×

Champions de la matraque

JO 2024 : Darmanin devrait débloquer 500 millions € pour arroser les policiers

Les organisations de flics appelaient ce jeudi à effectuer un service minimum pour réclamer une prime de 2000€ et une compensation pour les JO. Darmanin aurait déjà prévu de mettre 500 millions d'euros sur la table pour satisfaire la seule corporation chérie par la macronie : les forces de répression.

Elea Novak

18 janvier

Facebook Twitter
JO 2024 : Darmanin devrait débloquer 500 millions € pour arroser les policiers

Photo : Philippe Leroyer sur Flickr, « Police Day, Paris (France) », 7 octobre 2006

Ce jeudi 18 janvier, les policiers se sont mobilisés dans tout le pays à l’appel du bloc syndical Alliance - UNSA-Police, majoritaire dans la police où il réunit 13 organisations. Celui-ci revendique principalement une « prime exceptionnelle » de 2 000 euros et des aménagements pour tous les policiers participant aux Jeux Olympiques du 24 juillet au 11 août.

Pour leur journée de mobilisation, surnommée « jeudi noir », les forces de l’ordre avaient prévu blocages, tractages, et surtout une « activité minimum ». Les policiers en service interviennent « seulement pour les urgences, comme la protection des personnes et des biens. Mais on ne fera pas d’initiative » expliquait Arnaud Boutelier, membre d’Alliance dans les Hauts de France. Selon Sylvain André, un membre d’Alliance à Strasbourg, « 300 commissariats sont bloqués » dans toute la France. Les policiers se sont également retrouvés dans des manifestations de 12h à 14h, rassemblant des centaines de personnes dans plusieurs villes de France selon 20 minutes.

Le tract distribué par Alliance à l’occasion de la journée affichait un menaçant « la délinquance, elle, ne prendra pas de vacances ! ». Pourtant, la journée s’est déroulée sans encombre, malgré l’absence de « prise d’initiatives » des forces de répression… Ces fameuses « initiatives » qui finissent en blessures, meurtres, garde à vue abusives ou mutilations, comme pour le jeune Théo, dont les agresseurs sont actuellement en procès.

La mobilisation avait lieu alors que les organisations policières ont été reçues ce lundi par Gérald Darmanin, ministre de l’intérieur, qui s’est montré, comme toujours, « très attentif » aux revendications des syndicats d’après Boutelier. D’après l’AFP, deux sources proches du dossier affirment qu’une enveloppe de 500 millions d’euros devrait être débloquée pour accéder aux revendications des policiers.

Un mouvement juste pour la forme donc, de la part de la seule corporation chérie par le gouvernement, aux petits soin pour celles et ceux dont le rôle est de harceler les classes populaires et de réprimer celles et ceux qui relèvent la tête. Si le gouvernement est à nouveau prêt à débourser des centaines de millions pour satisfaire les revendications de la police, c’est que la tenue des Jeux Olympiques dépend d’une forte présence policière.

Le 25 octobre 2022, Darmanin annonçait qu’en moyenne « plus de 30 000 policiers et gendarmes seront mobilisés chaque jour pendant un gros mois » pour les JO, avec un taux de mobilisation de 100% d’après Grégory Goupil, secrétaire zonal du syndicat Alliance 93. Entre des fouilles et la nécessité de présenter un QR code pour circuler dans Paris, les JO 2024 seront aux couleurs de la politique sécuritaire développée par le gouvernement Macron.

Bien que Sophie Binet ait annoncé le 11 décembre 2023 que « la CGT ne va pas s’amuser à gâcher la fête pour des millions de Françaises et de Français », les offensives à l’occasion des Jeux Olympiques contre les classes populaires, les sans-abris et les jeunes précaires méritent une réponse à la hauteur. Ne laissons pas l’exploitation des JO aux forces de police qui y joueront à nouveau le rôle de bras armé du pouvoir contre les classes populaires et toute velléité de mobilisation.

Alors qu’en préparation des JO, la capitale est devenue le théâtre de l’accélération de la gentrification de la Seine-Saint-Denis, de l’expulsion de milliers de migrants et SDF et de l’exploitation jusqu’à la mort de travailleurs immigrés dans les chantiers, il faut une riposte. A l’image des travailleurs sans-papiers des chantiers du Grand Paris, l’ensemble de notre classe doit dire haut et fort qu’il n’y aura pas de JO sans les travailleurs, et profiter de l’évènement pour arracher nos revendications.


Facebook Twitter
Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs

Formation des enseignants : Macron cherche à renforcer le contrôle des futurs profs

Solidarité : SUD Rail & la CGT Energie 75 apportent leur soutien à Anasse Kazib, convoqué par la police

Solidarité : SUD Rail & la CGT Energie 75 apportent leur soutien à Anasse Kazib, convoqué par la police

Lidl : comment l'entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

Lidl : comment l’entreprise soutient la colonisation en Cisjordanie

« Economie de guerre » : à Bergerac, Macron inaugure une usine militaire pour faire parler la poudre

« Economie de guerre » : à Bergerac, Macron inaugure une usine militaire pour faire parler la poudre

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Mort de Shemseddine : non aux mesures répressives, il faut des moyens pour la jeunesse !

Limitation du droit d'asile, enfermement aux frontières : le Parlement européen adopte le pacte migratoire

Limitation du droit d’asile, enfermement aux frontières : le Parlement européen adopte le pacte migratoire

Périmètre « antiterroriste », QR code, surveillance généralisée : Darmanin dévoile son plan pour les JO

Périmètre « antiterroriste », QR code, surveillance généralisée : Darmanin dévoile son plan pour les JO

5€ pour un rendez-vous raté chez le médecin : pour Attal, le problème de la santé c'est les patients

5€ pour un rendez-vous raté chez le médecin : pour Attal, le problème de la santé c’est les patients