×

Solidarité

Campagne contre Rima Hassan : la criminalisation des soutiens de la Palestine se poursuit

La militante franco-palestinienne et candidate LFI aux européennes Rima Hassan fait face à des attaques calomnieuses en série de la part de soutiens de l’Etat d’Israël, macronie et RN en tête.

Hugo Simon

12 mars

Facebook Twitter
Audio
Campagne contre Rima Hassan : la criminalisation des soutiens de la Palestine se poursuit

Capture d’écran : Entretien de Rima Hassan pour Blast

Depuis l’annonce le 6 mars dernier par la France Insoumise de la composition de sa liste pour les européennes, la militante franco-palestinienne Rima Hassan, qui figure en 7e position, est en proie à une violente campagne menée par les soutiens de l’État d’Israël. Déjà victime de harcèlement sur les réseaux sociaux et suspendue par son employeur l’Oréal, partenaire de la colonisation en Cisjordanie, l’activiste a notamment été ciblée entre autres par l’extrême-droite et la macronie.

Jordan Bardella, tête de liste du RN aux européennes a ainsi déclaré « la présence de la militante pro-Hamas Rima Hassan sur la liste LFI en dit long sur une gauche prête à toutes les compromissions et tous les extrémismes » quand le chef des députés Renaissance, Sylvain Maillard a estimé le 8 mars dernier que la présence de Rima Hassan sur la liste LFI était une « honte absolue » qui visait à toucher « l’électorat antisémite », rejoignant une campagne médiatique plus large contre les déclarations de la militante en soutien à la lutte du peuple palestinien.

Alors que Gaza est en proie à une catastrophe humanitaire et que le risque de nettoyage ethnique n’a jamais été aussi présent, les soutiens d’Israël cherchent à associer les postions de Rima Hassan à un soutien au Hamas et à de l’apologie du terrorisme, afin de réactiver la rhétorique utilisée depuis le 7 octobre pour criminaliser le soutien à la cause palestinienne. Des membres de l’ex-Nupes ont également accompagné cette offensive en estimant que la position de Rima Hassan était inacceptable, à l’image de Fabien Roussel déclarant « elle porte un projet qui n’est pas porteur d’une solution politique et de paix » ou de Raphaël Glucksmann qui estime « révoltant » que la militante soutienne une « action terroriste ».

Le secrétaire national du PCF et le candidat PS aux européennes ont ainsi pu reprendre le rôle de caution à la criminalisation de la cause palestinienne joué par leurs partis après le 7 octobre. Ces personnalités politiques et médiatiques reprochent notamment à la militante, qui a grandi dans le camp de réfugiés de Neirab en Syrie avant de rejoindre la France à l’âge de 7 ans, une interview tenue pour le média en ligne Le Crayon en novembre dernier. Dans un extrait de quelques secondes diffusé par ce média, elle est interrogée sur son positionnement vis à vis d’Israël et la cause palestinienne, et répond « vrai » à la question « Le Hamas mène une action légitime ? » et « faux » aux affirmations « la solution à deux États est légitime » et « Israël a un droit de défense ».

En réalité, la candidate LFI dénonce depuis plusieurs mois la diffusion de cet extrait tronqué, le média refusant de publier l’entretien d’une heure et demi dans laquelle Rima Hassan explique et développe sa position sur la colonisation en Palestine. On lui reproche également d’être en faveur d’une « Palestine du fleuve à la mer » et d’appeler à la « destruction d’Israël », des propos qu’elle n’a pourtant pas tenu. La position de la militante est pourtant claire, elle défend un « État binational » en Palestine dans lequel devrait exister une « égalité de droits » pour Palestiniens et Israéliens. Une position portée historiquement par des figures intellectuelles critiques du processus d’Oslo comme Edward Said ou l’universitaire anglo-palestinienne Ghada Karmi.

Dans le même sens, le collectif Action Palestine qu’elle a lancé et qui vise essentiellement à interpeller des élus pour qu’il soutienne un cessez le feu, est très loin d’un quelconque soutien au Hamas, décrivant le 17 octobre dernier celui-ci comme une « organisation classée terroriste par l’UE » et coupable de « crimes de guerre ». Loin du profil que les soutiens à l’État d’Israël essaient de dresser, la juriste dit d’ailleurs vouloir agir avant tout au niveau du droit international et explique à Mediapart chercher à être élue aux élections européennes afin d’agir dans les institutions pour appuyer « les procédures devant la Cour Internationale de Justice (CIJ) sur les conséquences de l’occupation et de la colonisation israéliennes des territoires palestiniens, la requête pour génocide contre Israël portée par l’Afrique du Sud, l’accord commercial Union européenne-Israël qui doit être revu car il est conditionné au respect des droits de l’homme ».

Quoi qu’on pense de cette logique, dont nous ne partageons pas les illusions dans le droit international, elle n’a évidemment rien à voir avec les calomnies proférées contre Rima Hassan. En visant une activiste qui défend une position de respect du droit international pour défendre la cause palestinienne, l’enjeu est de criminaliser toute politique qui déborde la cadre du discours du gouvernement, et de renvoyer sans cesse le soutien à la Palestine à un soutien au terrorisme, en cherchant ainsi à écraser toute possibilité de défendre le droit à l’auto-détermination du peuple palestinien.

Alors que les horreurs de Tsahal à Gaza montrent aux yeux de l’opinion publique internationale la réalité de la colonisation sioniste derrière la propagande martelée depuis le 7 octobre, les soutiens d’Israël tentent ainsi de remettre au premier plan le discours criminalisant les militants pro-Palestiniens. Face aux mensonges et aux attaques, il faut faire front. Soutenir le peuple palestinien n’est pas un crime, soutien à Rima Hassan !


Facebook Twitter
Déclaration. Contre la répression coloniale, défendons le droit à l'autodétermination de la Kanaky

Déclaration. Contre la répression coloniale, défendons le droit à l’autodétermination de la Kanaky

Incendie d'une synagogue à Rouen : un acte antisémite odieux, une instrumentalisation xénophobe

Incendie d’une synagogue à Rouen : un acte antisémite odieux, une instrumentalisation xénophobe

« Rétablir l'ordre Républicain » : Glucksmann légitime la répression coloniale en Kanaky

« Rétablir l’ordre Républicain » : Glucksmann légitime la répression coloniale en Kanaky

Ilan Pappé intimidé par le FBI pour son soutien à la Palestine : stop à la criminalisation !

Ilan Pappé intimidé par le FBI pour son soutien à la Palestine : stop à la criminalisation !

« Journée prisons mortes » : un mouvement pour exiger toujours plus de répression

« Journée prisons mortes » : un mouvement pour exiger toujours plus de répression


Circulaire Moretti : l'Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Circulaire Moretti : l’Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Commémoration de la Nakba : Plus de 200 personnes au rassemblement unitaire à Bordeaux

Commémoration de la Nakba : Plus de 200 personnes au rassemblement unitaire à Bordeaux

SUD Rail, MA France, A. Traoré, F. Lordon, … : front à la Sorbonne contre la répression des étudiant·es

SUD Rail, MA France, A. Traoré, F. Lordon, … : front à la Sorbonne contre la répression des étudiant·es