×

Scandale sanitaire

420 00 personnes exposées aux rejets toxiques de Total au Texas selon une enquête

D’après une étude de Disclose et Libération, 420 000 personnes au Texas seraient directement exposées à des rejets toxiques nocifs pour la santé provenant de sites d’extraction de gaz de schiste appartenant à Total.

Phil Adrian

27 septembre 2023

Facebook Twitter
420 00 personnes exposées aux rejets toxiques de Total au Texas selon une enquête

Crédits photo : Site d’extraction de Total Energie à Fort Worth, à côté d’Arlington, Google Map

420 000 personnes sont directement exposées aux émissions toxiques libérées par les forages de gaz de schiste de Total au Texas. Ce sont les conclusions de l’enquête « Gaz de schiste : TotalEnergies au cœur d’un scandale sanitaire et environnemental au Texas » menée par Disclose et Libération et publiée le 26 septembre.

Le pétrolier français a profité de la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine pour multiplier les importations de « Gaz Naturel Liquéfié » (GNL). Derrière ce sigle marketing 80% de ce gaz présenté par Total comme une « énergie de transition » est du gaz de schiste ultra polluant. Les quantités de ce gaz importées des Etats-Unis en France par Total ont ainsi été multipliées par 3,5 entre 2021 et 2022. Preuve de la mine d’or que le gaz de schiste représente pour Total, au terme d’un intense lobbying et avec l’aide de l’Etat, la firme a réussi à imposer l’installation en urgence d’un nouveau terminal méthanier en France fin septembre au port du Havre, dans le but d’accroître les capacités d’importation de GNL d’outre atlantique.

Le gaz de schiste est réputé pour être un gaz particulièrement polluant à extraire, avec injection de nombreux produits chimiques à haute pression dans les sols (méthode de la fracturation hydraulique), qui se répandent ensuite dans les nappes phréatiques et dans l’atmosphère. Cette méthode d’extraction a été interdite en France en 2011, mais pas le fait d’importer du gaz ainsi extrait.

Aux Etats-Unis, il est non seulement possible de l’extraire, mais aussi de le faire à quelques dizaines de mètres d’habitations, d’écoles ou de crèches, comme le montre l’étude de Disclose et Libération, menée entre autres dans la ville d’Arlington au Texas. Aujourd’hui, TotalEnergies se vante d’être le premier extracteur de gaz de schiste de la région avec pas moins de 181 puits actifs (d’autres sont en demande) dans la ville d’Arlington, et 1700 dans l’ensemble du Texas, que la multinationale exploite via sa filière TEP Barnett. Ce gaz est ensuite liquéfié et transporté par bateau en Europe par des super tankers. Un processus 2,5 fois plus polluant que le gaz traditionnel acheminé par gazoduc.

A Arlington, les puits d’extraction de gaz de schiste font partie du décor au cœurs des quartiers résidentiels, ce qui expose la population des quartiers populaires à des pollutions dangereuses pour leur santé. De nombreux témoignages font ainsi état de maux de têtes, de saignement de nez récurrents ou de vertiges, en somme tous les symptômes que les études scientifiques associent à l’exposition aux substances toxiques émises par les forages de gaz de schiste. Ces témoignages existent depuis plusieurs années, avec des plaintes déposées concernant des mots de têtes aux pertes de cheveux en passant par « d’étrange pluie huileuse à l’odeur de pétrole » ou de végétations brulées, sans jamais de suites.

Edgar, ancien chauffeur habitant d’Arlington depuis plus de trente ans, témoigne des saignements de nez récurrents et de forts maux de tête de sa femme et sa fille. « La petite d’un an étouffe à force de tousser, ça nous fait peur », explique-t-il à Disclose et Libération. Des symptômes qui coïncident avec le début des opérations de forage. Ses deux petits-enfants, qui vivent sous le même toit, sont également tombés malades soudainement.

Vues satellites de différents puits de gaz de schistes en zones d’habitation à Alrington, Google Maps

« Les cas d’asthme augmentent de façon alarmante, notamment chez les enfants », alerte également Russ Gamber, un médecin généraliste à la retraite résidant à Arlington. Aujourd’hui on trouve des dizaines de ces puits d’extraction à proximité d’écoles, de crèches, d’églises ou en pleins cœur de zones commerciales et d’habitation. Selon l’étude, 420 000 personnes habiteraient à moins de 800 mètres d’un site d’extraction de gaz de schiste géré par Total au Texas. Un chiffre qui monterait selon l’ONG Earthworks à 2,3 millions si l’on compte l’intégralité des sites d’extraction. « à cette distance [moins de 800 mètres], plusieurs études scientifiques synthétisées dans la revue Environmental Health Perspective, en 2017, ont montré que les émanations avaient un impact négatif sur la santé. », relèvent Disclose et Libération.

Aux destructions écologiques et émissions massives de gaz à effet de serre liées aux activités de Total s’ajoutent donc une mise en danger de pans entiers de la population. « Avec cette enquête dans la région de Dallas, au Texas et en Louisiane, le long du Golfe du Mexique nous mettons des visages à côté de la course folle au GNL en France et en Europe. Nos découvertes permettent de confronter l’hypocrisie du gouvernement et de TotalEnergies avec les témoignages d’Américain·es vivant cette guerre de l’énergie en première ligne », explique ainsi auprès de Greenpeace Mathias Destal, rédacteur en chef de Disclose.

Ces nouvelles révélations sur l’enfer que fait subir Total à des centaines de milliers de personnes pour continuer à se gaver sur la crise énergétique en Europe montrent que la course au profit de quelques géants de l’énergie est également un enjeu central de santé publique. Dans ces coordonnées, il devient urgent de placer les géants de l’énergie sous le contrôle des travailleurs, seule manière de permettre un approvisionnement répondant aux besoins et protégeant la santé de la population.


Facebook Twitter
InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l'agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l’agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

La question de l'État dans la crise écologique. Débat avec Peter Gelderloos

La question de l’État dans la crise écologique. Débat avec Peter Gelderloos

Nestlé. L'eau était contaminée et filtrée illégalement, l'Etat a caché le scandale

Nestlé. L’eau était contaminée et filtrée illégalement, l’Etat a caché le scandale

Forage de pétrole en Gironde : un nouveau scandale écologique validé par le gouvernement

Forage de pétrole en Gironde : un nouveau scandale écologique validé par le gouvernement

Week-end de répression contre les opposants à l'A69 : la police tente d'assiéger la ZAD

Week-end de répression contre les opposants à l’A69 : la police tente d’assiéger la ZAD

Un musée financé par l'industrie du pétrole à Bordeaux ? Quand les « verts » font dans l'or noir

Un musée financé par l’industrie du pétrole à Bordeaux ? Quand les « verts » font dans l’or noir

Forages pétroliers : Greta Thunberg et des milliers de jeunes écolos mobilisés dans les rues de Bordeaux

Forages pétroliers : Greta Thunberg et des milliers de jeunes écolos mobilisés dans les rues de Bordeaux


Ursula Von der Leyen renonce à la réduction des pesticides : un cadeau pour l'agro-business

Ursula Von der Leyen renonce à la réduction des pesticides : un cadeau pour l’agro-business