×

De l'argent il y en a

« Je suis un salarié comme les autres » : le patron de Stellantis défend ses 19 millions annuels

En ce jour de grève nationale pour les salaires, Carlos Tavares, patron de Stellantis était l’invité de France Info. Revendiquant ses 19 millions d’euros annuels, il explique en même temps à quel point les salaires de ses ouvriers auraient été suffisamment augmentés pour l’année 2022.

Léa Luca

18 octobre 2022

Facebook Twitter

Ce n’est pas la première fois que le salaire de Carlos Tavares, patron de Stellantis (ex-PSA) défraye la chronique et suscite les réactions d’une presse pourtant rarement prompte à s’inquiéter des profits des grands patrons. En avril dernier, en pleine campagne présidentielle on avait ainsi appris que le salaire annuel du patron de Stellantis s’élevait à 19 millions d’euros et pourrait monter jusqu’à 66 millions de rémunération avec les primes et actions.

Interrogé à ce sujet ce matin sur France Info, Tavares répond : « c’est d’abord la traduction du fait que les résultats de l’entreprise sont bons voire très bons », expliquant que son salaire est variable à 90%. Puis, sans vergogne, le patron de Stellantis ose dire : « Je suis un salarié comme un autre. […] C’est un accord, un contrat entre l’entreprise et son salarié que je suis ».

On ne jurerait pas pourtant que les salariés du groupe Stellantis aient eux aussi goûté les fruits des « très bons résultats de l’entreprise » de l’année 2021. Interrogé sur les revendications d’augmentation de salaire face à l’inflation, Tavares prétend que ses salariés ont bénéficié de plus de 7% d’augmentation de leurs recettes. Une affirmation démentie par plusieurs militants de la CGT PSA :

 
Cette augmentation ne représente ainsi qu’une très maigre augmentation de salaire, qui ne s’élève en réalité, d’après Jean-Pierre Mercier, secrétaire général de la CGT PSA qu’à 2%, le reste correspondant à des primes ponctuelles :

Lire aussi : Grève historique chez PSA : 4300 ouvriers débrayent sur les différents sites

 
Alors que depuis le début de l’année 2022, le groupe Stellantis a déjà engrangé plus de 8 milliards de dollars de bénéfice et dans un contexte d’inflation massive, la dernière proposition de l’entreprise d’une prise de 1000 euros a déclenché une grève à la fin du mois de septembre sur presque l’ensemble des sites. Plus de 4000 travailleurs se sont mis en grève pour une augmentation des salaires et de meilleures conditions de travail.
 

Lire aussi : Face à la tentative d’exclusion de la CGT PSA Poissy, soyons nombreux le 20 octobre devant le tribunal !


Facebook Twitter
Scandale : l'inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Scandale : l’inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l'austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l’austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis