×

Inflation

Hausses massives de salaires pour les hauts-fonctionnaires : la macronie n’en a que pour les riches

Une enquête de Mediapart révèle les hausses phénoménales de salaire des hauts fonctionnaires français ces dernières années. Alors que Stanislas Guérini n’a octroyé que des miettes aux travailleurs de la fonction publique, les administrateurs de l’État ont eux eu droit début 2023 à « une hausse potentielle spectaculaire de près de 25 % de leur rémunération »...

Cathu Isnard

26 juin 2023

Facebook Twitter
Audio
Hausses massives de salaires pour les hauts-fonctionnaires : la macronie n'en a que pour les riches

Porche d’entrée de l’Ecole Nationale d’Administration. Crédit photo : Wikimedia Commons

Une hausse phénoménale des salaires les plus hauts

Le 8 avril 2021, Emmanuel Macron détaillait en conférence de presse les tenants et les aboutissants de sa très attendue réforme de la haute fonction publique. Bien en-deça des attentes, la réforme s’est surtout contentée de recycler l’ENA en une nouvelle école sensiblement identique, l’Institut National du Service Public (INSP), ainsi que d’unifier les différents statuts de la haute fonction publique sous un titre unique d’« administrateur de l’Etat ».

La semaine dernière, Mediapart révélait dans une enquête que cette refonte de la haute fonction publique a surtout servi à « mettre en œuvre une hausse potentielle des rémunérations de la haute fonction publique », grâce à laquelle « les plus hautes rémunérations pourront culminer à 256 000 euros brut par an », soit plus de 21 000 € par mois. Cette hausse vertigineuse s’explique à la fois par une augmentation très importante (23 % à 29%) des points d’indice pour les trois grades de la haute fonction publique et par d’importantes primes.

Dans le même temps, deux décrets viennent d’être publiés pour appliquer ces grilles de rémunération aux magistrats de la Cour des Comptes et du Conseil d’État, afin d’augmenter le nombre de copains profitant du beau geste du gouvernement, au-delà des seuls 6000 cadres concernés par le statut d’administrateur de l’Etat.

Le point d’indice : un instrument pour niveler vers le haut pour les riches et vers le bas pour les pauvres

Cette enquête tombe particulièrement mal pour le gouvernement, une dizaine de jours après que Stanislas Guérini a détaillé son plan minimal pour soutenir le niveau de vie des fonctionnaires. La mesure phare du Ministre de la transformation et de la fonction publiques ? Une augmentation dérisoire de la valeur du point d’indice de 1.5 %, accompagnée d’un octroi de 9 points d’indice au maximum pour plus bas salaires. Rien à voir donc avec la hausse de 236 points d’indice qu’ont connue les hauts fonctionnaires en début de carrière (grade G1 de la grille de rémunération) entre 2022 et 2023. Ni celle de 291 points pour les plus hauts fonctionnaires (grade G3) sur la même période. Si le gouvernement serre la vis pour les travailleurs, sa refonte de la grille des rémunérations des hauts fonctionnaires se fait par « l’alignement sur les rémunérations les plus élevées » comme le montre Mediapart.

Pour rappel, les points d’indice servent à calculer le traitement brut de l’ensemble des fonctionnaires, magistrats et contractuels de la fonction publique. La valeur du point d’indice (4,85 € au 1er juillet 2022) est multipliée par l’indice majoré propre à chaque agent public, fixé en fonction de l’échelon, du cadre d’emploi et de l’ancienneté. Ainsi, pour augmenter les salaires de la fonction publique, le gouvernement a le choix entre augmenter la valeur du point d’indice, ou le nombre de points d’indice selon les différents critères et postes.

Il a trouvé la recette pour augmenter le salaire des plus riches tout en laissant les conditions des travailleurs continuer de se détériorer : feindre une concurrence trop rude du secteur privée pour augmenter le salaire des hauts fonctionnaires de manière exponentielle, tout en maintenant une austérité salariale stricte pour l’ensemble des fonctionnaires en raison de dépenses publiques présumées trop importantes.

Il faut lutter et s’organiser pour l’indexation des salaires sur l’inflation

Une fois encore, l’enquête Mediapart témoigne des cadeaux que Macron est prêt à faire aux riches tout en serrant la vis pour les plus précaires. Quand les hauts fonctionnaires et copains de Macron s’assurent des retraites confortables avec leurs hausses de salaire faramineuses, les travailleurs doivent se contenter de primes irrégulières et dérisoires qui ne rentreront pas dans leurs cotisations pour la retraite, s’ils arrivent à l’atteindre.

Face aux politiques libérales deux poids deux mesures du gouvernement, il est plus que jamais nécessaire d’aller arracher à la bourgeoisie l’indexation des salaires sur l’inflation. Si une nouvelle rencontre entre Guérini et les principaux syndicats de la fonction publique est prévue courant juillet, il ne faut rien attendre d’un dialogue social mis en échec à répétition. Il est nécessaire d’imposer un plan de bataille et des revendications pour l’ensemble de notre classe, pour préserver les services publics attaqués par le gouvernement et les conditions de vie des travailleurs.


Facebook Twitter
Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

Douze maires du 93 convoqués pour avoir défendu la nécessité d'un plan d'urgence dans l'éducation

Douze maires du 93 convoqués pour avoir défendu la nécessité d’un plan d’urgence dans l’éducation

Durée d'allocation, durcissement des règles : Attal précise son offensive contre l'assurance chômage

Durée d’allocation, durcissement des règles : Attal précise son offensive contre l’assurance chômage

À 100 jours des JO, Darmanin finalise son plan ultra-répressif

À 100 jours des JO, Darmanin finalise son plan ultra-répressif

Révolution Permanente débarque sur Twitch à partir de dimanche

Révolution Permanente débarque sur Twitch à partir de dimanche

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

Contre le délit d'opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Contre le délit d’opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Compte épargne temps : les directions syndicales s'entendent avec l'U2P pour aménager la misère

Compte épargne temps : les directions syndicales s’entendent avec l’U2P pour aménager la misère