http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
3 de février de 2022 Twitter Faceboock

meurtre raciste
Brésil : la mort de Moïse Kabagambe, travailleur congolais tué par son patron, secoue le pays
Matthias Lecourbe

La victime était un migrant congolais qui exigeait son salaire à son patron. L’assassinat est en train de faire réagir tout le Brésil et ce week-end des mobilisations sont organisées dans tout le pays.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Bresil-la-mort-de-Moise-Kabagambe-travailleur-congolais-tue-par-son-patron-secoue-le-pays

Moïse Kagambe, réfugié congolais a été sauvagement assassiné par les hommes de main de son patron à qui il avait demandé de lui payer ses deux jours de salaire en retard. Un meurtre raciste qui est le résultat d’un climat de négrophobie extrême au Brésil et laisse voir le degré d’exploitation et de déshumanisation auquel peuvent être soumis les migrants noirs dans le pays. L’affaire a éclaté dans les médias et entraîne une vague de messages de soutien de personnalités publiques et de débrayages pour dénoncer le racisme structurel.

Moïse Kagambe était un travailleur migrant qui avait fui le conflit en République Démocratique du Congo pour se réfugier au Brésil où il était employé par un kiosque sur une plage d’un quartier huppé. Le 24 janvier dernier, il a demandé à son patron de lui payer les deux jours de salaire en retard qu’il lui devait et la réaction de son employeur a été d’envoyer ses hommes de main l’attacher et le rouer de coups qui ont entraîné sa mort.

Un meurtre particulièrement barbare dont les images ont été filmées par les caméras de surveillance de la plage et qui ont été diffusées par les médias, entraînant une vague d’émotion au Brésil. Des personnalités publiques comme le chanteur Caetano Veloso ou le footballeur Gabigol ont exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux, et le hashtag #JusticaPorMoiseMugenyi a rassemblé beaucoup de réactions au Brésil et dans le monde. Des actions de solidarité de la part du mouvement ouvrier ont eu lieu dans plusieurs villes du pays.

Une affaire qui intervient dans une société brésilienne historiquement fortement structurée autour du racisme et de hausse des violences racistes depuis l’arrivée au pouvoir du président d’extrême droite Jair Bolsonaro. La négrophobie et la misère dans laquelle elle plonge les travailleurs noirs conduit aux traitements indignes voire meurtriers dont ils sont victimes. Le cadavre d’un employé noir a pu ainsi rester des heures sur le sol d’un magasin Carrefour au Brésil, et un autre homme noir être battu à mort par un vigile et un policier qui faisait ses courses dans un autre magasin Carrefour.

Ce sont la négrophobie, la position de vulnérabilité des travailleurs migrants et le sentiment d’impunité des patrons qui ont permis le meurtre de Moïse Kagambe. Contre le racisme et ses expressions les plus violentes il faut imposer la justice dans la rue. En ce sens les manifestations convoquées pour ce week-end seront un premier pas pour que le mouvement ouvrier et la jeunesse s’emparent de cette cause pour mettre un frein à ces actes.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com