×

Inflation

+10% pour les prix de l’électricité : Macron prêt à racketter les travailleurs pour combler ses déficits !

Le prix de l'électricité pourrait augmenter de 10% en février 2024 alors même que le tarif réglementé diminue. Une offensive pilotée par le gouvernement, qui assume de faire les poches des travailleurs pour « combler » ses déficits.

Lorélia Fréjo

11 janvier

Facebook Twitter
+10% pour les prix de l'électricité : Macron prêt à racketter les travailleurs pour combler ses déficits !

Crédit photo : Asurnipal Creative Commons

Ce mercredi 10 janvier, la commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé une hausse potentielle de 10% des prix de l’énergie sur l’année à venir. Cette nouvelle hausse n’est pas liée à l’augmentation des coûts de l’électricité, mais à « une décision gouvernementale » a expliqué Emmanuel Wargon, présidente de la CRE dans un entretien pour France Info. Selon elle, « les prix sur les marchés ont beaucoup baissé en 2023 », notamment du fait de la remise en route des réacteurs nucléaires.

En effet, comme l’explique le journal Les Échos : « les prix de l’électricité sur les marchés de gros ont chuté de plus de 30 % ces six derniers mois ». Fin décembre, le ministre délégué chargé des Comptes publics, Thomas Cazenave expliquait sur France Info : « Le prix de l’électricité baisse dans notre pays, ce qui nous permet de remettre progressivement des taxes ».

Cette nouvelle augmentation des prix de l’énergie est donc liée à la remise en place de la TVA et de la Taxe Intérieure de Consommation Finale sur l’Electricité (TIFCE), qui comme le note le HuffingtonPost « avait été réduite à 1 euro par mégawattheure (MWh) pendant la crise contre 32 euros auparavant ». Cette dernière devrait voir une hausse de 70% et passer à 22,45 euros par MWh selon Emmanuelle Wargon. Mais alors que les prix de l’énergie baissent, l’exécutif veut désormais réactiver cette taxe pour combler les déficits publiques, étant donné qu’elle constituerait un manque à gagner de 9 milliards d’euros selon Les Echos. « Nous devons mieux maîtriser nos finances publiques », expliquait le ministre Cazenave.

Cette remise en place des taxes a été décidée par Bruno Le Maire dans la Loi du 29 décembre 2023 de finances pour 2024, pour atteindre son objectif de 12 milliards d’économies en 2025 et doit être confirmée prochainement. « Le gouvernement doit rendre sa décision à la fin du mois de janvier, la balle est dans son camp » explique un expert dans l’Energie.

L’augmentation de 10% de la facture d’électricité en février s’inscrirait dans la continuité d’autres hausse des prix de l’électricité, de 15% l’année dernière et 10% cet été. Cela pourrait donc signifier une hausse de 39% en un an, soit en moyenne 130 euros par foyer selon BFM. La décision du gouvernement de remettre en place la taxe sur l’énergie s’associe à la fin du bouclier tarifaire, prévue pour fin 2024.

Une nouvelle attaque qui touche l’ensemble des travailleurs, un nouveau coup dur pour les plus précaires

Cette nouvelle attaque dirigée par le gouvernement s’inscrit dans un contexte où la hausse du coût de la vie frappe toujours plus durement les travailleurs, notamment les plus précaires. Selon une enquête de la Fondation Abbé Pierre 12 millions de personnes auraient des difficultés à se chauffer en France, soit un habitant sur cinq. Ces difficultés à se chauffer touchent même la majorité de la population, puisque 80% explique réduire sa consommation dans la même enquête. Une autre enquête de l’Insee relayée par Libération montre, de son côté, que « plus d’1 personne sur 10 ne peut couvrir ses dépenses essentielles de la vie courante (nourriture, chauffage, factures) » et « plus de 10% des ménages déclarent ne pas pouvoir chauffer suffisamment leur logement ».

Dans un contexte économique marqué par le maintien d’une inflation forte, notamment sur les prix de l’alimentation, avec des prévisions de l’Insee qui atteignent les 18%, cette nouvelle hausse va donc continuer d’obliger les travailleurs à se serrer la ceinture. Effectivement, ces difficultés vont évidement d’abord concerner les populations déjà les plus précaires, comme les jeunes qui sont 86% à avoir baissé leurs dépenses d’électricité selon l’enquête sur la précarité étudiante de notre collectif Le Poing Levé.

Malgré cette situation, les grandes entreprises n’ont pas prévu d’arrêter d’augmenter les prix dans tous les domaines, comme l’explique le patron de Système U qui a déclaré que « 90% des entreprises demandent une hausse des prix ». De leur côté, les mastodontes de l’énergie comme Total continuent d’enregistrer des bénéfices records : 6,7 milliards de dollars au troisième trimestre de 2023.

Alors que l’inflation ne cesse de rogner nos conditions de vie et que le grand patronat tout comme le gouvernement ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, il est urgent de se mobiliser pour refuser de payer le coût de la crise économique. Pendant que les patrons se gavent, comme en témoignent les derniers chiffres records du CAC40, il nous faut opposer un programme en toute indépendance de classe qui prend l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire dans les poches du patronat. Pour cela, nous devons exiger l’expropriation des grands groupes de l’énergie sous contrôle des travailleurs qui est la seule façon de contrôler les prix, et défendre la seule mesure qui permette de maintenir nos salaires face à la hausse des prix à savoir l’indexation des salaires sur l’inflation.


Facebook Twitter
Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

Mathilde Panot convoquée par la police : face au nouveau saut répressif, il faut faire front !

Douze maires du 93 convoqués pour avoir défendu la nécessité d'un plan d'urgence dans l'éducation

Douze maires du 93 convoqués pour avoir défendu la nécessité d’un plan d’urgence dans l’éducation

Révolution Permanente débarque sur Twitch à partir de dimanche

Révolution Permanente débarque sur Twitch à partir de dimanche

Contre le délit d'opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Contre le délit d’opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Durée d'allocation, durcissement des règles : Attal précise son offensive contre l'assurance chômage

Durée d’allocation, durcissement des règles : Attal précise son offensive contre l’assurance chômage

À 100 jours des JO, Darmanin finalise son plan ultra-répressif

À 100 jours des JO, Darmanin finalise son plan ultra-répressif

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

Compte épargne temps : les directions syndicales s'entendent avec l'U2P pour aménager la misère

Compte épargne temps : les directions syndicales s’entendent avec l’U2P pour aménager la misère