explique Anasse Kazib, aiguilleur sur le Bourget et militant Sud-Rail, « sur les métiers de l’aiguillage, on est à 80% de grévistes. On ne doit pas attendre que Fret SNCF, qui est l’entreprise mère, se fasse démanteler. Demain, ils s’attaqueront au RER, au TGV, à la maintenance, etc... Il faut élargir la grève à l’ensemble de la SNCF ». Le cheminot conclue : « Ils veulent nous attaquer de partout, la réforme des retraites est en train de passer, la future loi travail est en préparation. On n’acceptera pas que 500 emplois soient liquidés. On va se battre et faire la démonstration que lorsqu’ils s’attaquent à l’un d’entre nous, on riposte ensemble ».

Cette journée de grève a été marquée par la présence de nombreux collectif écologistes, comme Extinction Rebellion, Alternatiba, Les Amis de la Terre ou Terre de Lutte, qui ont co-organisé le rassemblement avec le syndicat Sud-Rail. Tous ont dénoncé les politiques désastreuses mises en place par le gouvernement et leur hypocrisie en matière d’écologie. Pour eux, la bataille que mènent les cheminots est une suite logique pour contrecarrer les plans écocides du gouvernement.

Les intervenants ont réaffirmé la nécessité de sauver le service public, et de défendre le développement du transport ferroviaire, aux côtés des travailleurs du secteur. En ce sens Gabriel Mazzolini, porte-parole des Amis de la Terre, a déclaré : « sans les travailleurs du fret, il n’y aura pas de transition écologique. Vous êtes le poumon central de l’avenir. Il faut que le train soit un mode de transport de masse. »

Le Poing Levé, le collectif de la jeunesse lié à Révolution Permanente, était également présent en nombre ce matin. Arianne Anemoyanis, militante à Paris 1, affirme que « l’expérience incroyable de la jonction entre la jeunesse et les travailleurs dans la lutte contre la réforme des retraites doit nous ré-inspirer aujourd’hui. Avec cette alliance inédite entre travailleurs, écolos et jeunes, on veut poser la question d’une stratégie qui renverse le capitalisme. Nous n’avons pas le temps d’attendre et de se bercer d’illusions sur le fait qu’on pourrait mieux vivre sous le système capitaliste. Il faut que les travailleurs contrôlent leur outil de travail, ce sont eux qui connaissent le mieux leur outil de travail. »

Dans le même sens, Adrien Cornet, raffineur à Grandpuits et miltant CGT, estime que l’exemple de la liquidation du Fret SNCF et les risques qu’elle entraine d’un point écologique pose la question du nécessaire contrôle ouvrier sur la production : « Que ce soit un directeur public ou privé, c’est la même chose. Leur obsession, c’est le profit. Il faut qu’à travers la grève, les cheminots prennent conscience qu’ils ont le pouvoir pour décider du sort de leur outil de travail, et de l’utiliser pour les besoins du climat et de la population ».

Engagé depuis déjà plusieurs mois dans la bataille du fret, après plusieurs rassemblements et envahissements, les cheminots du Bourget ont monté le ton et se sont mis en grève massive sur le site du triage du Bourget, ce qui a eu pour conséquence l’arrêt total du site. Une première démonstration de force pour engager un bras de fer capable de stopper la liquidation voulue par la direction de la SNCF et le gouvernement, qui permet de mettre en avant le rôle des travailleurs face au défi écologique à venir, lorsqu’ils reprennent en main leur outil de travail.


Facebook Twitter
Fusion de l'audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

Fusion de l’audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

« L'impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l'acharnement d'InVivo

« L’impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l’acharnement d’InVivo

Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud'hommes

Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud’hommes

Débrayages quotidiens, journées fortes : l'AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Débrayages quotidiens, journées fortes : l’AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Toulouse : la menace d'une privatisation sème le chaos dans un centre d'aide sociale à l'enfance

Toulouse : la menace d’une privatisation sème le chaos dans un centre d’aide sociale à l’enfance

Répression à l'usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Répression à l’usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Victoire : les Prud'hommes ordonnent la réintégration de Christian Porta, délégué CGT

Victoire : les Prud’hommes ordonnent la réintégration de Christian Porta, délégué CGT

Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?

Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?