×

Réforme des retraites

« Cette répression est politique » : la CGT Energie Marseille attaquée pour ses actions « Robin des bois »

Dans le sillage de la répression de la bataille des retraites, 400 militants de la CGT sont actuellement visés par des poursuites judiciaires, dont trois énergéticiens à Marseille. Retour sur les accusations politiques qui visent le secrétaire général de la FNME-CGT à Marseille, Renaud Henry.

Raji Samuthiram

14 septembre 2023

Facebook Twitter
« Cette répression est politique » : la CGT Energie Marseille attaquée pour ses actions « Robin des bois »

Crédits photos : Renaud Henry au meeting de l’UD CGT 13 le 26 janvier 2023

Renaud Henry était au piquet de Fos-sur-Mer le jeudi 16 mars, à 6h du matin, quand il reçoit un appel de sa femme effrayée : un petit groupe de gens est rentré dans leur jardin. Renaud, secrétaire général de la FNME-CGT à Marseille, a déjà manqué deux appels. « C’est peut-être la police, demande-leur », dit-il. Effectivement, ce matin-là, quelques heures avant l’annonce du 49-3, la police est venue chercher Renaud et cinq autres syndicalistes chez eux, à la demande du parquet de Marseille.

En tout, trois gaziers et trois électriciens de la CGT à Marseille seront convoqués par la police et placés en garde-à-vue ce jour-là, suite à une plainte déposée par la société Enedis le 1er février. « Des policiers, dans nos foyers, à 6h du matin, devant nos femmes et nos enfants, c’est très fort. On ne s’attend jamais à ça quand on est travailleur, ou même syndicaliste, même si on s’était dit qu’on serait peut-être convoqués » souligne Renaud.

Si trois d’entre eux sont relâchés dans la journée, trois salariés d’Enedis, dont Renaud, attendent aujourd’hui leur procès au tribunal de Marseille. Deux d’entre eux ont déjà été convoqués par la direction d’Enedis pour des entretiens disciplinaires. Les trois sont accusés par le parquet de « vols et dégradations » et Renaud est également accusé de « complicité de vol et d’abus de confiance ». Les poursuites concernent des actions « Robin des Bois », durant lesquelles les agents avaient empêché les coupures d’électricité à distance pour impayés chez des particuliers dans les quartiers populaires du 15e et 16e arrondissement de Marseille.

« Ce sont des accusations qui sont complètement politiques, et c’est une enquête qui a été menée très très vite. On est persuadés qu’elle a été menée du plus haut de l’État jusqu’à chez nous », dénonce Renaud. Aucun compteur n’a été coupé : les poursuites contre le syndicaliste et ses collègues concernent la déconnection des concentrateurs de compteurs Linky, qui permettent aux sociétés d’énergie de couper le courant à distance -des mesures qui touchent en premier lieu les foyers précaires qui font face à des impayés. Pour le secrétaire du syndicat, les accusations et le dispositif répressif mobilisé pour impressionner les syndicalistes sont assez révélateurs : « Si on est autant poursuivis, c’est parce qu’on a tapé là où ça fait mal. On a non seulement réussi à montrer que les travailleurs pouvaient se débrouiller sans les politiques gouvernementales et sans le patronat, mais on a aussi montré que les actions que l’on a mené pouvaient avoir un caractère populaire. »

Les dossiers sont vides, mais la répression est politique

Renaud fait partie des 400 militant-es CGT visé-es par des poursuites judiciaires partout en France, pour des actions liées à la mobilisation contre la réforme des retraites. Les travailleurs dans l’énergie et le gaz sont particulièrement affectés, avec près de 300 plaintes déposées par la société Enedis. En comptant les menaces de licenciements et les procédures en cours dans les entreprises, ils sont plus de 1 000 à subir une répression syndicale féroce, jusqu’à Sébastien Ménesplier, le secrétaire général de la Fédération CGT Mines-Energie, convoqué le 6 septembre à la gendarmerie à Montmorency (Val d’Oise) pour des coupures de courant.

Ces actions avaient été menées contre la réforme des retraites, mais s’inscrivaient également dans une contestation de l’augmentation des prix. Dans les Bouches-du-Rhône, dès décembre 2022, la CGT avait revendiqué la gratuité du gaz pour 5 000 foyers dans le quartier populaire du Air-Bel à Marseille. Puis, au début du mouvement social en janvier, il revendiquait la mise en gratuité partielle pour des boulangers, alors qu’Enedis demandait à ses agents de couper le robinet énergétique pour des factures impayés, envoyant jusqu’à quatre à cinq demandes par jour selon Renaud. Une action « illégale mais morale », avait-il déclaré.

S’en sont suivies de nombreuses coupures électriques y compris de la préfectures des Bouches-du-Rhône en mars, et le siège de la tour CMA-CGM le 3 mai. La dernière action, accompagnée d’une manifestation devant le siège d’une entreprise parmi les plus puissantes du CAC 40 et qui a engrangé 23,4 milliards de bénéfice en 2022, avait une portée particulièrement symbolique alors que Macron avait entamé ses 100 jours d’apaisement. 200 personnes avaient manifesté devant la tour. « Nous ne travaillerons pas deux ans de plus pendant que les milliards s’accumulent dans les poches d’une minorité », expliquait alors le communiqué des organisateurs.

En réponse, la répression est ferme, dans les Bouches-du-Rhône et ailleurs. En plus des convocations et des gardes-à-vue subies par Renaud et ses collègues le 16 mars, 13 énergéticiens de la CGT 13 sont interpellés le 17 avril pour une simple explosion de pétard. Les militants avaient déposé des compteurs de gaz devant la préfecture, une action coup de poing pour exiger le retrait de la réforme des retraites. L’explosion du pétard est d’abord relayée frénétiquement par les médias comme un quasi-attentat, et a valu la mise en garde-à-vue des militants pour « participation à un attroupement formé en vue de la commission de violences, violences volontaires en réunion sur agents de la force publique et refus d’obtempérer ».
« On était clairement criminalisés à outrance », réagit Renaud. « C’était parti dans de l’accusatoire très grave. Pour des terroristes, ils ont tous été libérés rapidement et l’affaire a été classée sans suite. Bonjour les terroristes ! »

Un énième détail qui confirme, avec tous les autres, le caractère politique du procès actuel, qui ne concerne pas l’affaire du pétard : « Pour une si petite affaire—il n’y a pas eu de coupures massives, par exemple—on s’est retrouvé avec une vingtaine de policiers déployés, pour venir nous chercher à 6h du matin. En plus, on sait que ces enquêtes ont démarrées juste après qu’on ait médiatisé pas mal de choses et que je sois passé dans les médias ». Il souligne le fait que la plainte d’Enedis ait été déposée le 1er février 2023, soit juste un mois et demi avant les convocations le 16 mars —jour du 49-3.

Les actions « Robin des bois » contre l’explosion des prix, une méthode vieille comme l’électricité

Si la question des salaires et de la vie chère n’a jamais été évoquée dans les nombreux communiqués de l’intersyndicale contre la réforme des retraites, elle a été au centre des actions « Robin des bois » qui ont dénoncé l’augmentation des prix de l’énergie.

La tradition des coupures de courant en lien avec les grèves remonte au début du XXe siècle, quand Émile Pataud, secrétaire du Syndicat des travailleurs des industries électriques a commencé à employer cette tactique en soutien à la lutte pour l’assimilation des électriciens au personnel municipal de Paris. Le 8 mars 1907, toute la ville de Paris se retrouve sans courant, son métro est inondé après le sabotage de dynamos et pompes électriques. La tactique vise à médiatiser le conflit mais aussi de le populariser, en valorisant la question du droit à l’énergie, qui est aujourd’hui indissociable à la question de la montée des prix.

Aujourd’hui, l’inflation s’est encore accéléré en août, avec notamment le rebond des prix du pétrole et du gaz en juillet et la fin progressive du bouclier tarifaire pour l’électricité le 1er aout, représentant une augmentation de 10% pour les ménages et les petites entreprises.

« Les gens n’arrivent plus à vivre de leur travail. Ils n’arrivent plus à faire leurs courses, parce que les prix des courses ont explosé, le prix du gaz a explosé, l’électricité a explosé », dénonce Renaud. Face à ce constat des prix qui augmentent, et alors que les entreprises du secteur voient leurs profits augmenter, les énergéticiens ont donc décidé de montrer qu’une alternative était possible pour faire baisser les prix, mais aussi pour penser un autre fonctionnement des entreprises de l’énergie, où les salariés et les usagers seraient les uniques décisionnaires. « On a montré que les actions qu’on menait pouvaient avoir un caractère populaire. Le gouvernement était dans une impasse avec ça, et en plus ça donnait une bonne image de la CGT, quelle catastrophe ! »

Dans le même sens, la CGT Energie Gironde avait participé à la distribution de colis alimentaires à la fac de Montaigne, dans une action de solidarité liant la lutte contre la précarité étudiante et contre la réforme des retraites.

« L’ordre, l’ordre, l’ordre » : face à la colère sociale, le gouvernement poursuit la répression

Pendant les rassemblements appelés le 6 septembre en soutien à Sébastien Menesplier, de nombreux syndicalistes de la CGT dénoncent un acharnement orchestré. Cette répression ne se limite pas qu’aux syndicalistes, comme le souligne Renaud : « Ce n’est pas que les syndicalistes, c’est toute source de contestation qui est étouffée. On voit aujourd’hui qu’on est face à un gouvernement fébrile, mais avide du pouvoir qu’ils ont pris ».

Effectivement, rien que cette année, après avoir réprimé violemment les mouvements contre la réforme des retraites, le gouvernement s’en est pris aux militants écologistes liés de près ou de loin des manifestations de Sainte-Soline, et puis aux jeunes des quartiers populaires qui s’étaient révoltés suite au meurtre policier de Nahel Merzouk cet été. Après les appels à « l’ordre, l’ordre, l’ordre » d’Emmanuel Macron cet été, la criminalisation se poursuit encore, entre la demande de Darmanin d’expulser les condamnés des émeutes de leurs logements sociaux et les condamnations de nombreux militants écologistes. Pour justifier ce tournant autoritaire, le ministre de la justice se désolait récemment de la « désobéissance civile » qui serait prônée par l’extrême-gauche.

Une excuse qui masque mal la réponse d’un gouvernement ultra impopulaire, qui cherche à faire taire ceux qui relèvent la tête face à la vie chère, les violences policières, et les politiques anti-sociales : « Ils ne sont pas légitimes dans le pouvoir qu’ils ont, donc il ne leur reste plus que l’outil policier », estime Renaud. « C’est une sorte de désobéissance civile, quand on dit que les tarifs de l’énergie ne sont pas légitimes. La loi devrait protéger les gens, pas les appauvrir au point où les Restos du Cœur n’arrivent plus à suivre la demande à cause de l’inflation ». Face aux poursuites qui se multiplient de tous les côtés, il insiste aussi sur la nécessité de se solidariser et de poursuivre les mobilisations : « S’ils veulent nous isoler, il faut qu’on soit solidaires. Il ne faut pas qu’on ait peur. S’arrêter, ça voudrait dire leur donner raison ».

Aujourd’hui, plusieurs organisations syndicales appellent à des mobilisations en soutien aux procès des militants syndicaux, mais également à la manifestation du 23 septembre contre les violences policières et le racisme d’État. Un lien indispensable à construire pour faire face à une même police et système judiciaire qui a brutalement mis en place la politique répressive du gouvernement tout au long de l’année, alors que celui-ci cherche justement à isoler les différents secteurs qui se sont mobilisés. Il faudra donc être nombreux à soutenir les grévistes à leur procès, et à manifester le 23 septembre pour exiger l’amnistie des révoltés et la fin des dispositions sécuritaires et racistes du gouvernement.


Facebook Twitter
Répression syndicale, du jamais vu depuis l'après-guerre

Répression syndicale, du jamais vu depuis l’après-guerre

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Grève illimitée à l'hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Grève illimitée à l’hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation