×

Transports

« Il faut se synchroniser entre nous » : les dépôts Transdev de Villepinte et Tremblay rentrent en grève

Ce lundi plus de 200 conducteurs de bus des dépôts de Villepinte et Tremblay sont entrés en grève pour des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail. Une nouvelle grève dans les transports qui montre la nécessité de coordonner les différents dépôts et sous traitant dans une lutte commune.

Ivan Ferrero

4 décembre 2023

Facebook Twitter
Audio
 « Il faut se synchroniser entre nous » : les dépôts Transdev de Villepinte et Tremblay rentrent en grève

Crédits photo : Révolution Permanente

Ce lundi 26 lignes de bus du 93, déservant l’aéroport Charles de Gaulle, Bobigny ou encore Aulnay-sous-Bois, n’ont pas circulé. En effet, à 3 heures ce lundi matin, environ 200 conducteurs de bus Transdev des dépôts de Villepinte et Tremblay sont entrés en grève. Ils réclament une hausse de salaire de 200 euros, l’harmonisation des grilles entre les deux dépôts, ainsi qu’une amélioration des conditions de travail.

Avec l’ouverture à la concurrence et les reprises de marché successives, les machinistes ont vu leurs conditions de travail se dégrader considérablement ces dernières années. « A partir du moment où il y a une mise en concurrence, ils sont obligés d’aller chercher de l’argent et cet argent ils le trouvent dans notre poche. On a pas envie de baisser notre qualité de vie pour des gens en col blanc » explique un délégué syndical de l’UNSA.

En effet, les grévistes dénoncent par exemple l’obligation de réaliser des trajets en temps record qui non seulement met en danger les usagers mais fait également sauter les pauses des conducteurs. « On fait des services de 9 heures non-stop sans pauses. On a pas de WC sur certaines lignes et si on veut prendre une pause pour aller aux toilettes on nous sanctionne  » explique James, déléguée syndicale de la CGT.

Alors que début 2023, le dépôt de Tremblay est passé des mains de Keolis à celles de Transdev, l’entreprise veut désormais revenir sur les acquis des conducteurs de bus afin de s’assurer encore plus de profits. Maria* qui travaille au dépôt de Tremblay depuis 17 ans explique en ce sens qu’elle risque de « perdre près de 400 € de salaire contre des primes versées au compte goutte ».

Face à ces préoccupations, la direction n’a répondu que par du mépris. La semaine dernière, lors d’une réunion avec les organisations syndicales, celle-ci a refusé de faire marche arrière. Lundi matin, elle a contacté la police pour mettre la pression aux salariés sur le piquet de grève.

Cette nouvelle grève grève dans les transports de région parisienne fait écho à celle des dépôts de Coubron et Chelles qui deux semaines avant, avaient aussi démarré une mobilisation pour dénoncer les mêmes conditions de travail dégradées et des salaires qui ne suivent pas l’inflation. Une lutte qui a impacté les conducteurs de Villepinte et Tremblay, les motivant à rentrer eux aussi en grève.

Face à une casse des transports qui divise les salariés d’un même secteur et dégradent leurs conditions de travail, la grève de Villepinte et Tremblay montre la nécessité de se coordonner dans le secteur des transports. C’est dans ce sens que différents travailleurs, à l’image de Tid, conducteur Transdev à l’aéroport de Roissy, sont venus soutenir les grévistes : « on se rejoint tous derrière cette lutte là. Ce qu’il faut faire c’est de se concerter et d’être synchronisé sur toutes les actions à mener. Les patrons sont solidaires entre eux, à nous de l’être ».

Pour les soutenir, rendez-vous chaque matin au 241 chemin du loup - Villepinte 93420.

*Le prénom a été modifié


Facebook Twitter
Réponse d'une cheminote au PDG de la SNCF : « il cherche à monter les usagers contre les grévistes »

Réponse d’une cheminote au PDG de la SNCF : « il cherche à monter les usagers contre les grévistes »

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

L'exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

L’exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l'agrobusiness !

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l’agrobusiness !

Education. Face au projet mortifère de Macron, il faut construire une réponse d'ensemble !

Education. Face au projet mortifère de Macron, il faut construire une réponse d’ensemble !

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d'huissiers mais pas d'augmentation ! »

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d’huissiers mais pas d’augmentation ! »