×

CGT

JO 2024 : malgré les attaques, Sophie Binet ne veut « pas gâcher la fête »

Sophie Binet a affirmé ce matin que la CGT n’appellera pas à la mobilisation pendant les Jeux Olympiques pour ne pas « gâcher la fête ». Une déclaration scandaleuse à l'heure où le gouvernement mène une offensive xénophobe et anti-pauvres et menace de mesures autoritaires pendant les JO.

Antoine Weil


et Arsène Justo

11 décembre 2023

Facebook Twitter
Audio
JO 2024 : malgré les attaques, Sophie Binet ne veut « pas gâcher la fête »

Crédit photo : capture d’écran franceinfo

Les déclarations ce lundi matin de la secrétaire générale de la CGT Sophie Binet ont suscité un tollé chez de nombreux syndiqués ou sympathisants de la centrale. Interrogée au micro du 8h30 de Franceinfo au sujet des Jeux Olympiques 2024 elle a déclaré : « La CGT ne va pas s’amuser à gâcher la fête pour des millions de Françaises et de Français ».

Impliquée dans le Comité d’organisation des JO, Sophie Binet ne veut pas « gâcher la fête » avec des grèves

Alors que le journaliste la questionnait pour savoir si la CGT allait « utiliser ce type d’évènement comme levier dans le rapport de force » en vue notamment d’obtenir des augmentations de salaires, la dirigeante syndicale a commencé par se dédouaner de la responsabilité d’un appel à la mobilisation, puisque ce dernier dépendrait des « salariés qui décident ensemble » à une échelle locale. Elle a ensuite concédé que « si les conditions [des droits des salariés] ne sont pas réunies [...] je ne vais pas vous dire qu’on empêchera à ce qu’il y ait des grèves ».

Une affirmation bien peu combative, qui s’est immédiatement suivie d’un rappel de l’intérêt de la direction de CGT à garantir la bonne tenue des JO, puisque « la CGT est impliquée dans le Comité d’organisation donc elle ne va pas s’amuser à gâcher la fête » a rappelé Sophie Binet, en référence à la participation de Bernard Thibault, ancien secrétaire confédéral de 1999 à 2013, au sein de ce comité.

Cette déclaration de la dirigeante du syndicat n’est à cet égard pas isolée, et survient le lendemain d’un entretien donné par Bernard Thibault dans le journal l’Equipe, se voulant lui aussi rassurant, expliquant : « Pas de raison d’avoir des grèves » pour les JO. Des gages de respectabilité de ténors de la centrale qui laissent en effet entrevoir la promesse que malgré les attaques en cours, la CGT ne se mobilisera pas à l’occasion des JO. Pourtant l’organisation de ces jeux est l’occasion d’offensives importantes contre les travailleurs, avec de nombreuses dispositions liberticides contre les classes populaires.

Les Jeux Olympiques de 2024 seront l’occasion de violentes attaques anti-sociales

Ces déclarations sont d’autant plus problématiques que l’intensité des attaques qui auront lieu à l’occasion des JO a été précisée ces derniers jours. En effet, la présidente de la région Ile de France Valérie Pécresse a annoncé fin novembre son intention de doubler le prix des transports en commun dans toute l’Île-de-France pendant la compétition et d’augmenter le prix du pass Navigo pour les franciliens.

Dans le même sens, le préfet de police de Paris a quant à lui annoncé la fermeture de nombreuses lignes de transport et évoqué la possibilité d’un recours à des autorisations de déplacement, avec des justificatifs sur un service en ligne qui délivreront un QRcode à présenter pour circuler dans certaines zones limitées à la circulation, rappelant le souvenir (et les méthodes) du confinement. Un signe que la « fête » des JO sera surtout l’occasion d’un grand déploiement répressif, alors que la préfecture expliquait déjà il y a quelques mois vouloir « saturer l’espace public de policiers » à cette occasion.

Les Jeux Olympiques seront également l’occasion d’attaques contre les plus pauvres, avec une vaste campagne d’expulsion des SDF et des sans-papiers de la capitale débutée depuis déjà plusieurs mois, qui accompagne l’expulsion de plusieurs milliers d’étudiants précaires de leur logement Crous en échange de « 100 euros et deux places » pour y loger des touristes.

Exploitation sur les chantiers, surcharge de travail, limitation du droit de grève : les JO ne sont pas une "fête" des travailleurs

En plus de promettre un climat liberticide pour les classes populaires, ces Jeux Olympiques vont particulièrement mettre à l’épreuve les travailleurs. Pour assurer la tenue des JO et la construction des infrastructures sportives d’abord, les travailleurs sans papiers des chantiers des jeux sont confrontés à des conditions de travail particulièrement indignes pour des salaires de misère, comme nous le racontaient plusieurs d’entre eux, avec de nombreux manquements à la sécurité au travail et un ouvrier de 51 ans mort au travail.

Pour garantir la fête aux touristes du monde entier, le gouvernement et la région île de France ne comptent pas non plus s’embarasser de mouvements sociaux, et prévoient de limiter le droit de grève des cheminots et leurs droits de congés, et ce alors que les travailleurs des transports seront particulièrement sollicités pendant les jeux.

Des attaques particulièrement dures qui montrent que les JO n’auront rien d’une fête pour les travailleurs, comme semble l’oublier Sophie Binet. Alors que les JO sont pensés comme un grand moment pour le gouvernement, afin de "rassembler la Nation" et de rayonner à l’international, la responsabilité de la direction de la centrale syndicale est plutôt de lutter contre l’application de ces mesures liberticides et anti-ouvrières. Pendant que les regards du monde entier seront tournés vers la France, le gouvernement sera particulièrement craintif à chaque menace de grève. Dans ce cas, plutôt que donner des gages de bonne tenue, ces Jeux peuvent surtout être une occasion en or pour faire sa fête à Macron.


Facebook Twitter
RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

Répression : 9 soignants en GAV après s'être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Répression : 9 soignants en GAV après s’être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l'ensemble du secteur

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l’ensemble du secteur

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L'inflation fait mal à tous, c'est le moment ou jamais »

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L’inflation fait mal à tous, c’est le moment ou jamais »