^

International

Mouvement ouvrier

Etats-Unis : les enseignants de Chicago en lutte face à l’absence de protocole sanitaire

Face à l'explosion épidémique, les profs des établissements scolaires publics de Chicago ont voté pour la reprise des cours en distanciel après les vacances de Noël. En réponse, la maire démocrate de Chicago et l'administration ont annulé tous les cours, en confrontation ouverte avec les enseignants, et ont menacé de ne pas payer tous ceux qui ne reviendraient pas à la rentrée, les accusant « d’arrêt de travail illégal ».

lundi 10 janvier

Article initialement paru sur Left Voice

Mardi 4 janvier, les enseignants de Chicago ont voté à 73% pour la reprise des cours en distanciel au retour des vacances de Noël tant que les écoles ne bénéficient pas de protocoles sanitaires à la hauteur face à l’explosion de cas dus au variant Omicron. La maire démocrate Lori Lightfoot a répondu en fermant toutes les écoles de Chicago, cherchant ouvertement la confrontation face aux enseignants. Elle a aussi annoncé que les enseignants qui ne retourneraient pas travailler à la rentrée ne seraient pas payés. [Aux Etats-Unis, les fonctionnaires peuvent ne pas être payés pour arrêt de travail "illégal", voire n’ont pas le droit de grève dans certains états].

Le matin de la rentrée, les professeurs se sont vus interdire l’accès à leurs cours en ligne et nier la possibilité d’enseigner à distance. Ce, alors que la flambée de cas de contamination dû à Omicron se poursuit aux Etats-Unis et que les réouvertures sans protocoles sanitaires deviennent la norme. Les États-Unis ont atteint le million de cas par jour mardi, record journalier tous pays confondus depuis le début de la pandémie. C’est dans ce contexte que Républicains comme Démocrates s’accordent sur la réouverture des écoles, coûte que coûte.

Les profs de Chicago demandent pourtant le minimum. Le Syndicat des enseignants de Chicago (CTU) revendique :

- Qu’élèves et personnels soient testés négatifs avant d’entrer dans les établissements
- Des questionnaires de santé journaliers, qui avaient été utilisés lors de la première réouverture
- Des masques KF94, KN95, ou N95 pour tous les personnels et élèves.
- Le distanciel si 20% ou plus du personnel est en isolement car cas contact ou contaminé ou si les comités de santé et sécurité des écoles le préconise en raison des taux des taux de contamination ou de non-respects des protocoles sanitaires

Le Syndicat des enseignants exige également des protocoles de tests massifs. Même sans, lundi dernier 5700 élèves du district scolaire de Chicago et 1900 personnels étaient absents pour cause de contamination au Covid-19.

La contre-proposition de l’administration serait risible si elle n’était pas si dangereuse d’un point de vue sanitaire. Ils ont en effet décrété le passage au distanciel si 40% des professeurs d’un établissement sont absents deux jours consécutifs pour cause de contamination ET que le pourcentage total de profs absents pour cause de contamination est de 30% ou plus avec l’utilisation de personnel remplaçant. Ce qui signifie que quasiment toutes les classes seront surchargées et que quasi-chaque enseignant va se retrouver à devoir faire le travail de deux. En école primaire, le distanciel sera mis en place si la moitié des classes sont vides à 50% pour cause de cas et de contaminations. Au lycée, si la moitié des élèves sont absents.

Il est clair que tout cela n’est pas fait pour le bien des élèves [comme le prétend la maire démocrate Lori Lightfoot] et qu’il leur est impossible d’apprendre dans de telles conditions. D’ailleurs, si les élèves étaient une telle priorité, Lightfoot n’empêcherait pas les enseignants d’entrer dans leurs propres cours en ligne. Cette décision est motivée par le fait de maintenir l’économie à tout prix et de forcer les travailleurs à retourner au travail dans des conditions peu sûres. Car pour cela il y a besoin de prendre en charge les enfants dont les parents travaillent.

Le dirigeant syndical du CTU Jesse Sharkey a souligné que : « les profs se retrouvent à devoir essayer de garder les gens en sécurité. On essaie de faire tourner les écoles, mais on ne nous donne pas les outils pour le faire. » L’administration va faire tout ce qui est en son pouvoir pour diaboliser les enseignants et monter les familles contre eux, dans un contexte où les parents doivent jongler entre le travail, les enfants et l’école en pleine pandémie.

Oui, il est regrettable que les élèves se retrouvent hors des écoles et n’aient pas l’opportunité d’apprendre à cause de presque deux ans d’une pandémie qui a volé des années d’enfance et d’adolescence à toute une génération. Mais soyons clairs : les enseignants, les élèves et le personnel de l’éducation méritent des écoles sécurisées. Les fermetures d’écoles sont la faute de l’administration des écoles de Chicago qui refuse d’accéder aux revendications et du gouvernement Biden qui a poussé pour la réouverture et la politique du "retour à la normal" au milieu d’un explosion du nombre de cas de covid.

Solidarité avec les profs de Chicago !



Mots-clés

mouvement ouvrier   /    Education   /    Etats-Unis   /    International