×

Grève pour les salaires

« On veut des salaires dignes » : les grévistes d’Onela maintiennent la pression

Ce jeudi matin, les travailleur.euses d’Onela, ainsi qu’une dizaine de soutiens extérieurs, se sont rassemblés devant le siège de l’entreprise, à Boulogne-Billancourt en banlieue parisienne. En grève depuis le 1er février, les employé.e.s d’Onela revendiquent de meilleures conditions de travail ainsi qu’un salaire décent.

Léna Nilène

22 mars

Facebook Twitter
« On veut des salaires dignes » : les grévistes d'Onela maintiennent la pression

Cela fera maintenant presque deux mois que la moitié du personnel en astreinte de nuit (8 employés sur 15) d’Onela, service d’aide à domicile de personnes âgées, en situation de handicap ou en convalescence, est en grève. Les grévistes dénoncent en particulier les conditions de travail désastreuses dans lesquelles elles sont contraintes de travailler.

Elles pointent par ailleurs du doigt le mutisme généralisé de la part de l’intégralité de la direction qui s’obstine à faire la sourde oreille face aux revendications des grévistes. Pour l’instant, ces derniers ne sont pas parvenus à obtenir la moindre augmentation salariale, si ce n’est la somme ridicule de 13 centimes.

Ce rassemblement n’avait pas pour unique but de revendiquer une augmentation salariale, il visait également à demander des explications à la direction vis-à-vis des propos racistes assumés par le directeur général, interrogé par streetpress.

Comme le rappelle Bridgette, employée chez Onela, les grévistes sont principalement des étudiantes précaires : « On a travaillé plus de 14 heures d’affilée, notre prime covid nous a été spoliée par la direction, on est des étudiantes précaires, ils le savent et utilisent notre situation contre nous pour nous faire céder ».

Comme l’explique Bridgette, le montant des salaires est largement insuffisant face aux tâches qu’Onela impose à ses employés : « On travaille pour 70 établissements en France, pour 4 sociétés différentes. On n’est pas seulement un call center, on a aussi un rôle de psychologue, on revendique un salaire adéquat vis à vis de notre fonction ».

Face à de nouvelles tentatives d’intimidation de la part de la direction, il ne faut rien lâcher. C’est dans ce sens que nous vous invitons à soutenir les grévistes en vous joignant à leur prochain piquet qui aura lieu vendredi 29 mars à 11h au 68 rue Pierre Charron dans le 8eme arrondissement de Paris, devant siège de Colisée international, à qui appartient Onela. Il est également fondamental de les aider à remplir leur caisse de grève.

Participer à la caisse de grève 


Facebook Twitter
RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

Répression : 9 soignants en GAV après s'être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Répression : 9 soignants en GAV après s’être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l'ensemble du secteur

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l’ensemble du secteur

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L'inflation fait mal à tous, c'est le moment ou jamais »

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L’inflation fait mal à tous, c’est le moment ou jamais »