×

Palestine

La mosquée Al-Aqsa interdite d’accès pendant le Ramadan : la nouvelle provocation de Netanyahou

Pendant le mois de ramadan, Netanyahou a décidé d'interdire l’accès à l’esplanade de la Mosquée Al-Aqsa à Jérusalem à tous les Palestiniens et aux musulmans israéliens de moins de 40 ans. Un nouveau resserrement du harcèlement colonial exercé par Israël à Jérusalem et en Cisjordanie.

Joseph Chapron

20 février

Facebook Twitter
La mosquée Al-Aqsa interdite d'accès pendant le Ramadan : la nouvelle provocation de Netanyahou

Crédit photo : balu sur Flickr, « Le plus proche que je puisse être d’Al-Aqsa », 26 novembre 2016

Selon un communiqué publié lundi par le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Conseil des ministres israéliens a accepté à l’unanimité dimanche matin, les mesures du ministre de la Sécurité Nationale Itamar Ben Gvir, visant à restreindre l’accès aux musulmans qui viendraient prier sur l’esplanade de la Mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, à l’occasion du ramadan qui débutera le 10 mars prochain.

L’envergure des interdictions n’a pas encore été totalement définie, mais le ministre d’extrême-droite a déclaré qu’il voudrait autoriser l’accès à la mosquée uniquement aux Israéliens arabes ayant plus de 70 ans, une restriction finalement révisée aux Israéliens arabes de moins de 40 ans selon le média pro-Netanyahu i24, et dont les contours devront encore être précisés par des mesures de police. La mesure vise donc à interdire l’accès de la mosquée aux Palestiniens, et à en restreindre drastiquement l’accès aux arabes israéliens, vus comme des menaces potentielles pour l’État sioniste et privés de nombreux droits démocratiques dans l’apartheid israélien.

En effet, Jérusalem est scindée entre une moitié ouest israélienne, que l’État sioniste cherche à faire reconnaître comme sa capitale, et une partie est palestinienne mais sous occupation militaire israélienne. Israël peut ainsi régulièrement entraver l’accès de la mosquée Al-Aqsa aux Palestiniens.

L’esplanade est en effet un lieu important pour le culte musulman, il s’agit de la plus grande mosquée de Jérusalem, située à un emplacement sacré, aussi bien pour les juifs que pour les musulmans. Ce lieu est régulièrement le théâtre d’humiliations pour ces derniers, comme en témoigne l’intervention de la police israélienne lors du dernier ramadan. Signe de la radicalisation du gouvernement israélien, le même ministre d’extrême-droite Itamar Ben Gvir s’est rendu en mai dernier sur l’esplanade des mosquées, remettant en cause le statu quo historique selon lesquels seuls les musulmans sont autorisés à y prier venu se recueillir. De ce point de vue, cette interdiction pour les musulmans palestiniens et ces restrictions très importantes pour les musulmans israéliens marquent un saut et donnent à voir le durcissement de l’Etat colonial.

La mesure du gouvernement Netanyahou n’est cependant pas sans risques pour Israël, alors que les violences répétées contre les Palestiniens à Al-Aqsa subissent une colère large au sein de tout le peuple palestinien, le Hamas ayant nommé à cet égard son opération du 7 octobre « Déluge d’Al-Aqsa », en référence à la mosquée de Jérusalem. Aussi, dans l’appareil militaire d’Israël on craint que cette mesure mette le feu aux poudres, dans un contexte où la colonisation se poursuit en Cisjordanie. C’est ainsi ce qu’exprime Ronen Bar, chef des services de sécurité intérieure israéliens, inquiet concernant le risque de déstabiliser la situation intérieure israélienne par cette mesure. A cet égard, le Hamas et le FPLP ont notamment dénoncé l’interdiction et appelé à lutter contre.

Cette nouvelle attaque coloniale montre en outre la détermination du gouvernement israélien à opprimer systématiquement le peuple palestinien. Israël dirige un génocide contre les Palestiniens de Gaza et menace d’invasion la ville de Rafah, dernier refuge pour 1,3 million de Gazaouis, progresse en Cisjordanie, le tout dans un contexte plus large de risques d’extension du conflit, comme l’indiquent les frappes tirées ce lundi vers le Sud-Liban.


Facebook Twitter
Les Etats-Unis donnent carte blanche à Israël à Gaza pour éviter une escalade régionale

Les Etats-Unis donnent carte blanche à Israël à Gaza pour éviter une escalade régionale

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d'Israël

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d’Israël


Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Difficultés sur le front ukrainien : vers une percée russe ?

Difficultés sur le front ukrainien : vers une percée russe ?

« Un état de guerre » en Cisjordanie : les colons multiplient les expéditions punitives

« Un état de guerre » en Cisjordanie : les colons multiplient les expéditions punitives

Corée du Sud. La droite perd les législatives mais le bipartisme se renforce

Corée du Sud. La droite perd les législatives mais le bipartisme se renforce

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l'opération Wuambushu pour des expulsions de masse

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l’opération Wuambushu pour des expulsions de masse

Riposte de l'Iran contre Israël : et maintenant ?

Riposte de l’Iran contre Israël : et maintenant ?