http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
14 de mars de 2022 Twitter Faceboock

GUERRE EN UKRAINE
Hypocrisie d’État : la France livrait des armes à la Russie jusqu’en 2020 révèle une enquête
Carla Biguliak

Une enquête de Disclose révèle que la France a livré du matériel d’équipement militaire aux troupes russes entre 2015 et 2020 pour un total de 152 millions d’euros, utilisé aujourd’hui pour attaquer l’Ukraine. Une révélation qui met à nu l’hypocrisie de Macron, qui « condamne » l’attaque russe tout en collaborant à l’équipement et la modernisation de son armée.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Hypocrisie-d-Etat-la-France-livrait-des-armes-a-la-Russie-jusqu-en-2020-revele-une-enquete

Source photo : AJIM WATSON / AFP

Une enquête de Disclose publiée ce lundi révèle que les gouvernements Hollande et Macron ont envoyé à la Russie des équipements militaires de pointe, ce de 2015 à 2020. Il s’agit principalement de caméras thermiques, de systèmes de navigation et de détecteurs infrarouges, qui ont permis la modernisation des tanks, des avions de chasse et des hélicoptères de l’armée russe.

C’est grâce à l’accès à deux documents « confidentiel-défense » ainsi qu’à d’autres informations en sources ouvertes, que Disclose constate que « la France a délivré au moins 76 licences d’exportation de matériel de guerre à la Russie depuis 2015 », avec des contrats avoisinnant un total de 152 millions d’euros. Dans ces transactions, les principaux fournisseurs de ces armes sont les groupes Thales et Safran, l’État français étant le principal actionnaire.

Un équipement utilisé pour attaquer l’Ukraine

Le groupe Thales a signé un contrat avec la Russie en 2007 et un autre en 2012 pour la livraison de plus d’une centaine de caméras thermiques à haute définition destinées à l’armée de terre russe. Le fournisseur précise que ces caméras thermiques permettent de détecter des individus ou véhicules à plusieurs kilomètres de distance et assurent « l’avantage d’être le premier à ouvrir le feu ».

Grâce à une vidéo datant de la guerre du Donbass, Disclose montre que ces caméras ont déjà été utilisées par les troupes russes dans le conflit avec l’Ukraine en 2014, et peuvent facilement être réutilisées 8 ans après. Et en effet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé le 4 mars, suite à l’attaque russe à la centrale nucléaire, que « les chars russes tirent sur les unités nucléaires. Ces réservoirs sont équipés de caméras thermiques. Ils savent donc où ils tirent », affirmant ainsi la présence de cet équipement, plus que probablement envoyé par la France, dans les équipements de l’armée russe.

Toujours d’après Disclose, le groupe Thales a également équipé l’armée de l’air russe, en lui envoyant un système de navigation appelé TACAN, une vingtaine de casques Topowl ainsi que 60 avions de chasse Soukhoï SU-30 dans le cadre d’un contrat signé en 2014, dont les livraisons s’achèvent en 2018. Des avions qui ont été également repérés dans le ciel ukrainien ce 5 mars.
Concernant Safran, Disclose affirme que le groupe « a signé la vente, en novembre 2013, de caméras thermiques “Matis STD” à la Russie. En 2016, 211 de ces caméras infrarouges devaient encore être livrées ». Ces caméras équipent trois types de chars russes qui sont actuellement observables sur le territoire ukrainien grâce aux photos et vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

L’hypocrisie de l’État français

Suite à l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, l’Union européenne a mis en place un embargo sur les armes vendues à la Russie. Si les gouvernements Hollande et Macron ont pu continuer à envoyer des équipements militaires, c’est parce que cet embargo n’est pas rétroactif, ce qui signifie que les livraisons d’armes peuvent continuer à être effectuées si le contrat a été signé avant la mise en place de l’embargo.

Cela a été confirmé par la Commission européenne à Disclose, tout en soulignant que, nonobstant le caractère non rétroactif de l’embargo, les exportations d’armement devraient respecter « la position commune de 2008 » qui stipule que « les États membres refusent l’autorisation d’exportation s’il existe un risque manifeste que le destinataire envisagé utilise la technologie ou les équipements militaires dont l’exportation est envisagée de manière agressive contre un autre pays ou pour faire valoir par la force une revendication territoriale ».

Une révélation qui dévoile toute l’hypocrisie de Macron, qui dès le départ a condamné la Russie et cherché à se présenter comme un médiateur diplomatique, alors qu’il joué un rôle plus qu’important dans la modernisation de la flotte russe qui attaque aujourd’hui l’Ukraine.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com