http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
6 de décembre de 2021 Twitter Faceboock

Extrême-droite et police main dans la main
Meeting de Zemmour : soutien aux militants tabassés par l’extrême-droite et aux manifestants interpellés !
Paul Morao

Ce dimanche, des militantes et militants de SOS Racisme ont été tabassés par les soutiens d’Eric Zemmour après une action symbolique. Nous leur apportons notre soutien, de même qu’à l’ensemble des réprimés à Villepinte par l’extrême-droite et la police, qui a interpellé au total 62 personnes.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Meeting-de-Zemmour-soutien-aux-militants-tabasses-par-l-extreme-droite-et-aux-manifestants

Ce dimanche, le meeting de lancement officiel de campagne de Eric Zemmour se tenait à Villepinte, réunissant plus de 10.000 personnes d’après les journalistes présents sur place. Après le passage de différents soutiens à la tribune - de Laurence Trochu, présidente du Mouvement conservateur, à Antoine Diers, militant LR et porte-parole des Amis d’Eric Zemmour – le candidat d’extrême-droite s’est livré à un discours aux accents populistes, exaltant la grandeur de la France, sa « reconquête », nom choisi pour son nouveau parti, et fustigeant le « pouvoir ».

Au cours du discours, des militants de SOS Racisme ont lancé une action symbolique, en révélant des tee-shirts arborant des lettres qui écrivaient le slogan « non au racisme » et en scandant ce dernier. Une initiative qui leur a valu un intense déchaînement de violence de la part des soutiens d’Eric Zemmour. Sur les vidéos publiées par plusieurs journalistes indépendants, comme Clément Lanot, on peut ainsi voir des soutiens de Zemmour frapper violemment à coup de poings et de matraques des militantes et militants qui cherchent à se protéger.

Pourchassés par des soutiens d’Eric Zemmour leur lançant des chaises et cherchant à les frapper, les membres de SOS Racisme ont finalement été évacués. Parmi eux, plusieurs blessés parmi lesquels Sylia, qui a expliqué devant les caméras, visage recouvert du sang de son arcade ouverte par une chaise, être venue réaliser une « action pacifique ». Plus tôt pendant le meeting, des journalistes de Quotidien avaient été expulsés sous les huées, tandis que des journalistes de Mediapart ont été menacés.

Une situation que de nombreux médias n’ont pas hésité à présenter comme des « heurts » ou une « bagarre », tandis que la droite a pointé une « provocation » tout en dénonçant les violences. Des propos qui tentent d’incriminer les militantes et militants tabassés et sont évidemment scandaleux.

Ce tabassage par l’extrême-droite est par ailleurs venu s’ajouter à la répression qui s’est abattue sur les manifestants venus dénoncer la tenue du meeting à Villepinte. Ces derniers ont essuyé dès leur arrivée de violentes charges policières dont témoigne le journaliste indépendant Piotrovski, finalement interpellé et placé en garde-à-vue, sur Twitter : « La police charge, frappe, crie, aboie bref la police est en roue libre. La BRAV tourne autour des manifestants antifa, l’ambiance est très angoissante, à tout moment ils pouvaient nous sauter dessus. »

Au total, près de 62 personnes auraient été interpellées d’après la police. Léna Lazare, militante de Youth For Climate rapporte ainsi sur Twitter l’interpellation de sa sœur : « A 19 ans tu peux finir ta nuit dans une cellule pour avoir scandé des slogans antifascistes avec courage devant des centaines de racistes. » Des interpellations qui se sont par ailleurs menées alors que des groupes néo-nazis comme les Zouaves pourchassaient les manifestants en toute impunité et sous les yeux de la police. A ce propos, Léna Lazare précise encore : « Aucun des fachos qui nous auront foncé dessus, parfois avec des barres de fers n’ont été interpellés. Protégés par la police et donc par l’Etat, on commence à avoir l’habitude. »

Nous apportons tout notre soutien aux militantes et militants tabassés par l’extrême-droite, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui ont subi la répression d’une police cherchant à empêcher la moindre contestation du meeting de Zemmour. A l’heure actuelle, des militants seraient encore en garde-à-vue.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com