×

Justice pour la Palestine !

« On ne peut plus cautionner l’impunité » : une centaine d’avocats rassemblés pour la Palestine

Ce mercredi à 13h, une centaine d’avocats étaient rassemblés devant le Tribunal judiciaire de Paris pour exprimer leur solidarité avec les avocats tués en Palestine et l’ensemble du peuple palestinien, victime du génocide colonial de l’État d’Israël.

Joshua Cohn

13 décembre 2023

Facebook Twitter
« On ne peut plus cautionner l'impunité » : une centaine d'avocats rassemblés pour la Palestine

Crédit photo : Révolution Permanente

Ce mercredi, une centaine d’avocats et d’avocates étaient réunis sur le parvis du Tribunal de Paris à Porte de Clichy pour exprimer leur solidarité avec leurs confrères et consœurs de Palestine, victimes avec le reste du peuple palestinien de l’offensive israélienne depuis plus de deux mois. Une occasion de prendre publiquement position contre la politique coloniale de l’État d’Israël, qu’il s’agisse de l’oppression quotidienne des Palestiniens, à Gaza, en Cisjordanie ou sur le territoire israélien, ou des phases plus ouvertes et sanglantes du conflit comme celle ouverte le 7 octobre dernier.

Dans une prise de parole pour le collectif d’action judiciaire (CAJ), Camille, avocate et militante du collectif, a déclaré : « Avec le CAJ, nous voulons affirmer haut et fort qu’en tant qu’avocats en France, dans un pays où les dirigeants affirment leur solidarité avec la politique coloniale [d’Israël], il faut une position politique extrêmement ferme. En France, on a la chance d’avoir une tradition d’avocats politisés qui dans les années 60, n’ont pas hésité à se lever et à prendre des positions politiques. Je parle notamment de Gisèle Halimi, que Macron a essayé de récupérer l’année dernière. Elle a été une grande avocate. Elle a mené des combats juridiques mais avant tout politiques. Elle n’a jamais eu peur de défendre les militants décoloniaux algériens dont Djamila Boupacha. ».

Parmi les avocats ayant pris position de longue date en solidarité avec le peuple palestinien, Alima Boumediene, avocate du Val d’Oise, était aussi présente à ce rassemblement. En effet, après avoir été réprimée par le barreau du Val d’Oise pour avoir mené une campagne Boycott Désinvestissement et Sanctions (BDS), elle a réussi à obtenir sa réintégration en 2013. Un cas de répression qui démontre le soutien historique de la France à l’État d’Israël. Dans son intervention, elle tenait à réaffirmer qu’ « aujourd’hui, on ne peut plus accepter de cautionner par notre silence, l’impunité. Israël depuis 75 ans martyrise et commet des crimes. Nous devons tous et toutes nous soulever ! »

La mobilisation des avocats français fait écho à la plainte déposée à la Cour pénal internationale par 298 avocats de nombreux pays pour obtenir une enquête sur le génocide des Palestiniens à l’encontre de l’État d’Israël qui jouit d’un large soutien des pays impérialistes, au premier rang desquels se trouvent les États-Unis. L’armée israélienne a en effet entrepris une destruction systématique de toute vie à Gaza, en rasant les habitations, en massacrant la population ainsi qu’en détruisant les institutions élémentaires de la vie quotidienne comme les hôpitaux, les écoles ou encore le Palais de Justice de Gaza, afin de rendre impossible la vie sur place.

Si une solution à la question palestinienne ne pourra venir que de mobilisations massives dans les pays arabes et les pays du centre impérialiste qui soutiennent activement l’action du gouvernement israélien, Elsa Marcel, militante au CAJ et à Révolution Permanente, évoque les tâches immédiates que les juristes solidaires de la lutte du peuple palestinien devraient se fixer : « Une des tâches actuelles des avocates et des avocats, et des juristes en général, c’est de mettre toutes leurs compétences et toutes leurs capacités techniques, au service de celles et ceux qui sont en train de se faire réprimer pour avoir exprimé leur soutien au peuple palestinien. […] La réalité, c’est qu’ils ont une crainte absolument terrible que la solidarité qui existe largement dans la population française, que ce soit dans la jeunesse des quartiers populaires, dans la jeunesse scolarisée, parmi les travailleurs et les travailleuses, chez les avocats aussi, indignés du traitement qui est réservé à la population palestinienne, s’exprime largement, politiquement et sous la forme d’une critique envers le gouvernement et son régime. »

Face à la poursuite des offensives militaires et de la colonisation de Israël sur la Palestine, il est nécessaire d’élargir le mouvement de solidarité avec le peuple palestinien. Pour cela, les avocats et des juristes ont un rôle à jouer pour soutenir les mobilisations qui s’affrontent à la répression de l’État et se réapproprier une grande tradition politique anti-coloniale d’avocats comme Jacques Vergès ou Gisèle Halimi afin de participer à la reconstruction d’un mouvement anti-impérialiste large.


Facebook Twitter
Scandale : l'inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Scandale : l’inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l'austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l’austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Victoire ! L'inspection du travail refuse le licenciement d'Alexandre, délégué syndical à la Fnac

Victoire ! L’inspection du travail refuse le licenciement d’Alexandre, délégué syndical à la Fnac

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Toulouse. Les ingénieurs de CS Group en grève contre le « flex office »

Toulouse. Les ingénieurs de CS Group en grève contre le « flex office »

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression