×

Aéronautique

Airbus Atlantic. L’ensemble des sites débrayent contre le projet de casse sociale « Reload »

Depuis le 17 novembre, plusieurs centaines de salariés d'Airbus Atlantic se mobilisent contre la casse des conditions de travail incarné par le projet « Reload ». Cette semaine, les salariés ont marqué un temps fort de la mobilisation, avec une grève appelée sur tous les sites jeudi 12 janvier.

Rafael Cherfy

13 janvier 2023

Facebook Twitter

Crédits photo : CGT Airbus Atlantic

Chez Airbus Atlantic, les salariés sont mobilisés depuis la mi-novembre contre la casse des conditions de travail. Le mouvement avait eu un écho dans différentes entités le 17 novembre avec notamment des débrayages chez Airbus Helicopters et il continue depuis chez Airbus Atlantic avec trois sites (Saint-Nazaire, Nantes et Méaulte) qui se mobilisent ponctuellement.

Stéphane Bresson, délégué central syndical adjoint CGT et salarié sur le site de Méaulte Airbus Atlantic, nous résume la situation : « Depuis le 17 novembre on est trois sites à vraiment maintenir la pression, en organisant des Assemblées Générales et des débrayages chaque semaine. Cette semaine, on est passé à un débrayage chaque jour avec un temps fort jeudi où tous les sites de Airbus Atlantic (Saint-Nazaire, Montoir, Nantes, Méaulte, Rochefort, Mérignac) étaient appelés à la grève. Au total, on est des centaines à se mobiliser contre ce projet de régression sociale ».

A l’origine de la colère, le projet « Reload ». Derrière ce nom (« recharger » en francais) se cache la remise en question des accords d’entreprises de tous les entités du géant de l’aéronautique. Ainsi, le groupe Airbus compte passer de 56 accords d’entreprises pour ses différentes filiales à 11 d’ici la fin d’année, en alignant à la baisse les conditions de travail.

Stéphane dénonce un accord qui « menace plusieurs acquis sociaux. Le pire c’est la remise en cause de la classification, les salariés seront payés au poste qu’ils occupent et plus en fonction de leur qualification. Pour résumer, c’est la fin de la reconnaissance des diplômes ». L’autre sujet mis sur la table, c’est l’annualisation du temps de travail : « Concrètement, ça représente l’abandon de la référence des 35 heures pour faire plus, moyennant des RTT. Cela revient à une augmentation du temps de travail sans majoration des heures supplémentaires ».

Plus largement, le projet « Reload » est très mal perçu par les salariés qui « ne regarde plus l’entreprise avec les yeux qui brillent. Après les licenciements pendant le Covid, maintenant des conditions sociales à la baisse avec une réforme des retraites qui va nous faire travailler encore plus longtemps, les perspectives sont loin d’être réjouissantes » résume ainsi Stéphane Bresson.

La question des salaires est aussi au cœur des préoccupations des salariés. Après un accord salarial de deux ans qui ne couvre pas l’inflation galopante, la réouverture de négociation début février pourrait occasionner de nouvelles grèves. Si la direction d’Airbus avait partiellement calmé la colère qui commençait à s’exprimer fin octobre avec la prime de 1500 euros, les salariés ne sont pas dupes et de refuse à raison la casse sociale, face à une entreprise qui a enregistré le plus gros bénéfice net de son histoire.

Après cette semaine de temps fort, une rencontre entre les différentes CGT des sites Airbus Atlantic qui se tiendra ce lundi décidera des suites de la mobilisation. Alors que la semaine à venir va être marquée par la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, la convergence de la colère contre la réforme de Macron avec les grèves pour les salaires qui continuent dans de nombreux secteurs du mouvement ouvrier permettrait d’instaurer un rapport de force inédit contre le patronat et le gouvernement. Une telle jonction pourrait donner lieu non seulement à la construction d’un mouvement massif pour résister face aux attaques, mais ouvrirait également la voie à la conquête de nouveaux acquis, notamment sur le terrain des salaires et des conditions de travail.


Facebook Twitter
Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d'attiser la colère cheminote

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d’attiser la colère cheminote

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d'huissiers mais pas d'augmentation ! »

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d’huissiers mais pas d’augmentation ! »

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

L'exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

L’exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l'agrobusiness !

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l’agrobusiness !

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens