^

International

Leurs guerres, nos morts !

Guerre en Ukraine. Les États-Unis prévoient de nouvelles livraisons d’armes, un saut dans le conflit ?

Ce mardi, Biden annonçait l’envoi de nouvelles armes à l’Ukraine. Des annonces qui pourraient marquer un saut dans l’engagement des États-Unis et de l’OTAN, sans pour autant en faire une force directement co-belligérante.

mercredi 13 avril

Crédits photo : REUTERS / Joshua Roberts

Après l’échec d’une « guerre éclair », Vladimir Poutine est en train de rabattre ses forces sur l’Est et le Sud-est de l’Ukraine afin d’éviter un conflit de longue durée sur ce vaste territoire, où il risquerait de s’enliser du fait de la forte résistance ukrainienne. Marioupol, elle, serait sur le point de tomber et les militaires russes se préparent à attaquer l’ensemble du territoire du Donbass. Ce mardi 12 avril, Poutine déclarait de son côté que les négociations avec l’Ukraine étaient « extrêmement difficiles », ainsi, le conflit n’est, sans surprise, pas prêt de s’arrêter. Dans ce contexte, Zelensky n’a qu’une idée en tête : obtenir plus d’armes, plus puissantes et sophistiquées. Pour cela, depuis le début du conflit et aujourd’hui encore, l’Occident est là pour lui en fournir, et avec comme chef de file les États-Unis.

En effet, le Pentagone a fourni pas moins de 2,4 milliards de dollars d’aides militaires à l’Ukraine, dont 1,7 milliard ne serait-ce que depuis le début du conflit, le 24 février dernier. Il y a environ un mois, Zelensky était devant le congrès américain pour demander un soutien toujours plus actif des États-Unis dans le conflit. Appel qui n’est évidemment pas resté sans réponse, étant donné que Biden, fidèle à sa stratégie d’endiguement de la Russie, décidait d’envoyer dans la foulée de nouvelles armes, dont des drones et des systèmes de défense anti-aériens, pour un total de 800 millions de dollars. Une livraison qui serait seulement en train d’être terminée.

Des armes, des armes, et encore des armes

Lundi 11 avril, la ministre des affaires étrangères britannique, Liz Truss, déclarait sur Twitter que la Russie aurait probablement utilisé des armes chimiques à Marioupol. Cette information, qui reste à confirmer, marquerait un saut de plus dans l’horreur vécue par la population ukrainienne du fait de cette guerre profondément réactionnaire. Biden, de son côté, a déclaré mardi lors d’un déplacement dans l’Iowa que la Russie se serait rendue responsable d’un « génocide » durant cette guerre.

Le jour même, le Pentagone affirmait sa volonté d’envoyer de nouvelles armes à l’Ukraine, comme le rapporte le Washington Post. Cette fois, il s’agirait de l’équivalent de 750 millions de dollars d’armes, et pas des moindres. En effet, cette fois-ci, les États-Unis prévoient l’envoi de Humvees blindés, ainsi que toute une série d’autres équipements sophistiqués. Le plan ne serait pas encore finalisé, cependant, le journal américain rapporte que celui-ci comporterait probablement des protections contre les attaques chimiques, biologiques ou nucléaires, et d’autres types d’armes.

De plus, l’attaché de presse du Pentagone, M. Kirby, a rapporté aux journalistes que le ministre de la Défense ukrainienne, Oleksii Reznikov, se serait entretenu avec le secrétaire à la défense nord-américain, Lloyd Austin, au sujet des armes fournies par les États-Unis à l’Ukraine. Le Washington Post écrit que certaines des armes attendues par Zelensky pourraient nécessiter une formation de ses troupes par les Américains. Toujours selon l’article, un haut gradé militaire aurait déclaré, sous couvert d’anonymat, que l’administration Biden serait prêt à le faire si cela répondait à des « besoins spécifiques de l’Ukraine ». Un haut responsable de la défense aurait également déclaré au Washington Post que chaque jour les États-Unis enverraient à eux seuls huit à dix avions pour livrer du matériel militaire dans les pays voisins de l’Ukraine.

Un autre élément important est la rencontre des responsables ukrainiens avec plusieurs entreprises de défenses militaires américaines. Récemment, l’ambassadrice ukrainienne, Oksana Markarova, aurait rencontré la semaine dernière des représentants de General Atomics, l’entreprise qui fabrique les drones Reaper et Predator, a rapporté le porte-parole de l’entreprise au C. Mark Brinkley au Washington Post. La livraison d’un tel matériel, qui a notamment beaucoup été utilisé par les États-Unis durant la guerre d’Irak et en Afghanistan, ne pourrait être effectif qu’à la condition que le Pentagone donne son aval. Si cela arrivait, l’Ukraine bénéficierait d’un tout autre arsenal que celui possédé jusqu’alors. Dans la même veine, hier, le Pentagone devait être en train d’accueillir pas moins de huit dirigeants des principales entreprises fabricantes d’armes américaines, afin d’évaluer leur capacité à répondre aux demandes de l’Ukraine.

« Un plan fidèle au projet stratégique des États-Unis »

Ces nouvelles annonces pourraient marquer un nouveau saut dans l’engagement des États-Unis dans le conflit, sans pour autant en faire directement une force co-belligérante. Ces éléments ne font que confirmer l’importance géopolitique d’une défaite de la Russie pour les États-Unis. En effet, il convient de rappeler l’hypocrisie des États-Unis, qui, comme on l’écrivait à plusieurs reprises, et récemment encore dans un article, perçoivent ce conflit seulement comme un moyen d’avancer dans son tournant stratégique à l’égard de la Chine et de la Russie. Cette guerre, ainsi que l’escalade militaire qui l’accompagne, ne pourra avoir d’issue favorable pour les classes laborieuses sans processus de résistance en toute indépendance de Poutine et de l’OTAN, et, donc, de Zelensky. Ces envois d’armes des États-Unis font partie intégrante de la stratégie américaine pour faire de l’Ukraine un allié bien fidèle à ses projets impérialistes de reconquête de l’hégémonie mondiale.

En tout état de cause, face à cette escalade militaire entre super-puissances et celle que connaît également l’Europe, à l’instar de l’Allemagne qui a triplé son budget militaire, nous ne pouvons que revendiquer le retrait des troupes russes du territoires Ukrainiens et dénoncer l’escalade militaire de l’OTAN. Les conséquences de cette guerre auront toujours pour premières victimes les classes populaires, que ce soit à cause des conflits directs entre les armées, ou que ce soit les sanctions économiques imposées par l’Occident, qui, de la même manière, ne pourront qu’affecter les couches populaires, comme nous le répétons depuis le début du conflit.



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    Guerre   /    Joe Biden   /    Vos guerres, ’no more’ !   /    Ukraine   /    Etats-Unis   /    International