http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
28 de mai de 2022 Twitter Faceboock

Contre-réforme
Retraites : le gouvernement privilégierait une augmentation de la durée de cotisation pour repasser à l’offensive
Antoine Bordas

A la veille des législative le gouvernement temporise sur la réforme des retraites et cherche à esquiver un recul de l’âge légal de départ à la retraite. Pour autant le fond de l’attaque reste à l’ordre du jour et, contre un gouvernement qui entend s’appuyer sur la négociation avec les directions syndicales pour imposer son offensive, il faut se préparer à lutter.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Retraites-le-gouvernement-privilegierait-une-augmentation-de-la-duree-de-cotisation-pour-repasser-a

Crédit photo : Reuters

Depuis sa réélection, Macron est resté très discret sur la réforme des retraites, un dossier pourtant central pour le prochain quinquennat. Le nouveau gouvernement, nommé tardivement cherche pour l’instant à mettre de côté le dossier, Macron ne l’aurait même pas abordé durant le premier conseil des ministres.

Invité sur RTL ce mardi->https://www.rtl.fr/actu/politique/invite-rtl-retraites-olivier-dussopt-souhaite-une-indexation-sur-l-inflation-des-le-9-aout-7900157270], Olivier Dussopt, nouveau ministre du travail, a incarné ces hésitations. Celui-ci a en effet confirmé le report des discussions sur la réforme des retraites à septembre et mis l’accent sur la concertation et le dialogue qui devraient s’ouvrir à la rentrée, en promettant «  un calendrier qui tienne compte de la négociation et de la formalisation d’accords ». Dans une volonté d’esquiver un des points le plus brûlant de la réforme, Dussopt a par ailleurs réaffirmé, dans le sens des précédentes déclarations d’Elisabeth Borne, que le recul de l’âge légal de la retraite à 65 ans n’était pas un totem.

Pour autant, le Ministre du travail ne liquide pas la réforme et martèle la « nécessité de retrouver l’équilibre » avec une réforme «  responsable  », en défendant qu’« aujourd’hui il y a beaucoup d’hypocrisie autour de l’âge de départ à la retraite, les réformes déjà votées augmentent la durée de cotisation ». Il a ainsi dessiné la possibilité d’esquiver formellement la question de l’âge pivot tout en s’appuyant sur la réforme Touraine de 2014, qui applique d’ores et déjà un rallongement de la durée de cotisation. Ainsi le départ à la retraite pourrait être pris plus tôt… mais avec des pensions de plus en plus basses. Sur la question de la suppression des régimes spéciaux, Olivier Dussopt n’a par contre pas hésité, répondant un oui franc et promettant de poursuivre les attaques promises au précédent quinquennat.

Dans une volonté de noyer, pour un temps, la question de la réforme des retraites, le ministre a par ailleurs insisté sur la volonté du gouvernement d’appliquer une mesure d’indexation des pensions sur l’inflation au lendemain des législatives. Comme pour adresser une piqûre de rappel à une partie de son électorat – les actuels retraités - Olivier Dussopt a d’ailleurs rappelé que celle-ci était suspendue à l’obtention de la majorité à l’assemblée.

Ainsi, la macronie cherche à temporiser avant les législatives et à répondre à la pression qui s’exprime à sa gauche. Pour cela, comme avec sa loi pouvoir d’achat, elle agite des mesurettes sociales tout en remettant à la rentrée les gros chantiers d’attaques anti-sociales. Si le gouvernement arrondit les angles et adoucit le discours, il n’a cependant en rien renoncé à s’en prendre à nos retraites. A l’heure où l’inflation a considérablement attaqué les conditions de vie de la majorité de la population, et où Macron promet une casse sociale d’ampleur à l’automne, il est nécessaire de préparer un plan de lutte pour contre-attaquer, à rebours de l’attitude des directions syndicales qui répondent présentes à l’appel à négocier du ministre du Travail.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com